Je parle aux chevaux, ils me répondent

Un grand classique de la littérature équestre en Angleterre écrit par un fin connaisseur du milieu de l'équitation et un "drogué" des chevaux
7

« Pour moi explique l'auteur Henry Blake ils sont une drogue plus puissante que le LSD, plus dangereuse que l’héroïne. La vie sans les chevaux ne serait qu’une mort vivante ». Il faut dire que dès l’âge de 1 an il était assis sur un cheval et ses souvenirs sont davantage liés aux chevaux qu’aux hommes. Son père possédait plusieurs de ces bêtes, et il allait à cheval à l’école. Autant dire que cet animal joua un rôle important dans son éducation et toute sa vie fut consacrée à observer les chevaux. Dans ce livre qui représente quarante années de travail et auquel ont pris part sa femme et sa fille il nous explique les fondements de sa minutieuse étude sur les comportements du cheval. Et la manière dont il faut s’y prendre avec lui. Et il a glissé des anecdotes savoureuses qui appuient ses théories remettant quelque peu en question l’enseignement moderne. Par exemple selon lui plutôt qu’enseigner au cheval la forme de communication que l’homme connaît le mieux, il serait plus efficace d’apprendre la forme de communication que le cheval comprend le mieux. Et pour comprendre et se faire comprendre il est important d’avoir de la patience, du discernement et de posséder un temps illimité. Et puis il faut apprendre à penser et à réagir comme réagit et pense le cheval, se mettre dans sa peau. Il doit davantage comprendre les désirs du cavalier que ses ordres.

Comment parlent les chevaux?

Dans cet ouvrage on trouve un répertoire des messages émis par les chevaux, un dictionnaire de leur langage, une liste d’expressions qui leur sont familières. Ainsi, Henry Blake montre comment les chevaux se servent de leur voix, comment ils utilisent les signes. Comme l’humain ils peuvent varier leur message en élevant ou en durcissant la voix de sorte que des sons similaires peuvent signifier des choses totalement différentes. La note et le ton diffèrent en fonction du sexe et de l’âge et c’est l’étalon qui possède le plus grand répertoire vocal. Mais ses messages se réduisent au sexe, au danger et à la nourriture. Concernant les signes, les chevaux naturellement très sensibles au son de la voix en utilisent entre 70 à 90 et leur intention est plus facile à interpréter d’après les signes que d’après les sons. Contrairement à leurs yeux qui changent très peu d’expression, leurs oreilles possèdent une infinie variété de significations.. « Cette approche de la communication équine explique Henry Blake qui a consisté à mettre l’accent sur la signification transmise par les sons et les signaux pris comme un tout au lieu de ne la faire porter que sur le son qu’émet le cheval comme le font la plupart des chercheurs a été notre principale découverte et je le crois notre meilleure contribution à la compréhension de la communication animale »..

Communiquer par la pensée avec son cheval

Ce grand observateur du milieu équin en est arrivé à la conclusion qu’il pouvait mieux ressentir les états d’âme des chevaux que les voir ou les entendre. Ce qu’il appelle la perception extrasensorielle dont se servent également les chevaux pour communiquer entre eux. Mais comme nous un cheval a besoin d’être sur la même longueur d’onde pour ressentir comment l’autre pense et agit. Henry Blake parle aussi de télépathie qu’il juge un peu différente de la perception extrasensorielle. Il la définit comme la transmission d’une image mentale. « Un cheval ne perçoit pas toujours un objet correctement surtout s’il le voit du coin de l’œil et évite d’instinct tout ce qui lui paraît inhabituel ou dangereux. Mais si la personne qui le monte ou le conduit est très proche de lui mentalement elle peut voir l’objet pour lui. Le cheval le percevra donc tel qu’il est et passera à côté sans s’émouvoir ».

Harmonie entre l'homme et son cheval

A la fin de ce livre où l’on apprend plein de choses, sont présents des conseils pour acheter un cheval. Il est important que le cheval et l’homme soient assortis sinon peuvent survenir de sérieuses difficultés. Donc attention à ne pas acquérir un cheval excitable si l’on est soi même nerveux. Et si on veut aller bon train ne pas prendre un cheval qui ne pense qu’à flâner.. Un livre riche d’enseignement, très méthodique, intelligent, et qui séduit par l’originalité de son contenu.

Sur le même sujet