L'illusionniste de Neil Burger

L'ombre du grand magicien Robert Houdin plane sur ce film qui retrace avec subtilité la fascination que peut exercer la magie sur la population

Robert Houdin certainement le magicien le plus célèbre du second empire a d’abord été un grand horloger qui a notamment créé les pendules mystérieuses appelées ainsi car on ne comprenait pas comment elles fonctionnaient. Très jeune, grâce à un livre qu’il avait acheté croyant qu'il traitait d’horlogerie et qui en fait parlait de physique amusante, il découvre la magie. En 1830 il se marie et devient le collaborateur de son beau-père maître-horloger. Au cours de soirées où il est invité, dans le but de séduire, il réalise des tours de magie. Il fait ainsi la connaissance d’un noble qui va lui prêter une importante somme d’argent. Et c’est alors qu’il fait ouvrir au Palais Royal Galerie de Valois « Le théâtre des soirées fantastiques » en mai 1845. En quelques mois ce théâtre devient très célèbre d’abord en France puis dans l’Europe entière avec des illusions totalement novatrices pour l’époque.

Robert Houdin et Georges Méliès

Robert Houdin deviendra un pionnier de l’électricité s’en servant pour certains de ses numéros, et mettra en scène des automates de sel. Alors que l’éther vient d’être découverte, il constatera que si on la chauffe et qu’on la fait sentir à une personne celle-ci rentre en catalepsie et s’envole comme un ballon.. Ceci donnera les numéros de lévitation que l’on verra par la suite.. Robert Houdin quittera la scène en 1852 sept années lui ayant suffi pour asseoir sa gloire. Il préfèrera ensuite se consacrer à ses expériences scientifiques..Amusant en tout cas de réaliser que le dernier directeur du Théâtre des soirées fantastiques n’est autre que l’inventeur du spectacle cinématographique Georges Méliès. Il y produira d’ailleurs ses propres réalisations.. Le film " L'illusionniste" est en quelque sorte une sorte d'hommage à Robert Houdin et l'un de ses tours les plus célèbres est ici représenté. A savoir un oranger qui sort d'un pot avec de vraies oranges et un papillon.

Un concurrent dangereux

L'illusionniste" raconte l'histoire d’Eisenheim illusionniste ( Edward Norton ) qui donne chaque soir à Vienne en 1900 des spectacles de magie fascinant littéralement les foules. Eisenheim fait notamment apparaître des fantômes, un procédé très populaire à l’époque grâce à d’ingénieux trucages. D’une certaine façon le spiritisme se mêle à la magie, ce qui donne encore plus d’attrait à ses tours. De ce fait, sa popularité s’accroît de jour en jour au point de devenir l’homme le plus convoité de la ville. Il apporte au peuple vivant une période de dictature une certaine foi en la liberté. Une réalité qui ne plaît pas du tout au Prince héritier Léopold ( Rufus Sewell ) qui voit son pouvoir s’affaiblir. D’autant plus que Sophie la femme qu’il doit épouser, ( Jessica Biel ) un mariage qui peut lui faciliter son accès au trône de Hongrie a été l’amour de jeunesse d’Eisenheim. Se sentant véritablement menacé, il va charger un inspecteur ( Paul Giamatti ) de prouver que ce n’est qu’un charlatan histoire de se débarrasser de ce rival plus que gênant. Mais la prestidigitation a parfois des pouvoirs insoupçonnés. Notamment le pouvoir de faire naître une fin un peu inattendue. .

Les arcanes et leur faculté de séduction

Quel beau film, quelle belle mise en scène empreinte de mystère, de fantastique, de romantisme. La magie est vraiment mise en valeur et on en a plein les yeux. Et le secret bien marqué qui réside autour de ces numéros hors du commun ajoute encore plus de charme à l’atmosphère. En effet, on est comme les personnages du film, on est fasciné et attiré car justement une énigme est présente et d’un autre côté on brûle de savoir comment c’est possible..Ceci au sein d'une charmante atmosphère viennoise. Quant aux acteurs ils arrivent bien grâce à une belle harmonie d'ensemble à laisser planer un certain suspens . Quoi de plus mirifique que les charmes du « mystère » quand ils sont dépeints avec esthétisme et finesse.

Sur le même sujet