Roland Garros 2012

Le record de Borg battu, les quatre tournois du Grand Chlem pour Sharapova

Roland Garros 2012

Tsonga, Gasquet, Razzano

Non, ce n’est pas encore cette année qu’un joueur français succédera à Yannick Noah. Malgré ses quatre balles de match, Jo Wilfried Tsonga n’a pas réussi à éliminer le grand champion qu’est Djokovic. Celui-ci sur ces quatre points a fait preuve d’un sang-froid extraordinaire. Il a su rester calme, et les risques qu’il a pris se sont révélés payants. Et Tsonga n’a vraiment rien à se reprocher, c’est surtout son adversaire qui a su se surpasser. En revanche au 5ème set, il a laissé filer le match. Il a expliqué qu’il n’ avait plus rien dans les jambes. Dommage !.. En revanche, un français qui peut s’interroger sur sa prestation c’est. Richard Gasquet. Après avoir infligé un 6 :0 6 :0 à Tony Haas aux 3ème et 4ème sets, il mena un set à zéro contre Murray en huitième de finale et eut des opportunités au 2èm set pour se détacher. Mais il se précipita manquant de concentration et fit même une double faute sur une balle de set en faveur de son adversaire. Dommage de gâcher un talent car du talent il en a. Mais comme la plupart des français il manque de mental. Dommage aussi pour Virginie Razzano qui après avoir brillamment éliminé Séréna Williams perdit au tour suivant. Là aussi il arrive souvent que les français ou françaises fassent une belle performance pour ensuite se révéler décevants. C’est d’ailleurs un peu ce qui fait la différence entre les tous premiers et les autres, la constance et la régularité côté résultat.

La revanche

Il n’y a qu’à voir comment Djokovic a du batailler pour arriver en finale. Avant Tsonga il était mené deux sets à zéro contre Seppi et là aussi a du faire preuve d »’un gros mental pour s’en sortir. Son adversaire jouait très bien n’ayant rien à perdre, et lui a fallu croire fortement en la victoire pour parvenir à l’emporter. Il a déclaré d’ailleurs il n’y a pas de recette miracle : « Je ne vais pas faire le malin et vous dire oui je sais comment jouer ces moments là. Disons que j’ai été heureux d’être agressif dans ces instants là. Mais il n’y a pas d’explication rationnelle. Aucun manuel n’explique ce que l’on doit faire. Il faut rester mentalement solide et croire en ses coups.» Quant à son match contre Federer en demi, il fut impérial du début à la fin, et sut dès le début serrer le jeu. Même si Federer un peu décevant à la fin du premier et deuxième set fit preuve d’un peu moins de constance. Il fit plus de fautes directes et ne sut pas profiter des breaks qu’il réalisa. Au 2ème set ce fut d’ailleurs à celui qui breakerait le plus alimentant ainsi le suspens. L’année dernière ce fut Federer qui l’emporta au même stade de la compétition après un match époustouflant. Cette année la partie fut moins éclatante mais attractive malgré tout grâce à de beaux points gagnants des deux côtés.

Nadal redoutable

Quant à Nadal rien à dire. Celui qui lui posa le plus de problèmes avant la finale fut Almagro en quart de finale qui l’obligea à un tie-break au premier set arrivant à le déborder notamment avec son coup droit d’attaque.. Mais en grand champion. Nadal sut bien se maîtriser lors de ce jeu décisif. Il faut dire qu’il avait aussi un ascendant psychologique sur son adversaire qui n’avait jamais gagné un tie-break contre lui. Il remporta le tie-break 7/4 le meilleur score d’Almagro qui n’avait pas dépassé 3 points jusqu’à présent. La demi-finale contre Ferrer fut trop expéditive et Ferrer lui même reconnut qu’il n’avait pas été assez agressif. Et au jeu de l’échange le plus long, c’était évident qu’il n’avait aucune chance..

Une guerre psychologique

C'était la 4ème fois que Djokovic et Nadal s'affrontaient lors d'une finale du Grand Chlem. Et c'est la 1ère fois que l'espagnol l'emporte dépassant ainsi le record de Borg à savoir 6 victoires à Roland Garros. Lors des deux premiers sets Nadal pratiqua un tennis très solide avec peu de fautes et renvoyant tout comme à son habitude. Djokovic au contraire à part lorsqu'il remonta de 3/0 à 3/3 au 1er set semblait ne pas franchement taper ses balles. Il fit également de nombreuses fautes directes et une double faute sur la belle de break permettant à Nadal de mener 5/3. Etonnant pour un joueur de cette qualité. Mené encore 2/0 au 3ème, il se mit enfin à jouer vraiment son tennis et remporta le troisème set 6/2. Remportant 8 jeux d'affilée, il fit le break menant 1/0 au 3ème et 2/1 service à suivre. C'est alors que le match fut interrompu par la pluie stoppant sa belle remontée. Mais comme la veille, Nadal entra plus vite dans le match et fit le break d'entrée ramenant le score à 2/2. Et durant le 4ème set, Djokovic se montra visiblement plus tendu, plus nerveux que son adversaire. Il n'osa pas là encore frapper comme il aurait pu le faire et perdit 7/5 sur une double faute. Psychologiquement et c'est là que tout se joua, Nadal fut plus fort. Roland Garros est vraiment son fief et comme l'a déclaré Borg c'est le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue. Et il n'a que 26 ans. Il est capable de gagner une 8ème fois..

Côté féminin

Chez les femmes, cette année fut un peu décevante ce qui n’enlève rien au talent d’Errani la révélation du tournoi. Déjà au niveau des françaises notamment avec la défaite de Marion Bartoli dès le 2ème tour. En demi-finale contre Errani, Stosur ne sut pas combattre sa nervosité au 3ème set après avoir réalisé un très bon 2ème set. Et pas mal d’aces. Elle était plus puissante, plus brillante qu’ Errani mais lui fit aussi de nombreux cadeaux. ET Errani très volontaire, très déterminée sut bien en profiter. Quant à Kvitova contre Sharapova, ce fut un bras de fer avec des pins à droite et à gauche qui tourna en faveur de Sharapova qui va retrouver sa place de n° 1 mondiale. Mais ce match fut dépourvu de toute variété. Pas d’ amorties, pas de volées, pas d’ effets dans les balles. Juste boum boum des deux côtés.

La beauté et la puissance

La finale entre la jolie russe Sharapova 1m88 et l'italienne Errani 1m64 a mis en scne une Sharapova trop forte pour Errani. Celle--ci a distillé ses grandes frappes aussi bien côté coup droit que côté revers et a souvent laissé son adversaire sur place. Elle a aussi su profiter de la faiblesse du service d'Errani pour exploiter un de ses points forts le retour de service. Un regret cependant qu'Errani n'ait pas cherché à varier un peu plus. Ne serait-ce que pour la beauté du spectacle. Sans compter que lorsqu'elle a essayé, ell"e a parfois marqué le point. En tout cas, cette italienne n'a malgré tout pas démérité et s'est battue jusqu'au bout. Nul doute qu'elle est partie pour être une grande joueuse. Quant à Sharapova, elle a maintenant dans son escarcelle les quatre tournois du Grand Chlem. La voilà parmi les huit à l'avoir fait..

Agnès Figueras-Lenattier :

Sur le même sujet