GupaJuhe : un artiste inspiré par le Yi Jing

GupaJuhe est un artiste dont la source d'inspiration essentielle depuis près de 20 ans est le Yi Jing, livre millénaire de référence de la culture chinoise,

Le Yi Jing, qu’est ce que c’est ?

Il y a des millénaires de cela, les chinois ont longuement observé la nature: ses cycles, ses rythmes, ses manifestations physiques dans l’environnement, chez les êtres vivants, dans le domaine climatique, géographique, dans le temps...

Ils ont trouvé le moyen de l’exprimer dans un langage binaire et universel: le Yin et le Yang. La force et la magie de ce langage réside dans la simplicité de son code, somme toute similaire à notre langage binaire informatique 0/1: une ligne pleine pour le Yang et une ligne brisée pour le Yin.

Ils ont agencé le Yin / Yang par deux, (cela a donné naissance à quatre digrammes), par trois (les huit trigrammes), et par six (les 64 hexagrammes).

La dualité Yin/ Yang comme source d’inspiration pour GupaJuhe

Yin et Yang sont deux notions tout à la fois simples et complexes, indissociables l’une de l’autre, comme le jour l’est de la nuit, ou le froid du chaud.

Elles sont déclinables sur tous les aspects de la vie, à la fois comme des notions opposées et complémentaires: l’une n’existe jamais sans l’autre, l’une sert de définition à l’autre.

Ainsi, l’obscurité ne peut être définie que par rapport à la lumière, ce qui est dur par rapport à ce qui est mou, ou encore les valeurs de réceptivité par rapport aux valeurs d’action.

Alors qu’il était aux Beaux-Arts, la matière de travail de prédilection de GupaJuhe était la dualité. Lorsqu’il a découvert les 64 hexagrammes qui composent le Yi Jing, leur agencement, et leur rythme binaire, il a naturellement été attiré par eux, par l’harmonie qui s’en dégageait, et surtout par la source infinie de possibilités que cela lui ouvrait pour ses créations.

La structure du Yi Jing mise en art

Le Yi Jing a une structure mathématique et GupaJuhe joue avec minutie et talent avec toute la palette qu’offre cette base binaire: l’opposition du Yin (ligne brisée) et du Yang (ligne pleine) est mise en évidence par l’utilisation de couleurs opposées (noir et blanc au départ, puis couleurs primaires associées au Yang et couleurs complémentaires associées au Yin), ou encore par celle de formes géométriques opposées (carré, rond par exemple).

Plus encore qu’un simple rythme binaire, par son jeu de formes et de couleurs, GupaJuhe fait apparaître l’évolution des hexagrammes les uns par rapport aux autres, le mouvement et la transformation d’un état à un autre étant la véritable essence du Yi Jing.

Il ne se limite pas aux tableaux, il explore d’autres expressions artistiques inspirées du Yi Jing, comme par exemple, la création d’une écriture nouvelle, dont la base est le trigramme, un nouvel alphabet, un nouveau langage.

Il a également mis le Yi Jing en musique : une note étant attribuée à chaque trait de chaque trigramme, nous obtenons une base de trois fois huit notes, déclinables dans un ordre précis. Le résultat est une mélopée proche de la musique minimaliste, un mode répétitif et harmonieux, mais ne se répétant jamais exactement.

Ses projets sont encore nombreux et il a crée en 2010 le Yi Jing Artistique Development Studio (YJADS) afin de les fédérer dans une entité cohérente et facilement identifiable.

La technique au service de son art

GupaJuhe étant très minutieux et perfectionniste, la reproduction des 64 hexagrammes, de taille strictement identique au pinceau représentait un challenge quasi-impossible et qui le freinait dans sa créativité. Il a donc rapidement utilisé à la place d’une toile et de peintures, un outil informatique, qui loin de le contraindre, lui permet au contraire d’explorer pleinement toutes les possibilités de son imagination. Il n’utilise pas de programmes pour « faire à sa place »; l’Artiste reste pleinement le Maître de ses réalisations.

Le support informatique lui permet également d’exploiter avec une extrême précision son utilisation des couleurs; et quand vous regardez ses œuvres, vous voyez que c’est justement un de ses atouts majeurs. Ses créations sont éclatantes et dégagent une harmonie qui ne tient en rien au hasard.

Prenons un exemple simple : une couleur Yin se mélange avec une couleur Yang à hauteur de 50% chacune, cela donne vie à une troisième couleur. Seul le support informatique permet d’avoir une telle précision chromatique.

Autre avantage: selon la taille du tableau, son impression esthétique et l’énergie qui s’en dégage peut aussi différer. Certaines personnalités peuvent êtres très sensibles à ces différences.

Où le rencontrer ?

GupaJuhe expose les mercredis et samedis jusqu’au 29 janvier 2010 à la galerie-librairie IMPRESSIONS, 98, rue Quincampoix à Paris. Renseignements et horaires d’ouverture au 01 42 76 01 04

Plus d’informations sur son site: www.gupajuhe.book.fr

Sur le même sujet