La diététique Tao: l'alimentation comme base de la santé

La nourriture est considérée chez les Chinois comme l'un des outils de base pour conserver une bonne santé et acquérir la longévité qu'ils recherchent tant.
189

Les taoïstes sont connus pour leur recherche de la longévité: vivre longtemps et en pleine forme.

Trois des piliers fondamentaux du Tao pour atteindre cette longévité sont l'amour, la respiration et l'alimentation. Penchons-nous sur l’alimentation.

Que faut-il manger pour vivre longtemps et en pleine forme?

Tout de qui est comestible pour l’homme est utile d’une façon ou d’une autre pour lui, en des quantités variables. Les Chinois, selon les préceptes ancestraux du taoïsme ont classifié les aliments selon leur nature Yin ou Yang (froid, frais, neutre, tiède ou chaud) et selon leur saveur, associée à un des cinq éléments (acide, amer, doux, piquant ou salé). Dans une démarche d’équilibre, ils préconisent donc une alimentation variée, pour apporter un peu de tout chaque jour à l’organisme

Il est important de manger en quantité suffisante et raisonnable. Les taoïstes ne préconisent aucun régime extrémiste du style crudivore, hyperprotéiné, végétarien ou végétalien. Ce n’est pas pour rien qu’on appelle le taoïsme la "Voie du Milieu" ! Cependant, dans leur pyramide alimentaire, il y a des choix et des priorités.

  • Consommer à chaque repas beaucoup de légumes, riches en fibres et en vitamines. Il est indispensable d’apporter plusieurs légumes différents à chaque repas, étant entendu qu’ils amènent tous une nature et une saveur différente.
  • Manger aussi beaucoup de céréales et les varier si possible: riz, blé, seigle, épeautre, son... Ils permettent d’apporter l’énergie nécessaire à l’organisme.
  • Un peu de protéines animales (viandes ou poissons): contrairement à la cuisine française où la viande est accompagnée de légumes, les chinois agrémentent leur assiette de céréales et légumes avec un peu de viande ou de poissons.
  • Les produits laitiers sont peu répandus, ils ne sont pas considérés comme utiles, il s’agit de produits transformés pour l’essentiel (sauf le lait), et ne sont pas préconisés. Ils sont peu digestes; l'homme est le seul être vivant à consommer du lait à l'âge adulte.

Quelques règles pratiques pour bien manger

La notion de vitalité des aliments est une composante essentielle de la diététique taoïste. Une grande importance est accordée à la fraicheur des aliments: il est préférable d’acheter frais et de consommer dans la journée. Les Chinois achètent encore souvent leur viande et leur poisson vivants, meilleur gage de fraîcheur!

La démarche est aussi de consommer de façon à fatiguer le moins possible l'organisme.

  • Manger tiède ou à température ambiante (trop chaud, l'organisme doit d'abord travailler à refroidir les aliments, trop froid, il doit travailler pour les réchauffer); ceci est valable pour les boissons: les boissons glacées sont à bannir, de même que le thé brûlant. L'idéal est de boire tiède. L’un des pires scénarios est de manger une fondue brûlante (la savoyarde étant la plus indigeste), et de terminer le repas par une glace qui va bien figer le tout. En revanche, les chinois sont adeptes des soupes, qu’ils consomment dès le petit déjeuner; c’est un plat complet, hydratant, dans lequel on trouve des légumes, des céréales, et éventuellement des morceaux de viande, et que l’on va consommer tiède.
  • Manger trop cru fatigue énormément l’organisme qui doit plus travailler pour le digérer; mais manger trop cuit est déconseillé également car les aliments perdent toutes leurs valeurs nutritives. La cuisson idéale est le wok , qui permet de saisir les aliments et d’en garder un maximum de qualités.

L’alimentation comme premier remède

La façon de se soigner chez les chinois est très différente de notre vision occidentale. Alors que nous allons consulter un médecin quand nous sommes malades, les chinois vont considérer qu’un MTC (médecin traditionnel chinois) est là pour prévenir les maladies, en rééquilibrant l’organisme avant toute apparition de maladie. On retrouve cette approche à tous les niveaux; par exemple, les massages sont utilisés pour prévenir tout blocage éventuel, alors qu’en occident, on va voir un kinésithérapeute ou un ostéopathe une fois que l’on est cloué au lit ou en grande souffrance.

Ainsi, un MTC vraiment efficace est celui qui n’a jamais de patients malades !

Pour y arriver, la diététique est son premier outil. Il va prescrire une alimentation personnalisée en fonction de l’état de la personne. La diététique est préventive (se maintenir en bonne santé) ou curative (rectifier les déséquilibres). Les médicaments n’arrivent qu’en dernier recours, lorsque les déséquilibres sont trop avancés.

Pour en savoir plus: la diététique chinoise , la diététique du tao .

Sur le même sujet