Marc Ferro prix Saint-Simon

L'historien Marc Ferro au parcours professionnel atypique, connait une renommée mondiale.Ses"histoires parallèles" viennent de recevoir le prix Saint-Simon.

Depuis 6 ans à l'issue de la fête des livres dans le domaine du duc de Saint-Simon à la Ferté Vidame en Eure et Loir, le prix Saint Simon est remis à un écrivain de la mémoire, des mémoires.

La fête des livres de la Ferté Vidame

La fête des livres a réuni cette année des écrivains d'horizons divers, Patrick Grainville, Gabriel de Broglie, Anne-Marie Garat, Roger Grenier, Gilles Leroy, Eduardo Manet, Philippe Rochot, Gérard Mordillat,...

Sophie Ansel journaliste, , écrivain, connue pour ses reportages," Birmanie d'un enfer à l'autre", pour ses livres de voyages sur l'Asie, a présenté "Les larmes interdites" récit de la vie de Navy Soth jeune cambodgienne prise dans l'étau des Khmers rouges du sinistre Pol Pot.

Patrick Grainville dans "Le corps immense du président Mao" présente l'époustouflante croissance de la localité de Shenzen, devenue le laboratoire industriel du modèle chinois.

Eduardo Manet écrivain cubain exilé, auteur du remarquable "la maîtresse du commandant Castro", a fait part de sa boulimie de connaissances, en présentant un livre sur la vie sentimentale de ...Edouard Manet.

Quelle meilleure introduction pour la remise du prix Saint Simon que ces auteurs ouverts aux autres.

Marc Ferro une vie vouée à une passion

Marc FERRO 84 ans, historien de métier, renommé, a reçu le prix pour son livre "Mes histoires parallèles", entretien avec Isabelle Veyrat Masson, paru aux "Carnets du nord"

Il publie dans ce livre des récits( ce n'est pas une biographie) sur la période allant de la Résistance à nos jours.

Résistant dans le maquis du Vercors( sa mère a été déportée), professeur de lycée, devenu chercheur, secrétaire de la célèbre revue des "Annales", directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, cinéaste, producteur de télévision ( " histoire parallèle" avec les actualités comparées des pays en guerre,sur Arte ), il a eu un parcours atypique.

Recalé 7 fois à l'agrégation, reçu docteur seulement à l'âge de 47 ans, il n'a pas le profil de l'universitaire.

Et jamais il n'a fait acte de candidature au Collège de France ou à l' Académie Française, comme l'a noté, dans sa remise du prix, Gabriel de Broglie, le président du jury, chancelier de l'Institut.

Une histoire autre qui a révolutionné l'histoire

Sans parti pris, avec un esprit indépendant, Marc Ferro se tourne vers une histoire expérimentale, mais il écrit toujours dans une langue facile et agréable.

Aussi essentiel qu'un Fernand Braudel, il a orienté ses études vers l'économie, la longue durée, le quantitatif, les transformations profondes des sociétés, au travers d'archives jamais explorées.

Pendant un temps, lui qui n'a rien d'un doctrinaire, il a été taxé de communisme, parce qu'il s'était intéressé à la révolution russe avec sa thèse de doctorat. Il étudiera par la suite les dérives bureaucratiques dans l'Union Soviétique.

C'est lui qui a lancé la réflexion sur le cinéma et l'histoire, le cinéma étant un instrument de connaissances, incomparable, de l'histoire des sociétés.

Au travers des demandes des gens, des programmes des partis, des actions politiques, il a su voir l'importance des mentalités, des opinions.

L'aveuglement des politiques

Ce qui le préoccupe, c'est l'aveuglement des politiques devant le déroulement de l'histoire.

Toutes les crises importantes ont été imprévues. Le World Trade Center en 2001, la Chine grande puissance dès 2000, la chute du communisme en 1989, la révolution iranienne en 1979, le mois de mai 1968, Pearl Harbour, Staline croyant à une thèse trotskiste en ce qui concerne l'offensive allemande, la grande dépression de 1929, l'arrivée du fascisme dans les années 30( Léon Blum pensant que le phénomène fasciste était passager). A 2 mois de la révolution de février 1917, Lénine ne voit pas venir l'évènement.

En fait tout ce qui n'est pas institutionnalisé, n'est pas pris en compte. "Les nébuleuses", selon la dénomination de Marc Ferro, ne sont pas comprises.

Pour la Chine, décrite comme pays de boutiquiers, on n'a pas vu que Taïwan importait les idées de l'Occident, que Hong-Kong finançait et que la côte Est fabriquait.

En 1968 c'est la nébuleuse étudiante, autonome, avec une volonté d'indépendance à la James Dean, les appareils socialiste ou communiste ne jouant aucun rôle .

Avec Ben Laden c'est la nébuleuse islamiste, sans état, sans armée, avec des groupes de terroristes multiples.

Les citoyens et l'histoire

Pour les simples citoyens les évènements vécus font appel à 3 attitudes:

1° le degré 0 de la participation: c'est le soldat de Joseph Losey qui quitte sa tranchée ,tous ses camarades ayant été tués. Il est condamné à mort pour désertion.

2° Ceux qui sont dans l'histoire mais ne veulent pas le savoir, comme ce chef d'orchestre qui adore Wagner, le jouera devant les allemands, force occupante. Il sera exécuté comme collaborateur.

3° Ceux qui sont dans la politique à 100%, comme Kameneva la femme du héros de la révolution de 1917et soeur de Trotski, qui reçoit Malaparte venu de l'Italie fasciste pour un reportage en Russie et qui indique, alors que son mari a été arrêté sur les ordres de Staline:" j'ai confiance en la classe ouvrière".Elle mourra au goulag.

La leçon d'optimisme de Marc Ferro

Cependant ces dernières années les dogmatismes qui nous paralysent sont en train de s'effriter.

La gauche célébrait l'URSS, la droite vantait le libéralisme. Actuellement le tout-état, le tout-libéral sont combattus .

On peut voir, avec les révolutions sur les rives de la Méditerranée, que l'islamisme extrême n'enflamme pas le printemps arabe.

Le lecteur de Marc Ferro peut donc être raisonnablement optimiste.

A lire aussi "Autobiographie intellectuelle" chez Perrin ( recueil de travaux universitaires de Marc Ferro )

Sur le même sujet