Playa Giron ou l'invasion de la Baie des Cochons

Les Etats-Unis veulent mettre fin à la révolution castriste en tentant d'envahir Cuba. L'invasion de la Baie de Cochons (Playa Giron) échoue.
7

Pour Cuba, l'année 1961 restera, côté face, « l'année de l'éducation », avec la mise en application d'un plan d'alphabétisation et d'enseignement, sans aucune commune mesure avec les autres points de la rénovation sociale et économique qu'a connus l'île depuis le début 1959 année de l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro. Il s'agit de permettre à l'ensemble de la population d'accéder à la lecture, l'écriture et la culture la plus générale, dont le pays a besoin pour faire des citoyens mais aussi des travailleurs compétents.

1961 une année cruciale pour la jeune révolution castriste

Mais c'est aussi, côté pile, une année grave, dramatique, car la révolution aurait pu capoter, du moins était-ce la volonté des Etats Unis, avec l'invasion décidée par le nouveau Président américain John Fitzgerald Kennedy, fraîchement élu en novembre 1960 et entré en fonction le 20 janvier 1961.

Non à la révolution cubaine

Pour Kennedy, il ne faut pas que la révolution cubaine fasse tâche d'huile en Amérique latine ; elle est trop dangereuse pour les intérêts et la liberté des Nord-Américains.

Les officiers de Batista, les cubains exilés à Miami après la prise du pouvoir par les castristes, sont naturellement aux avant-postes de ce coup d'éclat qui devait tout emporter.

A Cuba même, les opposants, pour certains, surveillés par les autorités, sont aidés par le contre-espionnage américain pour servir d'appui. Ces opposants ont déjà réalisé des opérations de sabotage d'installations industrielles ou agricoles. Et les projets d'assassinat vont bon train.

Les forces en présence

Un peu plus d'un millier d'hommes (infanterie, parachutistes) sont embarqués sur une dizaine de navires, au mois d'avril 61, après avoir été entraînés au Nicaragua. Des bombardiers de l'US Air Force s'attaquent aux terrains d'aviation pour détruire l'embryon d'aviation nationale voulue par Castro.

Le 17 avril, l'invasion a lieu dans la zone marécageuse de la Baie des Cochons. La faible aviation cubaine (des avions d'entraînement) attaque et coule quelques bateaux de « l'armada yankee ».

Au sol, la milice nationale, mobilisée par Castro et entraînée depuis plusieurs mois dans l'éventualité d'une tentative d'invasion, se heurte aux troupes déjà débarquées et utilise toutes les techniques de la guérilla. Des chars soviétiques appuient des actions au sol, sur les terrains où il est possible d'utiliser du matériel lourd.

Le gouvernement américain avait imaginé que les anti-castristes de l'intérieur pouvaient assurer le lien avec les troupes d'invasion. Il n'en est rien. Le 20 avril, l'invasion est repoussée et ceux qui le peuvent rembarquent. Les cubains font un millier de prisonniers.

La médiatisation de l'échec américain

Fidel Castro va utiliser cette invasion ratée pour dénoncer devant les médias, notamment la télévision, la « première puissance impérialiste du monde ». Il rencontre les prisonniers et discute avec eux pour les convaincre du mal-fondé de leur action. Plus tard, des négociations aboutissent à la libération de prisonniers rapatriés contre des produits alimentaires, des médicaments... et des dollars.

sources

Lire aussi l'article "la crise des missiles"

Sur le même sujet