user_images/246864_fr_30778_1362.jpg

ALAIN TEMPLE

Publié dans : Les articles Culture de Alain Temple

Capoeira : du combat à l'art

Apparue au Brésil, la Capoeira a connu différentes phases. Depuis ses origines jusqu'à aujourd'hui, elle a évolué en s'adaptant. En voici un bref aperçu.

De la lutte à une pratique apaisée

L’origine de la Capoeira est diverse selon les experts : africaine selon les uns, brésilienne selon les autres, elle intègre un brassage culturel où se mêlent combats, danses, acrobaties et philosophie. Si sa terre de prédilection est le Brésil, l’esclavage pratiqué par les colons constitue le mode de développement spécifique de la Capoeira : luttes, rituels et instruments de musiques de différentes parties de l’Afrique en sont les fondements. Au XIXème siècle, les persécutions policières dans la région de Bahia tentent de mettre fin à la Capoeira, jugée trop subversive. Les colonisateurs du Brésil ne souhaitent pas que les esclaves africains et leurs descendants s’octroient une conscience nationale différente de la leur, tout en développant une forme de résistance susceptible de mettre à mal leur domination. Pour autant, la Capoeira subsiste et de nouvelles techniques corporelles voient le jour : il s’agit de donner à la lutte les attributs de la danse, afin d’échapper à la répression. Sur ce point, Rugendas réalise en 1824 deux dessins, en décrivant la Capoeira comme une « danse de guerre ». Dans les années 1930, lorsque Getulio Vargas prend le pouvoir au Brésil, la donne change : sa politique de « rhétorique du corps » permet à la Capoeira d’être progressivement acceptée et enseignée comme une discipline spécifique de l’éducation physique. Cette époque marque un tournant pacifique concernant la Capoeira, d’autant plus que de nombreuses académies se créent.

La Capoeira contemporaine

Outre le mélange de danse et arts martiaux, la Capoeira intègre également deux dimensions que sont la musique et les chants. Au Brésil comme partout dans le monde, le mouvement des corps et l’art sont indissociables de la Capoeira. En ce qui concerne la musique, elle est fortement rythmée par un instrument spécifique : le berimbau. Selon les « puristes », cet instrument à corde d’origine africaine donne et crée le climat, une ambiance propre à la Capoeira. D’autre part, il existe trois sortes de chants, selon les pratiques. Tout d’abord, les corridos, au cours desquels un soliste chante une strophe, accompagné par un chœur dont le rôle est de répondre avec le même refrain. Ensuite, les quadras pour lesquels le soliste se doit de chanter quatre strophes, au minimum. Enfin, les ladainhas, chantés par un soliste avant le commencement de chaque « jeu » (début des confrontations) ; après la première partie de ces chants, le chœur lui répond en répétant ses paroles.

La Capoeira est une discipline riche de la diversité de ses composantes : arts martiaux, danse, chants et musique. Elle traduit une histoire et des apports culturels qui l’ont fait évoluer au fil du temps et des époques.

À propos de l'auteur

user_images/246864_fr_30778_1362.jpg

ALAIN TEMPLE

Conseiller en insertion professionnelle, je suis passionné par la lecture et l'écriture. Il en va de même pour l'actualité, le sport et la culture au sens large du terme.
  • 66

    Articles
  • 14

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 1

    Abonnements

Poursuivez la discussion!