user_images/246864_fr_30778_1362.jpg

ALAIN TEMPLE

Publié dans : Les articles Éducation & Carrière de Alain Temple

Reconversion professionnelle : comment l'envisager ?

En France, plus de la moitié des salariés seront confrontés à un changement de métier, lors de leur carrière professionnelle. En voici le contexte.

Faire le point

Avant d’entreprendre tout projet professionnel, une phase de réflexion s’impose. En règle générale, les motivations quant à une reconversion ne manquent pas : équilibre entre vie privée et vie professionnelle, devenir son propre patron ou encore s’épanouir davantage en exerçant une activité plus conforme à ses aspirations personnelles. Au-delà de ces considérations légitimes, une remise en question est indispensable : prendre le temps de réfléchir est donc primordial. Vouloir changer de métier suppose de s’affranchir d’une certaine forme d’attentisme qui consiste à espérer que son employeur actuel puisse, à un moment ou à un autre, proposer l’évolution tant souhaitée. Encore faut-il s’affranchir d’une certaine forme de sécurité, surtout lorsque l’emploi actuel, bien que peu motivant, n’est pas menacé. Pour autant, cette réflexion peut être orientée également sur les centres d’intérêt de tout un chacun, en n’occultant toutefois pas certains axes d’amélioration nécessaires, si le projet professionnel est précis et bien délimité. Mais bien souvent, ce sont des faits déclencheurs qui entrainent une prise de conscience orientée vers une reconversion : une rencontre professionnelle, une ambiance de travail dépréciée, un licenciement économique ou tout simplement une période de crise professionnelle qui soit en corrélation avec une crise personnelle.

Comment aboutir ?

Les moyens pour parvenir à assurer une bonne reconversion professionnelle sont divers et variés. Bien entendu, chacun peut définir soi-même un projet qui lui correspond ; la première des précautions à prendre est de ne pas choisir une formation professionnelle par hasard, simplement parce que le désir de changer de métier l’emporte sur des considérations plus pragmatiques. Pour tout salarié ayant un minimum d’ancienneté, le bilan de compétences est accessible selon certaines conditions et le FONGECIF (Fonds de gestion du congé individuel de formation) est à même de fournir toutes les informations indispensables. Cette possibilité est également offerte aux demandeurs d’emploi, sur simple demande auprès de Pôle Emploi. La seconde opportunité est d’avoir recours à un coaching personnalisé, démarche plus onéreuse mais souvent intéressante à terme, car bon nombre de coachs (certifiés et accrédités) sont issus du monde de l’entreprise ou y officient encore : leur expérience est profitable quant à une bonne gestion de carrière. Si cette solution se révèle comme une tendance lourde de nos jours, elle correspond à un besoin d’accompagnement croissant, d’autant plus que certains métiers exigent de bonnes connaissances administratives, légales et économiques, entre autres. L’APEC (l’Association Pour l’Emploi des Cadres) propose également un suivi en termes de mobilité professionnelle et projet professionnel, que les cadres soient en activité ou non. Enfin, des structures comme les boutiques de gestion, Chambres de Commerce et d’Industrie ou encore Chambres des Métiers constituent également d’excellents relais pour préparer une reconversion professionnelle.

Si changer de métier ne s’improvise pas, cette démarche nécessite du temps et une indispensable phase de collecte d’informations, avant de concrétiser un projet professionnel aussi passionnant que réaliste.

À propos de l'auteur

user_images/246864_fr_30778_1362.jpg

ALAIN TEMPLE

Conseiller en insertion professionnelle, je suis passionné par la lecture et l'écriture. Il en va de même pour l'actualité, le sport et la culture au sens large du terme.
  • 66

    Articles
  • 14

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 1

    Abonnements

Poursuivez la discussion!