Formateur occasionnel : la ressource humaine pour les compétences

Interne ou externe à l'entreprise, le formateur occasionnel accompagne les salariés sur le chemin du professionnalisme. Voici un aperçu de ce métier utile.

S’approprier le contexte

En entreprise ou au sein d’un organisme de formation, le recours à un formateur occasionnel est la conséquence d’un besoin spécifique. Tout d’abord, il peut s’agir d’une demande en lien avec le développement personnel ; aider des collaborateurs à acquérir plus de confiance constitue, entre autres, un facteur de performance indéniable pour l’entreprise. Bien souvent, sécurité et réduction des pratiques professionnelles à risques constituent également des objectifs majeurs, en termes de formation. Enfin, le formateur occasionnel est susceptible d’intervenir afin d’accompagner une montée en compétences  de salariés, dans le but d’anticiper les évolutions professionnelles. Un échange approfondi avec un chef d’entreprise ou un acteur de la fonction  Ressources Humaines est indispensable : le formateur occasionnel doit se représenter avec exactitude problématiques et public concernés, s’il souhaite réussir sa mission.

Principes d’une action de formation

Le travail de préparation est primordial pour tout formateur occasionnel. Outre des contraintes de temps et cadencement des séquences, le contenu de la formation répond à un cahier des charges bien précis. Bien souvent, le public à former est composé d’adultes ; l’apprentissage d’un savoir-faire est souvent le résultat de méthodes basées sur des mises en situation. En effet, sur la base de l’expérience professionnelle des participants, cas pratiques et jeux de rôles donnent du sens aux apprentissages. L’assimilation de nouveaux concepts étant beaucoup plus difficile avec des apports purement théoriques (même s’ils s’avèrent parfois incontournables), car trop scolaires, le formateur occasionnel doit se garder d’une tentation : celle de vouloir représenter le seul détenteur du savoir. En outre, il convient de réaliser un travail de synthèse : chaque stagiaire doit être à même de pouvoir expliciter, avec quelques mots, le contenu de chaque nouvel acquis. Ce retour traduit, avant même le terme de la session de formation, le degré d’efficacité de celle-ci. D’une manière générale, un bon formateur occasionnel est celui qui amène les participants à être les acteurs de leur  formation , tout en restant un référent à leur disposition.

Prévoir les contingences matérielles

En dehors du « e-learning »  pour lequel un micro-ordinateur connecté suffit pour chaque stagiaire, une session classique de formation (en face à face) est tributaire d’une organisation optimale. Une salle bien agencée et insonorisée, permet au formateur occasionnel, comme aux participants, d’être dans des conditions d’attention et écoute propices aux apprentissages, quels qu’ils soient. S’en assurer au préalable constitue également un gage de réussite pour toute action de formation. S’il y a lieu d’utiliser des outils spécifiques, il vaut mieux vérifier - à titre préventif - le bon fonctionnement d’un rétroprojecteur ou d’un micro-ordinateur. Enfin, il convient de soigner les supports de présentation ; si l’utilisation d’un logiciel tel que  « PowerPoint » est recommandée, il convient de laisser aux participants un document retraçant le plan de la session de formation et des objectifs en termes d’acquis.

Pour approfondir le sujet abordé dans cet article, la lecture de cet ouvrage est intéressante : « La boîte à outils des formateurs » (Auteurs : Isabelle Cauden et Frédérique Cuisiniez – Editeur : Dunod).

Sur le même sujet