Le coaching : une philosophie manageriale

Perçu comme l'ultime recours dans un contexte de crise, le coaching a acquis une pertinence car il s'appuie sur une pédagogie de l'excellence.

Les fondations du coaching

Aussi que l’on puisse remonter dans le temps, il semble que le  coaching ne constitue pas une nouveauté en matière de management, au sens général du terme. En effet,  Socrate lui-même accorde déjà une grande importance au fait de « faire accoucher les esprits », par le biais de la  maïeutique : il s’agit de faire prendre conscience de certaines problématiques pour mieux en trouver les solutions. Pour autant, et plus de près de nous, le coaching trouve d’abord ses lettres de noblesse dans le domaine sportif ; le coach est celui qui est chargé de l’entraînement d’une équipe ou d’un sportif. S’il ne s’agit pas d’apprendre et enseigner au sens strict de ces verbes, le coaching est d’abord une pratique destinée à libérer le potentiel des sportifs et ce, afin d’optimiser leur niveau de performances en compétitions officielles. A ce titre, les travaux de Timothy Gallwey sont riches d’enseignements : le coaching devient une méthode simple destinée à débloquer les problèmes et situations de crise en général. Cette pédagogie trouve naturellement sa place en entreprise ensuite, d’autant plus que bon nombre de managers sont parfois des sportifs accomplis, pour la plupart.

Quelques applications du coaching

Le coaching trouve d’autant mieux sa place en  entreprise que les crises se succèdent parfois à un rythme soutenu, depuis quelques décennies. Si les crises de nature économique sont les plus manifestes, elles mettent souvent les organisations en difficulté et nécessitent parfois un accompagnement au changement. Plus insidieuses, les crises relationnelles au sein de ces structures témoignent souvent d’une inadéquation entre le mode de  management en place et l’adhésion à un projet d’entreprise, aussi pertinent qu’il puisse paraître. L’intervention d’un consultant interne ou externe, dont la dimension de fédérateur est admise par tous, constitue donc la solution optimale ; le coaching est alors un apport pédagogique et managérial non négligeable, s’il s’appuie sur les ressources humaines en place. Dans le cadre de l’entreprise, les situations et sujets ne manquent pas pour justifier d’un recours au coaching. Si la résolution de problèmes apparait comme une évidence, managers et  salariés sont au cœur de la démarche : constitution d’équipes, conduite d’entretiens personnels d’évaluation, accomplissement de tâches spécifiques ou délégation sont autant de problématiques qui influencent le niveau de performance d’une organisation. A cela peuvent s’ajouter des thématiques plus quotidiennes comme l’optimisation du travail en équipe ou la planification et le reporting, entre autres.

Le coaching est une boite à outils précieuse si elle est utilisée à bon escient. Pour peu que l’appréciation du potentiel prime sur le résultat et la performance à court terme, cette pratique est utile et gage de confiance retrouvée.

Sur le même sujet