Le polar : un genre littéraire aux multiples facettes

La littérature policière connait un certain succès. Le lectorat, avide de sensations fortes, est conquis par la diversité de l'offre. En voici un aperçu.

Le roman policier classique

Il s’agit du roman policier des origines. A ce sujet, il est difficile d’en établir la genèse, d’autant plus que certains spécialistes vont jusqu’à prétendre que les premiers récits criminels, issus de l’antiquité grecque, constituent le terreau du polar. Pour autant, le meilleur point de repère temporel se situe entre la seconde moitié du XIXème et le début du XXème siècle. Dans les œuvres de fiction telles qu’elles sont écrites, un assassinat est le prétexte à énigmes ; le genre humain, dans ses aspects les plus sombres, y est analysé au même titre que le mode opératoire des meurtriers. Ainsi,  sir Arthur Conan Doyle et son héros  Sherlock Holmes constituent une référence incontestable en la matière.

Le roman noir

Le roman policier va également trouver un ancrage critique vis-à-vis de la société, sans se limiter aux seules dérives du genre humain. Ainsi, crises économique et sociale, injustices et discriminations alimentent bon nombre d’intrigues criminelles. Bien souvent, le héros « redresseur de torts » est lui-même en marge avec le système en place et enquête selon des procédés peu conventionnels ; les américains ont d’ailleurs trouvé un terme générique pour qualifier ce type de personnages :  « hard-boiled » (littéralement : durs à cuire !). Si  Dashiell Hammett a été l’un des auteurs emblématiques de ce courant, outre-Atlantique, d’autres ont su l’adapter selon d’autres réalités sociales : en France, Didier Daeninckx est l’un de ceux-là.

Le thriller

En vogue depuis près d’un siècle, le  Thriller  connaît un succès qui ne s’est pas démenti. L’idée de base est de semer la peur et l’effroi parmi les lecteurs (consentants), en mettant en scène des meurtriers terrifiants et manifestement insaisissables. Dans ce cadre, les  tueurs en série sont des protagonistes souvent présents, d’autant plus qu’ils agissent selon des modes opératoires pour le moins déconcertants et anxiogènes. A ce titre, les auteurs liés à ce courant réalisent parfois un travail documentaire assez conséquent, avant d’élaborer leurs intrigues ; en plus du style, l’on peut ainsi louer la démarche scientifique d’un auteur. Pour autant, les dimensions fantastique et ésotérique occupent quelquefois une place majeure dans les romans de ce type. Quelques auteurs ont acquis une notoriété manifeste dans le domaine du Thriller :  Patricia Highsmith , John Grisham ou encore Franck Thilliez , entre autres.

Le roman décalé ou parodique

Le polar renferme également humour et satire. Pour certains auteurs, le talent se manifeste en conjuguant affaire criminelle et personnages loufoques. Ces derniers sont souvent inspirés de personnes réelles, si ce n’est que leurs traits sont parfois grossis pour souligner défauts, inconstance ou bêtise. La culture de ce paradoxe entre mort et humour est subtile ; elle s’inscrit dans une logique manifeste : mettre en exergue l’absurdité du monde dans lequel tout un chacun vit. Les tenants de ce courant ne manquent pas : Frédéric Dard avec «  San Antonio » ou encore  Jean-Bernard Pouy , pour ne citer qu’eux.

Le polar est marqué par un éclectisme certain, d’où l’intérêt grandissant des lecteurs pour ce genre littéraire qui ne cesse de se renouveler.

Sur le même sujet