Les plus belles chansons d'amour françaises

De Parlez-moi d'amour de Lucienne Boyer à Toi et moi de Guillaume Grand, abondantes sont les chansons d'amour qui « renaissent » pour la Saint Valentin.
23

Comme chaque année, le 14 février est le jour des amoureux, une jolie fête célébrée depuis des siècles dans bon nombre de pays du monde. « A l’origine fête de l’église catholique, la Saint Valentin n’aurait pas été associée avec l’amour romantique avant le haut Moyen Age mais avec l’amour physique », selon Wikipédia.

Toujours est-il que celle-ci s’apparente à un réel moment d’échanges qui, traditionnellement, se voit très convoité par les couples les plus fusionnels, avides de mots doux, de petites attentions et même de cadeaux comme preuves d’amour, ainsi que naturellement de roses rouges qui sont l’emblème même de la passion. Les chansons d’amour, quant à elles, ont manifestement un effet sublimant le jour de la Saint Valentin et contribuent aussi à faire du 14 février une fête intime et charnelle.

La Saint Valentin mise en musique pour que la magie opère

De L’hymne à l’amour d’Edith Piaf à J’envoie valser de Zazie, en passant par Quand on a que l’amour de Jacques Brel, Pour que tu m’aimes encore de Céline Dion, Je l’aime à mourir de Francis Cabrel, Je t’aime moi non plus de Serge Gainsbourg et Laisse-moi t’aimer de Mike Brant, voici donc pour commencer, en prélude au 14 février, une sélection tout à fait personnelle de trois grandes chansons d’amour françaises, anciennes certes mais assurément éternelles, parallèlement aux chansons invitant au voyage qui traversent les générations :

Edith Piaf, L’hymne à l’amour

Ode aux sentiments les plus forts, ce chef-d’œuvre musical compte parmi les plus belles chansons d’amour du patrimoine français. Ecrit et interprété par la Môme Piaf en 1949, celui-ci, composé par Marguerite Monnot, l’avait instantanément rendue célèbre, avant même le tout début des années 50.

La chanteuse française de music-hall avait écrit L’hymne à l’amour pour l’homme qu’elle aimait profondément, le boxeur Marcel Cerdan, et l’avait présenté en public pour la première fois dans un cabaret new-yorkais en septembre 1949. L’homme qui partageait sa vie ayant trouvé la mort dans un accident d’avion fin octobre 49, Edith Piaf avait enregistré L’hymne à l’amour , ce monument de la chanson française en mai 1950, en hommage à Marcel Cerdan.

Lucienne Boyer, Parlez-moi d’amour

Cette chanson d’amour éternelle, ayant reçu le tout premier Grand Prix du Disque en 1931, était entrée dans la légende bien avant L’hymne à l’amour d’Edith Piaf et fait toujours partie, elle aussi, du vaste domaine musical français. Ecrite et composée par Jean Lenoir en 1930, Parlez-moi d’amour avait été enregistrée par Lucienne Boyer, l’une des chanteuses françaises les plus adulées de l’entre-deux-guerres. Ayant été repris par les plus grands interprètes, ce disque extraordinaire avait reçu un succès considérable dans l’hexagone comme dans le reste du monde.

Jacques Brel, Quand on a que l’amour

En sus d’Edith Piaf et Lucienne Boyer, le grand représentant de la chanson française de l’après Deuxième Guerre mondiale a également laissé à son public un sacré bel héritage : Quand on a que l’amour . Ecrite en 1956 et s’apparentant à un « crescendo brésilien », cette chanson d’amour évoque la Guerre d’Algérie, sombre moment de l’histoire auquel le chanteur belge était opposé car imprégné d’un idéalisme chrétien, comme le décrivent d’ailleurs très bien Louis Girard et Hiram Lee. Premier véritable succès de Jacques Brel, le hit Quand on a que l’amour a déjà été repris par Céline Dion, Maurane ou même encore Les Prêtres dans leur album atypique Spiritus Dei .

Sur le même sujet