Coup d'œil sur le Xbox LIVE

Figures de proue de la lutte entre Sony et Microsoft, et leurs lance-missiles que sont respectivement la PS3 et la Xbox, départageons Network et Live.
10

C'est de bonne guerre, tous les partisans de la Playstation 3 et les adeptes de la Xbox 360 réclameront le Graal pour leur propre dogme. Pour les premiers, l'accès gratuit indifférencié est une source de contentement, tandis que la seconde catégorie évoquera la fiabilité de leur service en ligne.

Deux religions

Il est vrai que le Xbox Live bénéficie d'une ancienneté de patriarche (2002 aux USA, mars 2003 en Europe) comparé à l'ex-Playstation Network, rebaptisé Sony Entertainment Network le 8 février 2012, et dont le lancement fut opéré en novembre 2006. Mis à part cela, côté chiffres, force et de constater que la gratuité de ce dernier rassemble les foules avec environ 90 millions de membres inscrits, quant son concurrent en dénombre un peu plus de 40 millions. Ajoutons aussi que la diversité offerte par Playstation (plus de 500 titres originaux à compter de décembre 2009) appuie naturellement cette tendance.

Le Live, lui, comprend trois formules. L'accès Silver, non-payant, permet de télécharger démos, bonus et l'utilisation d'un chat vocal. L'abonnement Gold, en revanche, offre une très large palette de possibilités avec pêle-mêle, des fonctionnalités Twitter, Facebook et Youtube, la location/achat de films, vente de jeux indépendants, créations de tournois, personnalisation avancée du gamertag, et on en passe. Et surtout, la présence de la plupart des chaînes CanalSat, ce que le online de Sony ne propose pas. On arguera toutefois en faveur de ce dernier que l'ouverture d'une vraie page internet est possible. On en oublierait presque, côté Microsoft, le forfait Gold Famille, variante du précédent, avec en plus des options permettant de gérer les abonnements familiaux.

Privilégier l'économie...ou la consistance?

Autre élément, et non des moindres : la qualité du service proposé. À ce petite jeu-là, une bonne partie partie des joueurs en ligne s'accordent à le dire, le Xbox Live surpasse son rival (de surcroît, un ancien utilisateur des deux services qui vous parle). Jeu souvent plus fluide, réducteur du lag, des bugs et ralentissements, le premier cité s'enorgueillit également d'une sécurité présumée plus importante. Ce n'est pas la maintenance connue par le SEN du 20 avril au 15 mai 2011, suite à une intrusion extérieure illégale (Anonymous?) qui rassurera les sceptiques. Comme le jeu offert aux utilisateurs en dédommagement.

Un XBL quand même un brin tordu avec le système de paiement, souvent réalisé sous forme de dons de points, impliquant régulièrement de déposer plus d'argent que nécessaire pour s'octroyer jeu ou contenu téléchargeable. Une fourberie évitable au vu des millions de membres payant, 32,89€ pour un abonnement simple à l'année, près de 89,99€ pour le mode familial. Signalons cependant l'existence d'une formule Network payante pour la PS3 (49,99€/an), nommée PS+, et qui proposera des mises à jour automatiques, des réductions ou l'essai chaque mois de jeux complets. Pas toujours évident de se délester de ces sommes.

Finalement, pour bénéficier d'un réseau stable et performant, il faut y mettre le prix. Et le SEN, outre les économies qu'il engendre, se développe aussi sur une plate-forme initialement plus onéreuse que la Xbox 360 où s'épanouit le Live. À noter aussi que cette dernière a cessé depuis le 15 avril 2010 d'assurer les fonctionnalités online des jeux de la première Xbox, en raison des futures modifications apportées.

Maintenant, à vous de choisir!

On se retrouve sur XBL : Serbitar. Et merci de cliquer sur les liens pubs, cher amis!

Sur le même sujet