Marseille - Chelsea : (1-0), la victoire et puis c'est tout.

Les Olympiens se sont donc imposés lors de la 6ème et dernière journée de LdC, face au prestigieux champion d'Angleterre. Au terme d'un match très moyen.
6

Certains s'étaient mis dans la tête que ce duel serait une véritable affiche. Un match d'anthologie. Un tourbillon de talents. L'OM attendait impatiemment le retour de son enfant prodige, Didier Drogba. Il paraitrait même que l'actuel attaquant des Blues adore vraiment Marseille...même s'il a avoué qu'il ne finirait pas sa carrière là-bas. On est pas loin du foutage de gueule, quand même.

Un match en bois

Pour ceux ont suivi la rencontre sur TF1, la soirée fut loin d'être agréable. Si l'on n'en veut pas (ou plus) à Christian Jeanpierre, les commentaires de Bixente Lizarazu sont assez insupportables. L'ex-Bavarois aime fustiger les arbitres pour leurs décisions, alors que lui-même ne semble pas savoir s'il y a pénalty ou pas lors d'une action. Et c'est la même chose pour les hors-jeux ! Au fait, savait-il que le match comptait pour du beurre, et que les deux équipes étaient déjà qualifiées ? Parce qu'il semblait avoir du mal à comprendre le manque de motivation et d'impact de Chelsea.

Le grand comeback du roi Didier, tant attendu, a finalement déçu. Mis à part dans le domaine aérien, l'international ivoirien a peu pesé. D'ailleurs, peu de joueurs anglais sont sortis du lot dans une opposition sans aucun intérêt pour eux. C'était pourtant, à deux ou trois exceptions près, la composition classique des Blues. Mais assurés de terminer premiers, peut-on vraiment en vouloir aux hommes de Carlo Ancelotti de ne pas avoir joué le coup à fond ?

Malouda a été trop statique et sa vision du jeu fut limitée, ce soir. Ramires est et restera un simple remplaçant, tant son influence est insuffisante. Pour les reste, les Blues ont été discrets, très discrets. Le meilleur élément a peut-être été le jeune Sturridge, percutant et inspiré dès son entrée en jeu. Mais pour la évaluer classe biberon du club londonien, on attendra d'autres matchs pour se prononcer.

Brandao sauve les meubles

Du côté phocéen, l'ensemble fut un peu plus brillant, quoique sans grandes envolées. Rémy, par moments, a fait montre d'une certaine classe. Son œuvre reste toutefois incomplète. Valbuena a une fois encore prouvé qu'il était un joueur courageux. Et mieux que ça, qu'il possédait du talent. Ça reste bien sûr perfectible, mais ça remue, ça demande, ça percute...dommage que sa bonne frappe ait trouvé la transversale de Cech, en début de match. A signaler Heinze, qui aurait pu y aller de son petit but après une jolie tête. Mais « l'homme en noir » avait sifflé pour un hors-jeu qui semblait justifié.

Difficile de ressortir d'autres acteurs. Il faudrait que Diawara apprenne à se canaliser dans sa surface, car ses interventions agressives sont à chaque fois extrêmement limites. Il serait aussi intéressant pour l'OM que Kaboré ajuste un minimum ses centres, qui finissent souvent au 3ème ou au 4ème poteau. Pourquoi fait-on encore confiance à Taiwo sur coups de pieds arrêtés, alors qu'il tire pratiquement tous ses coups-francs au dessus ou dans le mur ? Quant à N'Diaye, on a juste envie de demander à Didier Deschamps s'il a voulu faire une farce à ses supporters ? D'où sort ce joueur, et que fait-il à ce niveau ?

Terminons sur Brandao, la grande énigme marseillaise. Le guerrier, poussé dans la fosse, finit toujours par revenir à l'assaut. Même après une période de doute, même après avoir chauffé le banc un moment, le Brésilien est décisif. Si l'on met de côté sa créativité inexistante et sa technique insuffisante, il convient d'admettre que le baroudeur sauve bien des situations inconfortables. Ce soir, dans un match fantomatique, il inscrit encore le seul but de la rencontre.

Sur le même sujet