Marseille - Manchester Utd (0-0), tout reste à faire

Dans un match pas franchement emballant, l'OM n'a pas hypothéqué ses chances de qualification en concédant un score nul et vierge face à Manchester United.
7

Ce résultat nul et vierge est, statistiquement, celui qui laisse la qualification la plus indécise. Il y a des 0-0 intéressants et d'autres plus barbants. Celui-là est plutôt à mettre dans la seconde catégorie. La faute d'abord à une formation mancunienne peu en rapport avec son prestige, et surtout un Rooney cruellement insuffisant.

Un MU venu pour subir

Il est déjà délicat de se sortir d'un guêpier comme celui-ci, et ça l'est d'autant plus lorsque son crack n'est pas au niveau. Car si MU est venu avant tout pour verrouiller le jeu, Marseille n'a pas montré beaucoup plus de velléités offensives. Quelques incursions discrètes en fin de match, et puis s'en va. Il faut dire que l'affiche, alléchante au possible, était un faux match à spectacle. Depuis combien d'années ces clubs ont mis de côté leur philosophie d'attaque pour privilégier solidité et efficacité?

Nani fut le principal danger pour les Phocéens, mais il a été souvent gourmand, quand il ne fut pas trop brouillon. Berbatov s'est peu déployé. On connait pourtant le style de ce vrai renard des surfaces; un sens implacable du placement et un opportunisme à toute épreuve. Sauf que ce soir, il n'a pas scoré. Ailleurs? Vidic a été plutôt fébrile pour un joueur de sa stature. Au contraire, Evra a livré un match sérieux, au même titre que Smalling, qui fut le réel taulier. Celui-ci, du haut de ses 21 ans, s'affirme un peu plus à chaque sortie sous le maillot des Red Devils.

Côté olympien, la défense a mis un certain temps à entrer dans le match. Si Fanni est à créditer d'une bonne prestation, la charnière centrale Diawara-M'Bia a fait peur au début des hostilités. Deux joueurs pas vraiment complémentaires, dont la capacité à faire des fautes est étonnante, tout comme leur sens du jeu un brin limité. Heureusement, ce sont deux grands joueurs de duel. Ce soir, il n'en fallait pas plus pour museler un Manchester United pas flamboyant. Heinze? Le « latéral » a été croqué tout cru par le Portugais Nani durant le premier acte, avant de réaliser une seconde mi-temps en acier trempé où son expérience et sa lecture du jeu ont parlé.

L'OM sans patron

Devant, le constat est assez similaire. Rémy est passé de transparent à percutant, avant de sortir. Brandao a affiché un niveau technique relativement rassurant, même s'il fut très peu inventif. Autrement, deux hommes se sont montrés à leur avantage: A.Ayew pour son engagement et sa motivation, et Cissé pour son abattage et sa bonne utilisation du ballon. Deux bonnes surprises. Pour sa part, Kaboré a également été surprenant, dans le bon sens du terme. À l'image de Brandao, on ne l'attendait pas forcément au niveau européen. Il a répondu présent.

Alors, finalement, il a manqué quoi à l'OM? De confiance tout d'abord. Face à un MU pas franchement reluisant, Marseille aurait pu (et dû) être plus saignant, sans se contenter de sortir du terrain au crépuscule de la rencontre. Ensuite, il a manqué un chef d'orchestre. Ce que Lucho n'a pas été. Le constat observé pour Rooney est valable pour l'ex-milieu du FC Porto; l'OM, sans meneur de jeu, ne peut décemment nourrir d'ambitions. On attendra mieux des deux artistes au match retour. Un duel auquel participeront peut-être Giggs et Valencia (et Gignac...)... Attention !

Sur le même sujet