Very Cold Trip, un vrai bon film !

Le très décrié film du réalisateur finlandais Dome Karukoski a laissé une partie de ses spectateurs et de la presse dubitatifs. Une scepticisme mérité ?

Very Cold Trip reprend donc la même construction que Very Bad Trip (Todd Phillips, 2009), Very Bad Cops (Adam McKay, 2010) ou leur illustre ancêtre, Very Bad Things (Peter Berg, 1998). Avec une idée précise en tête : faire d'un voyage et d'une série d'événements en apparence normaux une épopée aussi loufoque qu'amusante.

Mais la comparaison s'arrête là. Car si les autres, et plus particulièrement Very Bad Trip et Very Bad Things, sont une suite de clins d'œil au cinéma américain tapageur, l'ambiance autour de cette réalisation est différente. Ici, pas de virée en Californie ni de plans sur les palaces ou les casinos de Los Angeles. L'histoire se déroule dans le nord de la Finlande (non loin de Rovaniemi), dans l'isolement et le froid.

Un casting discret

Au niveau des acteurs, pas de quoi casser trois pattes à un canard non plus. Pas de Bradley Cooper (Phil dans Very Bad Trip) ou de Jeremy Piven (Michael Berkow dans Very Bad Things), simplement des personnes au physique plutôt quelconque (malgré un certain style). Et dont l'expérience cinématographique est courte, voire nulle. Le souhait de Karukoski était de réaliser un long-métrage de bonne facture, mais surtout de conserver un cadre réaliste. Ça semble chose faite puisque son avant-première, proposée à 700 habitants de Laponie, a débouché sur un concert d'applaudissement et de remerciements. L'histoire ? Il ne s'agit pas dans ce film de sauver une jolie jeune femme ou de désamorcer une bombe. Janne (Jussi Vatanen), un jeune homme relativement fainéant et alcoolique (il possède un caleçon d'Homer Simpson, c'est dire !) est contraint d'aller acheter un décodeur pour sa belle (Pamela Tola, alias Inari). Voilà notre héros mal embarqué dans un samedi soir qu'il pensait passer tranquillement au troquet du coin à boire avec ses amis.

Heureusement, deux de ses plus fidèles alliés vont l'accompagner dans cette aventure nocturne. Il s'agit de son meilleur ami Kapu (Jasper Pääkönen), lui aussi très versé dans la boisson, et de Räihänen (Timo Lavikainen), un garçon dont la principale occupation et d'atteindre le niveau 10 d'une machine d'arcade (qui dévoilera enfin les seins de la femme sur laquelle il fantasme).

Une vraie réflexion

Sauf que ce côté fougueux, inhérent à un tel scénario, n'occulte pas une certaine noirceur. Avec cette production, Dome Karukoski a avoué vouloir dresser un constat de la société finlandaise, en pleine mutation. Les rôles ont tendance à s'inverser dans le couple, laissant parfois l'homme inactif dans un certain embarras : celui de la dépendance vis à vis de sa femme, ce qu'il se passe dans le film avec Janne et Inari. Autre élément, le tôt de chômage extrêmement élevé dans cette région de la Finlande (parfois plus de 40% de la population à certains endroits).

Il est omniprésent dans ce Very Cold Trip ; nos trois protagonistes n'ont pas de boulot et ils ne se donnent même plus la peine d'en chercher, puisque comme le dit Janne, lui-même en marge depuis 5 ans : « Cela ne sert à rien...ils ne m'embaucheront pas ! ». Le sujet est décliné en d'autres formes : vacuité du travail et délocalisation. Kapu aborde ce thème à plusieurs reprises, car il a touché plusieurs membres de sa famille (dont l'un s'est suicidé par pendaison suite à une délocalisation de son entreprise au Brésil). Le pin-balançoire, lieu de décès pour la plupart d'entre-eux, est d'ailleurs présenté de belle manière par Kapu au début du film (lien en bas de la page).

Sous ses airs de long-métrage gentillet et rigolo, Very Cold Trip se montre un brin ironique envers les superproductions hollywoodiennes et il traite surtout d'aspects de la vie quotidienne, rendant ses personnages plus attachants encore. Des acteurs dont le comportement et la motivation, selon leur réalisateur, ont été irréprochables : « Nous avons tourné dans des températures atteignant -38°C. Nous nous sommes munis de saunas pour que les acteurs - qui ne portent pas beaucoup de vêtements dans le film - puissent rester au chaud ! Finalement, ils ont préféré souffrir du froid et rester dehors… au moins ils avaient le choix ! »

Un accueil tempéré en France

La musique elle-même, à des centaines de lieues de la pop aseptisée ou des titres récurrents qu'on entend la majeure partie du temps, rend la chevauchée encore plus appréciable. Dome Karukoski en dit d'ailleurs : « nous avons pu obtenir un son unique grâce à des ingénieurs du son suédois et au compositeur irlandais Lance Hogan. Bien que le récit soit assez simple, le film est une grande aventure, une odyssée : un couple se met en quête d’un nouveau décodeur. », avant d'ajouter : « La musique devait être épique. Nous avions parlé d’Ennio Morricone avec Lance, car pour nous, le film est une sorte de western Lapon. »

Cependant, la critique au sujet de Very Cold Trip est assez mitigée. Le site Allociné fait état de deux notes très moyennes ; la presse a globalement jugé que la film ne méritait pas d'éloges : 2,7/5. L'indice « spectateurs » (qui peut néanmoins varier) est encore plus sévère : 2,5/5. Parmi les médias qui ont estimé l'œuvre à la hauteur, on note Le Figaroscope(4), Le Parisien (4), Paris Match (4) ou Le Point (4). A l'inverse, Télérama, Studio Ciné Live ou Le Monde n'ont guère apprécié (1/5 pour chacun).

Un choix difficilement compréhensible pour un film à la fois drôle et pertinent. La surprise y est présente, notamment dans le final avec l'arrivée de l'hélicoptère dans le jardin de Janne ou le sort de l'arbre de Kapu, qui prennent le spectateur au dépourvu. Toutes proportions gardées, les discussions autour de Very Cold Trip rappellent celles qu'a connu OSS 117. Certains avaient vu les clins d'œil à l'histoire du cinéma et l'humour décalé de ce dernier, les autres avaient parlé d'un « piètre film ».

Dans tous les cas, le cinéma finlandais peut être fier de son bébé. Very Cold Trip se laissent regarder avec plaisir, son ensemble et cohérent et les ressorts sont bien pensés. Indéniablement un succès ! Pour le plaisir, l'introduction du film, par ce cher Kapu :

http://www.gralon.net/cinema/film-very-cold-trip-6426.htm

Sur le même sujet