100% meunier, 100% vallée de la Marne

Cépage mal aimé à tort, le pinot meunier retrouve de plus en plus souvent sa place parmi la cave des connaisseurs. Des champagnes particuliers.
17

Halte aux idées reçues ! La légende et l’inconscient collectif de bon nombre de dégustateurs, cavistes, œnophiles et œnologues réunis, ont longtemps réduit l’intérêt du pinot meunier. Il est pourtant des vignerons fiers de leurs parcelles qui savent rendre ses lettres de noblesse à ce cépage que les connaisseurs qualifient à juste titre de subtil.

Tout leur art réside dans leurs efforts à laisser s’exprimer la typicité de ces vignes principalement implantées dans la région de la vallée de la Marne. Des ambassadeurs atypiques des Champagnes de Vignerons.

Vieilles Vignes

Prenons la direction de chez Michel Loriot, où la cuvée Pinot Meunier Vieilles Vignes est à déguster absolument !

Elaboré en mono-cépage 100% pinot meunier des coteaux de Festigny, avec des raisins issus de vignes âgées en moyenne de 40 ans, ce champagne tiré en quantité très limitée est le fleuron de ce producteur. Elle révèle en bouche, rondeur et élégance et laisse s'exprimer des arômes subtils. Le millésime 2006 se mérite et se déguste avec patience.

Non loin de là, est perché un village avec vue imprenable sur l’un des secteurs les plus remarquables de la vallée de la Marne. Voilà le siège d’un terroir spécifique, où deux producteurs différents proposent deux expressions d‘un sous-sol. A Villers-sous-Chatillon, honneur au président de la chambre d’agriculture de la Marne, Jacky Charpentier. Cette figure du vignoble champenois exploite une douzaine d’hectares. L’origine de ce domaine remonte au début du XXe siècle.

Il a choisi le nom d’un de ses aïeuls, Pierre-Henri, pour désigner cette cuvée 100% meunier au nez marqué par des arômes légèrement évolués, laissant apparaître des senteurs de cuir jeune et de sous-bois. En bouche c’est une sensation de vin accompli qui se dégage. Là encore, on retrouve des nuances de sous-bois, mais aussi de feuilles séchées pour un résultat vineux plutôt agréable.

Sans malo

En ce qui concerne la cuvée Select Réserve du champagne R. C. Lemaire, le résultat obtenu par le vigneron Gilles Tournant a des accents qui peuvent dérouter. Pas de fermentation mal lactique pour ce vin, ce qui permet d’offrir une capacité de vieillissement plus longue.

Au final, il s’agit d’un véritable condensé floral réuni dans une flûte que l‘on n’imaginait pas trouver sur les coteaux de Villers-sous-Chatillon…

Le premier nez de ce champagne très particulier est basé sur des arômes de muguet, puis il passe rapidement sur des notes lilas. Doté d’une attaque franche et vineuse en bouche, on glisse sur des saveurs qui font penser à des bouquets de roses séchées. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le breuvage provoque la surprise. A déguster sur tarte aux pommes servie avec une crème épaisse. Miam !

En poursuivant notre petit bonhomme de chemin, au fil de la vallée, nous arrivons dans l’Aisne, à Passy-sur-Marne. C’est là où Pascal Serveaux poursuit la voie initiée par Georges en 1954. La cuvée Meunier (également produite sans fermentation mal lactique) se caractérise par des bulles fines et discrètes et un nez quelque peu végétal qui reste simple. Une bouche équilibrée sur des notes de fruits à noyaux laisse une belle finale assez vineuse.

Généralement, les 100% pinot meunier sont des champagnes de repas. A savoir que pour les plus anciens millésimes, ils s’apprécient avec délice sur un foie gras, ou même pour des cuvées rares accompagnés d’un cigare. Avis aux amateurs

Sur le même sujet