A la façon italienne

Cap vers la « Botte » pour découvrir les saveurs ensoleillés de vins transalpins. Uengrandes diversités et quelques perles à déguster !
9

Petit rappel historique si l’idée même du vin avait vu le jour dans ce haut lieu de l’antiquité, pour autant, la remise en cause du vignoble italien, notamment sur le plan qualitatif, est venue plus tardivement qu’en France.

Les différentes régions viticoles (une vingtaine) où poussent de nombreux cépages autochtones.

Système autarcique

Il faut savoir que 60% de la production provient d’exploitations agricoles non spécialisées, une sorte de système autarcique qui s’ouvre peu à peu. En revanche, si le volume des vins fins ne représente que 15% de la production, la part des vins «bio» est supérieure à celle qui existe en France.

La taille moyenne d’une exploitation transalpine et de 1 ha alors qu’en France, elle est de 7 ha, et en Australie de 20 ha.

Notons également que l’Italie consomme beaucoup ses propres vins, et exporte 15 millions d’hectolitres, alors que l’importation est quasi insignifiante.

Latium, Vénétie, Piémont, Emilie-Romagne, Sicile, Campanie réservent bien des surprises aux dégustateurs français, qui sont souvent peu habitués au goût transalpin. Ce dernier est parfois très déroutant, notamment en ce qui concerne les effervescents.

Les rouges obtiennent souvent des commentaires unanimes, par exemple un Salice Salentino, un vin harmonieux à la robe grenat profond, et à la bouche gourmande, riche arômes délicieusement fondus.

Le fameux chianti

Le muscat très aromatique est en partie utilisé pour produire l’Asti Spumante, blanc pétillant élevé en cuve close titrant entre 5 et 6°

Il faut retenir que la Toscane révèle des étés longs et secs et des hivers moins rigoureux. On considère cette région comme bénie des dieux pour la culture de la vigne et des oliviers. Le cépage phare pour l’élaboration du prestigieux Chianti est le Sangiovese. Entre Floprence et Sienne, on y retrouve le cœur de l’appellation Chianti Classico sur 7000 ha. Autour ce sont 24000 ha de chianti qui proposent des vins de qualité inégazle. L’amalgame entre les deux zone est préjudiciable à la notoriété du Chianti car toute la zone est classée.

On y déguste aussi le Brunello di Montacino, le premier vin à obtenir le statut DOCG en 1980. Profon, riche aux saveurs de cerises noires. Son potentiel de garde est important. Il doit séjourner au moins 3 ans en fût.

Autre beau vin le Vino nobile di Montalcino, qui provient des collines du sud-est de Florence. Un autre grand vin rouge de Toscane.

Les Pouilles connaissent une restructuration du vignoble depuis quelques années grâce aux aides européennes. On observe une productin vinicole d'un rapport qualité/prix plus cohérent. Deuxième plus grosse région productrice avec 18% du niveau national.

La Sicile propose nune petite production de vins de qualité. Les vins blancs les plus réputés provienent du vignoble situé au pied de l'Etna.

Sur le même sujet