Bestheim et la cave d'Obernai ont fusionné

Sur le marché des vins effervescents, la fusion entre le troisième et le cinquième opérateur alsacien sonne l'avènement d'un numéro un
18

C’est désormais fait. La fusion a été opérée entre Bestheim et la cave d’Obernai. Le troisième et cinquième opérateur alsacien ont donc décidé de s’unir pour devenir le premier producteur et metteur en marché régional. Bestheim avec 5 millions de bouteilles, et 45% de son activité sur le secteur effervescent entretenait de longue date un partenariat avec les coopérateurs d’Obernai.

A l’assaut de nouveaux marchés

Chaque entité se félicite de ce rapprochement qui débouche sur une production de 18,5 millions de bouteilles. La structure va compter 113 employés et 583 adhérents, le tout pour une surface de 1336 hectares et 480 hectares en négoce pour un chiffre d’affaires consolidé de plus de 56 millions d’euros.

Cette décision de rapprochement est le fruit d’une longue réflexion commune et fut prise à l’unanimité des administrateurs des deux entreprises le 5 octobre 2011.

Les motivations principales, outre le fait d’élargir la gamme proposée à la clientèle en développant toutes les typicités de terroirs du nord au sud de l’Alsace, est de répondre aux demandes croissantes d’une clientèle de plus en plus concentrée, et de développer de nouveaux marchés avec plus de moyens.

En particulier, la nouvelle structure bénéficiera d’un ensemble de vendangeoirs répartis sur toute l’Alsace, cet ensemble d’outils constituant un atout indéniable pour tous les vignerons associés.

L’objectif premier sera d’être l’une des références en matière de qualité de ses vins et le meilleur représentant possible des vins d’Alsace à travers le monde.

Un nouveau site de conditionnement et logistique est à l’étude pour une implantation au coeur de l’Alsace.

Cette fusion répond au besoin de restructuration de la filière viticole régionale et constitue la première étape de rapprochements encore souhaitables. Cette nouvelle entité s’y prépare et reste ouverte à toute autre alliance pertinente et motivée par les mêmes valeurs.

Les observateurs notent que ce type de regroupement est bénéfique pour le vignoble alsacien, afin de mettre en avant le nom de l’appellation partout dans le monde. Une action en complément du travail essentiel des récoltants-manipulants qui sont les ambassadeurs du vignoble.

Cuvées de qualité

Précisons que c’est en 1765, à Westhalten, petit village du Haut-Rhin blotti au cœur de la Vallée Noble, que naît la maison Heim. Portés par leur amour du métier et du terroir, les successeurs d’Alfred Heim se sont mis en quête de nouvelles terres et se sont installés sur les coteaux de Bennwihr. Heim est devenu Bestheim, associant au nom d’origine la contraction des noms des villages où l’entreprise vinifie et élève ses différentes cuvées, dont 7 cuvées de crémant.

L’un des fleurons de la maison est le crémant d’Alsace Brut Prestige. Il s’agit d’un 100% pinot blanc, aux saveurs de framboise et de fruits secs.

Ce vin a connu sa consécration en décembre 2005 lors d’une dégustation à l’aveugle mêlant champagnes et crémants de prestige (organisée par le magazine Crémants de France). Cette cuvée est sortie deuxième de la dégustation devançant le mythique champagne Dom Pérignon. Une reconnaissance pour Bestheim et son savoir-faire.

En 2009 la cuvée Prestige a fait honneur à sa réputation en se classant dans les 10 meilleures cuvées des Effervescents du monde.

A noter que la structure Bestheim a également la particularité d’avoir opéré le rachat de deux domaines sur Bordeaux, le Château de Cavaillet et le Château Fillon.

Sur le même sujet