Claude Lelouch : un homme et une caméra

Entretien avec le réalisateur de « Un homme et une femme » à l'occasion de la présentation de son dernier film en avant-première à Epernay.

"Mon actrice principale, c’est la caméra. Elle est toujours là, mais on ne la voit pas... J’ai appris à la domestiquer, à la dominer. Je suis un voyeur par procuration. Je veux être un électron libre !"

A 73 ans, le réalisateur Claude Lelouch, bien qu’animé d’une énergie de jeune-homme, avoue tourner un film "comme si c’était le dernier". Le 11 décembre, il a présenté en avant première au cinéma Le Palace à Epernay sa dernière œuvre, "D’un film à l’autre", un témoignage sur 50 ans de cinéma. Les fans de Claude Lelouch devront patienter jusqu’au 13 avril 2011 pour découvrir cette synthèse qui ressemble à un album de famille.

"Casting de rêve"

"Il retrace mon parcours de cameraman d’actualités à celui de cinéaste. C’est un film que j’ai conçu pour l’anniversaire des Films 13. Ma société de production créée le 13 avril 1960, m’a offert la liberté de faire ce que je voulais et de bâtir ma vie de cinéaste. Les Films 13 ont été là quand ça allait bien et même quand ça n’allait pas. Mais ce film est aussi destiné à mes 7 enfants. Je suis arrivé à une période de l’existence où il est bon d’observer sa vie, et de transmettre les choses. Au final, au-delà de l’aspect documentaire... et si c’était un vrai film ? Un film très nostalgique avec beaucoup de grands acteurs du cinéma français. Ils sont presque tous là, c’est un casting de rêve."

Quant à savoir pourquoi avoir réservé la primeur de cette projection au public sparnacien dans le cadre des festivités des Habits de Lumière de l’avenue de Champagne qui avaient choisi pour leur 11e édition le thème du 7e art, ce serait peut-être trop simple de ne retenir que la thématique.

"Un enfant d’Epernay"

"Dans ma vie, j’ai constaté que les choses ne se passent jamais comme on les avait imaginé. Un jeu de ricochets m’a conduit à Epernay, un concours de circonstances entre amis et rencontres. Au départ, je n’avais pas envie de sortir ce film, mais j’ai trouvé le risque et l’aventure sympathiques. Il faut bien trouver une clinique pour naître. Ce film est donc un enfant d’Epernay ! Et puis, il faut avouer que le champagne et le cinéma, ça va vachement bien ensemble. Ce vin est presque indissociable de l’histoire du 7e art. On le boit dans les bons moments, avec une idée de fête. On peut dire que la Champagne a inventé la fête en quelque sorte. Ce n’est pas une boisson innocente, dans les films elle est quasi omniprésente. Le champagne est une star. Lors de la sortie de mon film "L’aventure, c’est l’aventure", un critique avait noté : "C’est du champagne !". Pour revenir au pourquoi de ma présence à Epernay, je dirai en fait qu’on m’a demandé de venir y présenter mon film et que j’ai accepté. "Oui", c’est souvent le début d’une aventure ou d’un film. Il se passe toujours plus de choses pour ceux qui disent "oui". Bien sûr, après, il y a du travail pour faire aboutir un projet, mais c’est bien mieux que de dire "non" et de s’interdire de vivre."

Vive la vie

D’ailleurs, la vie n’est-elle pas l’axe essentiel de l’œuvre de Claude Lelouch, avec ses petits et ses grands moment au travers du prisme coloré et spectaculaire de la caméra (même quand l’œuvre est en noir et blanc...) ?

"Le ciné, c’est la vie en mieux ! C’est un art naturel. Nos yeux sont les plus belles caméras du monde, et encore une fois, cet instrument qui prend des images est dans tous les films de la Terre, donc il faut apprendre à diriger. J’ai eu de la chance de pratiquer mon métier en faisant ma distraction préférée."

Quand Claude Lelouch jette un regard sur l’actualité, il ne peut s’empêcher de s’exclamer : "On est devenu fou ! L’exemple du dernier épisode neigeux qui s’est abattu sur la France est flagrant. La neige aurait dû amuser tout le monde, mais les gens sont trop sérieux, trop stressés. Tout va trop vite. Pourtant, j’ai toujours envie de tourner, de m’amuser, et je vais m’inspirer de cette thématique de l’actualité. Mon prochain film est déjà bien avancé au plan de l’écriture. Et j’ai songé à la grande majorité des acteurs qui composeront le casting. "Le chemin de l’orgueil" sera un film de copains, une grande récréation dans l’esprit de "L’aventure, c’est l’aventure" afin de montrer notre époque folle où tout devient spectacle. On y retrouvera notamment Charles Gérard (Charlot pour les intimes), un ami de toujours."

Le réalisateur le souligne avec malice, il sera fortement question de cons dans ce long métrage, des vieux et des jeunes... Pour Lelouch, un con est une personne qui pense avoir toujours raison et qui n’a que des certitudes.

"Un peu comme un vrai morpion ! Le con ne vous lâche pas. Mon père me disait que pour se débarrasser d’un con, il fallait le flatter. En revanche, il convient d’éviter la flatterie avec un mec intelligent, car il pensera que vous le prenez pour un con, et à ses yeux, c’est vous qui finirez par en avoir l’air..."

Voilà qui promet !

Sur le même sujet