Domaine des Terres Blanches : Baux et bio

Une culture de la vigne des plus saines, un terroir d'exception dans un cadre de renom et des vins subtiles et travaillés au Domaine des Terres Blanches.

Au pied des Alpilles, imaginez une légère pente régulière, ressentez le souffle du mistral qui balaye Avignon et la vallée du Rhône. Sur la commune de Saint-Rémy-de-Provence, le thym, le romarin et la lavande s’associent naturellement à la vigne. Voilà, vous êtes sur le Domaine des Terres Blanches.

C’est en 1968 que Noël Michelin acquiert une partie du " Mas des Pilons ". Il lui donne le nom du lieu-dit d’une partie de la propriété, qui vient d’éboulis calcaires. Le domaine de 60 hectares compte alors une dizaine d’hectares de vignes hybrides, le reste étant en garrigues et bois de chênes verts et de pins d’Alep. Le propriétaire commença par défricher et remplacer les hybrides par des plants homologués. De nos jours, le domaine se compose de 39 hectares de vignes. Une cave moderne fut construite en 1973. Noël Michelin est devenu président du syndicat des vignerons des Baux après la transformation du VDQS " coteaux des Baux " en AOC " coteaux d’Aix-en-Provence. Il est à l’origine de la création de la nouvelle appellation " les Baux-de-Provence ".

En 1990, son gendre, Guillaume Rérolle, ingénieur en génie civil, a abandonné ses travaux d’urbanisme pour le rejoindre dans le travail de la vigne.

Situé dans l’aire de l’appellation des Baux-de-Provence, le vignoble est constitué de grenache, syrah, cinsault, mourvèdre, counoise et cabernet-sauvignon qui forment la palette des vins rouges et rosés (A noter que le climat méditerranéen rafraîchi par le mistral, est particulièrement favorable à l’expression de la syrah). Quant aux blancs, ils sont élaborés à partir d’ugni, clairette, rolle, sauvignon, grenache blanc et marsanne.

Des pratiques saines

Un environnement très favorable permet aux responsables de l’exploitation de pratiquer la culture agrobiologique depuis 1970, donc bien avant l’apparition du mouvement bio. Ayant débuté sa carrière en Indochine dans des plantations d’hévéas, Noël Michelin créa ensuite une plantation de caféiers au Cameroun. C’est là qu’il fit l’expérience des excès d’engrais et d’insecticides qui étaient alors furieusement à la mode.

Rentré en France en 1964, il décida de revenir à des pratiques plus saines. Ainsi, le Domaine des Terres Blanches est cultivé depuis son origine sans engrais chimique, sans insecticide de synthèse, sans désherbant. Seuls, la traditionnelle bouillie bordelaise, le soufre, des algues marines et des essences de plantes sont pulvérisés pour enrayer une éventuelle attaque de mildiou ou d’oïdium.

Dès l’automne, les interlignes sont enherbés d’un mélange légumineuses-céréales, qui, broyé avec les sarments, sera restitué au sol avant l’été en même temps qu’un compost de fumier, paille et broussailles, réalisé sur place. Les insectes et les différentes araignées vivent sinon en harmonie, au moins en équilibre entre ceux qui se nourrissent de la vigne, ceux qui se nourrissent aux dépends des premiers, et ceux qui " comptent les points ! "

Des vins de terroir

La vinification, comme la culture, cherche à respecter l’expression du terroir et la particularité du millésime.

Les rouges sont composés principalement de grenache, syrah et cabernet. Mourvèdre, cinsault et counoise entrent secondairement dans les assemblages. Des vins complexes et parfaitement réussis qui séjournent au moins un an en foudre de chêne. Légèrement poivrés ils se marient particulièrement avec les plats provençaux, les grillades de bœufs ou d’agneau, et la ratatouille. Ils sont de moyenne garde, environ 5 à 6 ans.

La cuvée Aurélia, d’après la voie romaine qui longe la propriété, est produite les meilleures années. Il s’agit d’un assemblage des trois cépages principaux. La robe est d’un joli rouge soutenu. Les senteurs d’épices et de grillé s’échappent harmonieusement du verre, et en bouche les tanins garantissent une excellente capacité de vieillissement.

Produits par saignée de la cuve, 12 heures environ après la vendanges, les rosés sont majoritairement composé de grenache, qui confère fruité et rondeur. Mourvèdre et counoisie viennent apporter la structure. Le propriétaire conseille de déguster les rosés sous une tonnelle avec une salade composée. Ils se marient aussi sur des viandes blanches grillées. Mais la préférence ira à un chèvre-bûche demi sec !

Les vins blancs sont fruités et vifs. Le rolle leur apporte le côté floral et la finesse, l’ugni, l’acidité, le sauvignon, l’ampleur aromatique et le grenache blanc, le gras. Ils seront très agréables à l’apéritif ou sur un poisson grillé. Un fromage de chèvre constituera également un bon compagnon.

Sur le même sujet