La sérénade transalpine du Mesnil-sur-Oger

Dégustation, simplicité, convivialité au cœur du Mesnil-sur-Oger pour une partition réussie à la rencontre des saveurs de l'Italie du Nord.

«Il n’y aura pas de pizza, mais tous les produits dégustés seront placés sous le thème de l’Italie du Nord», lance chaleureusement Patrick Michelon devant ses invités rassemblés devant le restaurant Le Mesnil.

Rappelons que Patrick Michelon, Alsacien d’origine a été formé chez Haeberlin. Il a su faire confiance à Maurice Lefondeur son second, pour reprendre ce restaurant situé au cœur du vignoble de la côte des blancs.

Depuis leur première rencontre, petit à petit une solide amitié s’est tissée entre les deux passionnés de gastronomie.

Lorsque Patrick pris en 1996 la direction des Berceaux à Epernay, il proposa logiquement à Maurice de le suivre.

Au-delà du fait qu’il est un cuisinier hors normes - on ne devient pas chef d’un établissement 2 macarons Michelin à 22 ans par hasard - Patrick Michelon dispose d’un formidable sens relationnel qu’il s’agisse des clients, ou bien des membres de son équipe. Il a une réelle capacité à manager, mais surtout à faire confiance en sachant déléguer des fonctions importantes.

Au Mesnil, les deux chefs ont offert la possibilité à deux jeunes de faire leurs preuves. Salomé Mattlin, responsable de salle, et Kévin Astier, chef de cuisine, sont deux anciens de l’équipe sparnacienne.

Moderato cantabile

Le chef champenois a eu l’idée de soirées originales dans un but avant tout festif. «C’est aussi notre rôle d’assurer une certaine animation dans le village et de créer l’évènement en toute simplicité, mais toujours avec des produits de qualité. On veut réveiller le Mesnil !», explique Patrick Michelon avec un large sourire

Une trentaine de personnes avait répondu présent pour la première soirée thématique, agrémentée des airs rythm n’ blues et rock de l’orchestre Fifi Brothers.

Tout avait commencé par la découverte d’un panel de charcuteries transalpines à l’occasion d’un «apéritif trottoir» à l’entrée de l’établissement. Parmi les convives ont pouvait reconnaître André Jacquart, maire honoraire de la commune, mais aussi quelques Sparnaciens et même des Vitryats, bref des gourmets de tous le département et des représentants du monde économique séduits par cette initiative dans un village typique de la côte des blancs.

Allegro ma non troppo

Sur un plan gastronomique, l’équipe du Mesnil avait composé un menu passant par de grands classiques de la cuisine italienne : carpaccio, scampis et poulpe, osso bucco, une belle sélection de fromages transalpins et tiramisu pour le final.

En ce qui concerne la partie œnologique, l’accord met-vin fut aromatique avec des cuvées parfois très puissantes. Vernaccia, Rosso di Montalcino, Brunello di Montalcino, Barbaresco ou encore Moscato d’Asti ont su démontrer la variété des terroirs, parfois avec des arômes aux accents très chaleureux. Des cuvées de soleil et de finesse d’un bel intérêt pour les dégustateurs aimant faire preuve de curiosité.

Bravissimo signor Michelon !

Sur le même sujet