Mozart, l'Opéra Rock : Mikelangelo artiste accompli

Mikelangelo Loconte incarne Mozart, la première rock star de l'histoire dans un show des plus baroque'n'roll ! Rencontre avec l'artiste italien.
8

Fin prêt pour les répétitions avant une des dernières dates en province de la tournée, Mikelangelo Loconte, alias Mozart dans la production musicale d’Albert Cohen et Dove Attia, joue tranquillement de la guitare dans sa loge. Il enchaîne plusieurs morceaux en fredonnant des mélodies de sa composition, ce qui confère à ce moment de détente un aspect de mini concert unplugged avant l’exercice de l’interview.

A noter que le beau gosse italien maîtrise allègrement piano, clavier, guitare, batterie et percussions. Le personnage phare de la comédie musicale Mozart, l’Opéra Rock, est à l’instar du véritable Amadeus, un artiste précoce et accompli sur le plan musical à la fois auteur, compositeur, musicien, interprète et directeur artistique.

Il est en outre passionné par la peinture, la sculpture et la poésie. Autant de facettes qui font de Mikelangelo un rockeur à la personnalité singulière.

Vous arrivez aux dernières dates d’une tournée triomphale à travers la France, quel est votre état d’esprit ?

Une tournée, c’est dur parce qu’on se donne à fond durant les représentations. Une grande épreuve pour ce qui des énergies. Après, on se calme pendant la semaine. Il faut aborder cela avec un entraînement comme un sportif de haut niveau.

Vous êtes un artiste complet, une sorte d’enfant prodige comme le personnage que vous interprétez.

Je suis créateur et compositeur, et dans ma tête, à chaque fois que j’interprète Mozart, je crée aussi, c’est ainsi que je conçois ma performance, je ne ressens donc pas de frustration.

Comment gérez-vous la popularité ?

Je suis habitué à la partager. Depuis le début de Mozart, l’Opéra Rock, la politique a été de ne pas stariser les artistes. Le spectacle étant un vrai spectacle il faut quand même des ambassadeurs, des figures de proue. Ce rôle, je l’ai porté à part égale avec Florent Mothe qui joue Antonio Salieri. Et il y a aussi eu d’autres personnages du spectacle qui ont fait des single. Toute la troupe est visible médiatiquement, ce qui permet de mettre en avant la comédie musicale. C’est elle la vraie star !.

Au-delà du rôle, les oeuvres de Mozart font-elles partie de vos goûts musicaux ?

Oui, j’ai déjà écouté la musique de Mozart et lu une biographie du personnage historique. Mes compositeurs classiques favoris sont Bach et Mozart. Il est étrange de noter qu’en son temps Amadeus fut le meilleur compositeur de musique de salon, mais également le meilleur à la détruire...

La tournée va se terminer le 10 juillet à Paris, comment vivez-vous cette fin annoncée ?

J’ai pris ce spectacle comme une mission. La fin est logique et permet d’apprécier avec satisfaction tout ce qui a été accompli. Ca va être dur de voir partir des amis qui sont comme une famille. Lorsque les décors seront démontés ça va être dur. Je les regarderai une dernière fois et je partirai vers une autre aventure avec courage. C’est prévu dans ma tête pour se faire sans nostalgie. J’ai toujours fonctionné ainsi dans ma vie que ce soit pour les études ou d’autres périodes. Toutes ces traversées servent pour quitter son chez soi.

Et donc après l’aventure de Mozart, l’Opéra Rock ?

Un album solo réalisé avec des collaborations. Presque de la musique spirituelle associée à du rock ce qui donne comme résultat de la pop musclée et symphonique. J’ai voulu faire presque toute l’écriture des chansons en français pour que les gens puissent comprendre mon message et ma poésie directement. Le français, c’est difficile pour écrire, car les codes sont différents de l’italien.

Sur le même sujet