Pluralité de cépages en Champagne

En dehors des trois cépages classiques (chardonnay, pinot noir et pinot meunier) peu de gens connaissent les autres variétés autorisées. Revue d'effectif !
8

Selon la loi, les seuls raisins propres à la champagnisation sont ceux qui proviennent des cépages suivants : Les diverses variétés de pinot, l'arbanne, le petit meslier. Il s'agit de cépages greffés sur plants américains. Par contre ne sont pas admis au bénéfice de l'appellation les vins provenant d'hybrides producteurs directs, autrement dit de croisements de plants français et américains.

Vrais et faux pinots

Parmi les diverses variétés de pinot autorisées en Champagne sont nommés le pinot noir fin, le meunier et le chardonnay. Or, on sait que pour beaucoup d'ampélographes modernes, le chardonnay et le meunier ne sont pas des pinots mais en sont tout au plus des cousins. Il y a donc une anomalie mais le législateur a parlé.

On trouve dans la zone d’appellation d'autres pinots, mais en très petite quantité (quelques hectares), le pinot de juillet, le pinot gris vrai également connu sous le nom de fromenteau, le pinot rosé, le pinot blanc vrai; tous ont droit à l'appellation puisqu'ils sont des pinots.

Il convient de parler aussi du gamay, dont le maintien en Champagne a fait l'objet d'une autorisation temporaire limitée à l'Aube.

Nous avons donc au final: pinot noir fin, pinot meunier, chardonnay, arbanne, petit meslier, pinot de juillet, pinot gris vrai (ou fromenteau), pinot rosé, pinot blanc vrai et gamay

Fragilité

Le petit meslier et l’arbanne ont un faible rendement, et face à des cépages comme le pinot meunier et le pinot noir qui résistent mieux au gel, leur utilisation était devenue confidentielle voire quasi tombée dans l’oubli.

Il convient d’en prendre grand soin, d’autant qu’ils sont assez sensibles aux maladies. C’est pourquoi la nature du sol où ils sont plantés n’a pas été laissée au hasard. Par exemple, chez Paul Ariston à Brouillet (champagne Aspasie) une exposition plein sud garantissant un maximum de soleil, ajoutée à un peu d’altitude, constitue la recette essentielle au bon développement de ces vignes particulières.

Parmi les pionniers des cépages rares, il convient de citer le cas de Pierre et Philippe Aubry à Jouy-lès-Reims. Leur cuvée "Le Nombre d’Or" offre la particularité d’un champagne à sept voix?! En 1986, en vue de créer une cuvée spéciale pour le bicentenaire de la maison (1991), Pierre et Philippe se plongent dans des écrits anciens afin de reproduire les caractéristiques du champagne au XVIIIe siècle. Ils se lancent dans une quête pour redonner vie aux cépages quasi disparus. Le temps manquera afin d’élaborer la cuvée pour le bicentenaire, mais la démarche se concrétisera un peu plus tard donnant une cuvée à la tonalité unique.

Sur le même sujet