Sandra Pascual lauréate du concours Champagne en Cuisine

Les Champagnes de Vignerons ont célébré les talents de 4 blogueuses venues en découdre dans les cuisines d'Arnaud Lallement à Tinqueux dans la Marne.

«C’était vraiment mieux que l’an passé, les candidates ont travaillé beaucoup plus en accord avec les champagnes. C’est une vraie réussite pour les 4 finalistes, surtout que les recettes qui nous ont été proposées étaient loin d’être évidentes !»

Le chef champenois Arnaud Lallement, en tant que président du jury du concours Champagne en Cuisine a donc pris plus de plaisir lors de cette 2e édition de l’évènement organisé par les Champagnes de Vignerons, la marque collective du SGV. Le 5 décembre, la finale qui opposait (dans un très bon esprit !) 4 blogueuses passionnées de gastronomie, s’est déroulée à nouveau à Tinqueux, dans le cadre prestigieux de l’établissement étoilé L’Assiette Champenoise.

Ravioles thaï

«Elles ont réalisé leur plat dans une ambiance très professionnelle, souligne le chef. Ce sont toutes les quatre, des personnes très sympathiques et ouvertes, qui ont su rester concentré durant le temps imparti. Pas trop stressées, malgré l’ambiance «coup de feu» et les secondes égrainées par le chronomètre. Hélène a su préparer un foie gras chaud au top ! Nathalie a proposé un bel accord met-vin. Claude (déjà finaliste l’an passé) partant du principe que chaque fois qu’elle ne gagnerait pas elle reviendrait devrait être au rendez-vous l’an prochain avec encore une surprenante recette. Enfin, Sandra, avec quelques points d’avance sur sa dauphine a créé un plat original et à l’arôme tendu, accompagné d‘un blanc de blancs.»

Finalement les ravioles thaï de langoustines ont eu raison de trois splendides variantes de risotto.

Originaire de Strasbourg, Sandra Pascual a découvert sa passion pour la cuisine dès sa prime jeunesse. «J’ai d’abord commencé par faire de la pâtisserie, avant de me lancer dans les plats salés, mais j’ai toujours aimé cela. Ca n’a pourtant rien à voir avec mon métier d’assistante de direction…»

Sa prestation dans les cuisines d’Arnaud Lallement, au-delà de la joie de la victoire, restera particulièrement gravée dans sa mémoire. «Découvrir une cuisine est toujours un moment magique pour moi, d’autant plus que c’était la première fois que je me rendais dans celle d’un grand professionnel. C’était un peu déroutant, mais j’ai rapidement été mise à l’aise par l’ensemble de l’équipe. En plus, faire goûter ses recettes, avoir des critiques de la part de connaisseurs, c’est formidable. Le premier prix vient m’encourager d’avantage.»

«Déguster autrement»

Cela va certainement la pousser à poursuivre la passion et peut-être un jour à franchir le pas. «Pour le moment, ça reste un rêve. Je ne me vois pas vraiment devenir professionnelle dans une grande cuisine, mais plutôt dans un établissement «cosy». Ma venue en Champagne a été très enrichissante également sur le plan de la dégustation des vins. Etant Alsacienne, je disposais de connaissances concernant les vins blancs, mais en ce qui concernait le champagne, je ne faisais qu’apprécier sans m’y connaître. Désormais, je vais pouvoir déguster autrement.»

Il est vrai que les organisateurs, pour cette 2e édition de Champagne en Cuisine, ont accueilli plus largement les finalistes en leur proposant une découverte des terroirs de la Champagne à travers les commentaires de Geoffrey Orban, grand commentateur régional de vins, et des accords met-vin proposés par Benoît Tarlant, producteur de la vallée de la Marne. Une sorte de mise en bouche avant la compétition du lundi après-midi. Et désormais, elles sont toutes des ambassadrices des Champagnes de Vignerons.

Sur le même sujet