Villedommange : les coopérateurs en dégustation

Avant de songer à la mise en bouteille des futurs champagnes, les vins clairs de la coopérative de Villedommange ont passé l'épreuve de la dégustation.
7

La dégustation des vins clairs (vins en devenir et non champagnisés) donne toujours l’occasion d’échanges entre viticulteurs, de découverte des arômes de la dernière vendange, et parfois la redécouverte d’assemblages un moment mis de côté.

Ce fut encore le cas le 14 avril dans le chais de la coopérative de Villedommange, où une bonne partie des adhérents ont pu savourer le fruit de leur travail à travers sept échantillons de vins, avant la prise de mousse.

Ce n’est que depuis 2008 que se déroule cette petite réception conviviale entre viticulteurs coopérateurs.

Opérer des choix avant de composer la future cuvée

Le chef de cave a rappelé que la vendange 2010 avait été loin d’être simple en raison des conditions climatiques qui ont imposé un tri important des raisins. "Nous avons été surpris par les courbes de maturité. La récolte s’est révélée difficile, et nous avons dû choisir une optique de travail des vins en faisant l’impasse sur certains assemblages, comme les cuvées en foudre ou bien le blanc de blancs. Il faut noter aussi que le millésime ne sera pas en grande quantité."

L’ensemble de l’équipe des cavistes a donc dû faire preuve de vigilance. Au regard des nombreuses dégustations opérées au fil des mois, la surveillance et les choix sont source de satisfaction, à l’image du vin rouge élevé en fût qui s’avère de belle qualité, et qui entrera dans l’assemblage pour le champagne rosé.

Revenons à la dégustation proprement dite. Afin d’opérer un comparatif, le premier vin clair servi fut un assemblage de la vendange 2009, marqué par des notes d’agrumes et des arômes de fleurs blanches, le tout soutenu par une force alcoolique. Changement d’année de vendange pour l’échantillon suivant résultant de la récolte 2010. Celui-ci s’est montré plus souple, plus ouvert et d’une excellente fraîcheur.

Les dégustateurs de Villedommange sont ensuite passés à ce qui sera la cuvée Mélodie, un vin ayant réalisé une fermentation malolactique partielle. Une cuvée plus complexe qui est réservée aux amateurs éclairés.

En ce qui concerne le futur rosé, le nez s’est montré très parfumé par le vin rouge qui entre pour 20% dans son élaboration. Une fois aéré, il s’est présenté plus harmonieux. L’échantillon offrait une bonne longueur en bouche tout en exprimant sa délicatesse.

Le président en a profité pour signaler que suite aux commentaires de clients ayant trouvé la coloration de cette cuvée trop marquée, il a été décidé à l’avenir d’opter pour une modification de la teinte, favorisant un œil plus clair et un aspect rosé moins soutenu.

Cuvées anciennes

Mais l’épreuve des vins clairs n’en était qu’à la moitié... La découverte du futur millésime 2010, bien que légèrement teinté, a tenu toutes ses promesses. Assemblage à égale proportion des trois cépages, ce vin tranquille annonce un champagne très prometteur.

Les cavistes ont ensuite fait remonté leurs amis dans le temps en leur proposant de déguster des cuvées anciennes. "2004 fut une belle année" s’est souvenu le chef de cave. En effet, l’échantillon était doté d’un nez très puissant fait d’arômes moka et de notes grillées. Une fois en bouche, le vin se faisait plus subtil.

Pour le final, la cuvée 1998 fit une entrée plus que remarquée. Elaborée à 90% à base de pinot meunier, ce vin surprit tout le monde par son étonnante fraîcheur. Un pur délice qui a évolué de manière remarquable et dont le potentiel n’a pas été altéré.

Et comme, en Champagne tout se doit de terminer par l’effervescence, les dégustateurs ont pu savourer (enfin...) un champagne de 2007 et remercier l’ensemble des cavistes (Valérie, Christopher, Jérôme, Olivier, Thibault et Laurent) pour la qualité de leur travail.

Sur le même sujet