Le discours du roi ou le triomphe des bègues aux Oscars ?

Prenons un peu de temps pour rendre hommage aux grands hommes qui ont vaincu cette plaie qu'est le bégaiement.

Alors que « le discours du roi », le film retraçant la vie de Georges VI, père de l’actuelle reine d’Angleterre, Elisabeth II, est donné favori dans la course aux Oscars 2011, prenons un peu de temps pour rendre hommage aux grands hommes qui ont vaincu cette plaie qu’est le bégaiement.

N’avez-vous jamais eu, au moins une fois dans votre vie, ce trac submergeant vous rendant incapable de pouvoir dire exactement ce que vous pensez au point de répéter, répéter, inlassablement, le même mot, la même phrase sans pouvoir vous arrêter. N’avez-vous jamais ressenti ce grand moment de solitude, cet impression de déliquescence intellectuelle plongeant votre esprit dans les profondeurs abyssale d’un mutisme forcé. Et bien, si c’est le cas, c’est que vous avez eu le loisir de vivre, pour un instant, le psychodrame quotidien qui assaille le bègue dans son quotidien.

Le bégaiement n’est pas une maladie, si cela était le cas, bon nombre de médecins aurait misé sur elle pour obtenir le prix Nobel. C’est un syndrome dont les causes restent encore à déterminer. Les neurologues et les psychothérapeutes se partagent l’analyse des causes du bégaiement. Le premier y voit une hyper compensation du cerveau droit dans le mécanisme de la parole, les secondes des troubles purement psychologiques.

Moise, le fondateur du judaïsme .

S’il avait eu le choix, nul doute que Moise aurait placé le bégaiement sur le podium des dix plaies d’Egypte. La légende biblique raconte que lors de son enfance à la cour du pharaon, il joua sur les genoux du monarque et lui déroba sa couronne. Les oracles y voyant le présage d’un destin funeste décidèrent de le mettre à l’épreuve en plaçant ses mains un peu trop près d’un plateau de braises ardentes. S’il survécut, le futur prophète, porta ses doigts à sa bouche et se brula la langue et les lèvres. Telle fut l’origine de son bégaiement.

Son atavisme fut si handicapant que lorsqu’il eut l’honneur de brandir les tables de la loi devant son peuple, ce fut à Aaron son frère de prendre la parole.

Moshé dit à YHWH : « De grâce ! Adonaï ! Je ne suis pas homme à paroles, ni d’hier, ni d’avant-hier, (….). Parce que je suis lourde-bouche et lourde langue, moi ! »

La bible – Nom ; 4-16

Albert Einstein, le plus grand physicien de tous les temps.

Le grand Albert était loin d’être un grand orateur. S’il y a peu d’anecdotes sur son handicap, l’une entre elle est particulièrement instructive. Peu après sa mort, une autopsie de son cerveau révélera une hypertrophie de son hémisphère gauche confirmant peut-être la thèse des neurologues évoqués plus haut.

Tiger Woods, le sportif le mieux payé de la planète

Assez difficile à croire, tant sa réputation de Don Juan défraye la chronique, Eldrick dit Tiger Woods, est begue depuis son enfance. Ce n’est pas qu’un stakhanoviste du green mais depuis son plus jeune age, c’est également un forcené de la correction orthophonique. « Mes mots se perdaient entre ses mots et sa bouche. » disait-il à l’époque ou il était encore une icône virginale. Qu’en aurait-il été de son palmarès féminin s’il en avait été autrement ?

François Bayrou, un (presque) présidentiable

Le leader du modem a lui-même eu quelques problèmes de débit. En 2007, à quelques milliers de voix près, il aurait pu affronter l’actuel Président de la République au second tour. L’Histoire aurait-elle été bouleversé. Nul doute qu’il verrait d’un bon œil que l’Histoire bégaie en sa faveur et lui fasse obtenir, contre tous les pronostics, un score à deux chiffres aux prochaines élections présidentielles de 2012.

Enfin, ne me taxez surtout pas de machisme en constatant l’absence de femmes dans cette sélection. Il y aurait, selon les sources, environ quatre fois plus d’hommes bègues que de femmes.

Le film de Tom Hooper, le Discours du Roi, avec Colin Firth, dans le rôle titre et Helen Bonham Carter dans celui de la Reine Elisabeth sort dans les salles françaises le 2 février 2011.

Sur le même sujet