Henri de Valois roi de Pologne

Pendant deux ans à peine, de 1573 à 1575, Henri de Valois - alias Henryk I Walezy - fut roi de Pologne avant de devenir Henri III roi de France.

Né en 1551, petit frère de François II et de Charles IX, le dernier de la dynastie des Valois fut le quatrième enfant de Henri II et de Catherine de Médicis. Les ambitions de Catherine, dont Henri fut le chouchou, la pousseront à essayer de le placer sur le trône d'Angleterre avant de se rabattre sur celui de Pologne.

Chemin sinueux vers le trône de Pologne

Après la mort du roi de Pologne, en juillet 1572, Sigismond Auguste, la cour de France envoie des émissaires pour proposer un mariage entre Henri de Valois et Anna, la sœur de Sigismond.

La proposition se heurte d'abord à l'hostilité des Polonais qui voient d'un très mauvais œil la responsabilité des Valois dans la nuit de Saint-Barthélémy, en août 1572. Il faut savoir que la Pologne est à l'époque un fier exemple de tolérance et de liberté religieuses en Europe. Les émissaires français essayent tant bien que mal de blanchir Henri et de minimiser son rôle dans le massacre. Il avait face à lui des concurrents au trône de Pologne tels que Ernest Habsbbourg ou Jean III Waza, roi de Suède et mari d'une autre sœur de Sigismond Auguste – Catherine.

Finalement, les talents de négociateurs des partisans d'Henri s'avèrent excellents: il est élu roi de Pologne. Une mission est envoyée en France pour annoncer sa victoire et recevoir le serment d'Henrl de respecter les pacta conventa (engagements personnels) et la signature des articles henriciens (principes de gouvernement en Pologne et Lithuanie que le roi élu s'engageait à respecter).

Ainsi Henri de Valois devient Henryk I Walezy, roi de Pologne et Grand Duc de Lithuanie. Il arrive à Cracovie en janvier 1574 et est couronné la même année à la cathédrale de Wawel.

Un Français à la cour de Pologne

L'arrivée de Henri de Valois à la cour de Pologne cause une sorte de choc culturel bilatéral. Les courtisans polonais sont quelque peu choqués par ses tenues vestimentaires extravagantes, ses boucles d'oreille et son comportement qu'ils jugent efféminé. Soupçonné par certains d'homosexualité, il a en fait plusieurs maîtresses dont Marie de Clèves.

Henri, lui, est, déçu de la réalité polonaise, si différente de la cour de France. Ne parlant pas polonais, il s'ennuie. Evitant de participer à la vie publique, il passe son temps à faire la fête. Ses décisions et ses jugements ne sont pas non plus bien accueillis. Son bref séjour en Pologne lui permet toutefois de découvrir quelques inventions inconnues à la cour de France, comme les premières toilettes et le système permettant d'évacuer les eaux usées du château.

L'un de ses principaux engagements avant l'élection était d'épouser Anna de Jagellon, de 30 ans son aînée, ce qui ne l'enthousiasme guère. Il n'a de cesse de repousser le mariage jusqu'au jour où il n'a plus à respecter son engagement...

Accession improbable au trône de France ou comment Henri I devint Henri III.

En juin 1574 Henri apprend le décès de son frère Charles IX, qui lui ouvre le trône de France. Quelques jours plus tard, il s'enfuit en France. Déguisé et accompagné uniquement de quelques couttisans il quitte le château royal de Cracovie en pleine nuit. Sa fuite est assez vite découverte et on se lance à sa poursuite. Rattrapé après la frontière, il promet de retourner en Pologne pour nommer un représentant légal durant son absence, mais il ne le fait jamais. Plusieurs mois plus tard, la noblesse polonaise doit se rendre à l'évidence et proclamer le trône de Pologne vide. En 1576, Stefan Batory est élu. L'histoire le considère comme l'un des plus grands rois de Pologne.

Quant à Henri de Valois, il est couronné roi de France à Reims, en 1575, devenant ainsi Henri III. Il épouse Louise de Lorraine et doit faire face à la deuxième guerre de Religions. Poussé à de nombreuses concessions vis-à-vis des huguenots, il fait plusieurs fois volte-face en s'alliant tour à tour avec les protestants ou les catholiques.

Il meurt poignardé par un moine dominicain à Saint-Cloud. Il est d'abord enterré à Compiègnes. Son successeur Henri IV hésite à transférer son corps à la basilique Saint-Denis, car une prophétie annonce qu'il l'y suivra de peu. Ce qui arrive effectivement en 1610: Henri IV est assassiné quelques semaines à peine après le transfert de la dépouille de Henri III à Saint-Denis.

Sur le même sujet