À Berlin, le Mémorial soviétique du Treptower

Dans la capitale allemande, un cimetière soviétique voulu par Staline
23 Juin
30

Si les touristes français connaissent bien le Reichstag, l'île aux Musées ou la Porte de Brandebourg, beaucoup ignorent que se dresse au milieu du Treptower Park de la capitale allemande un imposant mémorial en souvenir des 20 000 soldats soviétiques morts entre le 20 avril et le 8 mai 1945 au cours de la bataille de Berlin -- considérée comme une des plus sanglantes et la plus coûteuse en vies humaines de la Seconde Guerre mondiale --, et dont 4 800 sont enterrés sur le site. La construction du Mémorial, ordonnée par Staline, fut terminée en mai 49. Il en existe deux autres dans Berlin, mais celui-ci est le plus imposant, et tout indique que la volonté de Staline, au-delà de l'hommage rendu aux soldats, était de marquer l'esprit du visiteur.

Un cimetière soviétique au cœur de Berlin

En arrivant par l'allée Pouchkine, on pénètre sur le site en passant devant une statue de trois mètres de haut représentant la Mère Patrie en deuil de ses fils, puis entre deux très imposants triangles de granit rose symbolisant des drapeaux abaissés, gardés par des statues de soldats agenouillés. Deux rangées de huit sarcophages représentent les seize républiques qui composaient alors l'Union soviétique. Les bas-reliefs sur les sarcophages rappellent les guerres menées par les Soviétiques. On peut y lire des citations de Staline, en russe et en allemand.

Au bout de l'axe, une statue de treize mètres de haut, celle d'un soldat de l'Armée rouge tenant d'une main un enfant -- représentant vraisemblablement le peuple innocent espérant un avenir meilleur dans les bras de son sauveur --, de l'autre une épée, et foulant à ses pieds une croix gammée brisée. Il est possible de pénétrer à 15 ou 20 personnes dans le socle de la statue dont l'intérieur a été décoré par une mosaïque.

Les Russes ne croient toujours pas à une victoire alliée

Après un accord allemand conclu à la réunification, tous les monuments soviétiques doivent être entretenus à perpétuité. Les mémoriaux n'étant pas seulement des commémorations du triomphe sur le national-socialisme, mais avant tout des cimetières militaires, ils sont soumis aux conventions de Genève.

En Russie, le Jour de la Victoire est fêté le 9 mai et, aujourd'hui encore, la prise de Berlin a forgé le sentiment que la guerre a été gagnée par l'URSS. Seulement 8% des Russes, selon un sondage récent, pensent que la prise de Berlin est une victoire des pays alliés...

Sur le même sujet