Henri-Edmond Cross au Musée Marmottan-Monet en octobre 2011

Le Musée Marmottan-Monet (Paris 16) consacre une exposition du 20 octobre 2011 au 19 février 2012 à ce peintre divisionniste amoureux de la lumière
19 Juin

Henri-Edmond Cross était un peintre néo-impressionniste né à Douai dans le Nord en mai 1856. Dès l'âge de dix ans, encouragé par un cousin qui avait détecté chez lui des dons artistiques prometteurs, il suivit des cours de dessin à Lille. De son vrai nom H.-E. Delacroix, il choisit, lorsqu'il exposa pour la première fois en 1881, de se faire connaître sous son nom traduit en anglais, Cross, afin de ne pas être confondu avec Eugène Delacroix.

Du pointillisme au divisionnisme...

Très tôt Cross adhéra à la technique du pointillisme, sous l'influence de peintres comme Seurat ou Signac. Mais, en 1891, au moment où disparaît Seurat, le style de Cross change et il se tourne vers le divisionnisme. Dans le pointillisme, le peintre pose sur la toile des tâches de couleur, en utilisant essentiellement les trois couleurs primaires et leurs complémentaires. C'est l'œil de celui qui contemple la toile qui est censé opérer le mélange. Le divisionnisme, qui est un autre courant du néo-impressionnisme, va encore plus loin en jouant sur la forme des tâches, qui peuvent être plus longues ou plus fluctuantes, rectangulaires ou en losanges, et qui, juxtaposées, donnent une impression de mosaïque. L'une des premières œuvres divisionnistes que Cross expose est Le portrait de Madame Cross (1891), qui témoigne déjà d'une grande maîtrise de la technique adoptée.

Les couleurs de la Méditerranée

Dans les années 1892-1900, la découverte de la Côte d'Azur et des paysages de bord de mer offre à Cross les variations de couleurs qu'il recherche. Des tableaux comme Le nuage rose , peint en 1896 lors d'un séjour à Saint-Clair, ou La barque bleue , peint en 1899, montrent que Cross recherchait dans la nature des thèmes simples et dépouillés afin de mieux se consacrer à l'étude de la lumière. Le peintre privilégie les gammes de rose, de bleu sombre et de jaune sable : il utilise le blanc pour adoucir les teintes primaires, comme si le soleil de la Provence absorbait la couleur, pour mieux faire éclater la lumière.

Précurseur du fauvisme ?

Cross choisit de vivre une grande partie de l'année dans le Var qui lui offrait les paysages qu'il recherchait, et il sut rendre à la perfection à travers ses toiles la beauté naturelle qu'il avait sous les yeux par une nouvelle harmonie chromatique qui préfigure le fauvisme. Il suffit pour s'en convaincre de contempler le tableau de Matisse, Luxe, calme et volupté , peint en 1904 ou 1905 (Matisse avait pu admirer le tableau L'air du soir de Cross dans la salle à manger de Signac à La Hune).

Des problèmes de santé – troubles rhumatismaux et oculaires – le poussèrent à entreprendre un séjour en Italie. Il en rapporta des tableaux comme Le canal de la Giudecca à Venise ou San Giorgio Maggiore , tous deux peints en 1904.

Cross mourut en 1910 emporté par un cancer. Il n'avait que 54 ans.

Sur le même sujet