Michele Bachmann, la femme qui fait de l'ombre à Sarah Palin

L'élue républicaine au Congrès américain depuis 2006 ne cache plus ses ambitions pour 2012.
22 Juin

Michele Bachmann est belle, énergique et ne fait pas dans la demi-mesure. À 55 ans (elle en paraît dix de moins), cette femme élégante et opiniâtre, presque agressive – elle est une des représentantes des Tea Parties, ces mouvements ultra-conservateurs à la droite du parti républicain – n'a pas l'intention de rester dans l'ombre de sa rivale, Sarah Palin.

Sept candidats aux primaires républicaines

Le 13 juin dernier, les prétendants républicains se sont réunis dans le New Hampshire. Six candidats s'étaient déjà déclarés et étaient venus participer à un débat à Manchester. Le New Hampshire sera dans huit mois le premier État à organiser les primaires destinées à départager les candidats de chaque camp, démocrate et républicain. Les enjeux étaient donc élevés. Un des candidats républicains les plus sérieux est Mitt Romney, homme d'affaires, ancien gouverneur mormon du Massachusetts, déjà candidat à la primaire républicaine en 2008. C'est le plus crédible dans le domaine de l'économie et de l'emploi. Sarah Palin, pour l'instant, reste silencieuse.

Reprendre le pays à Obama

Michele Bachman a profité de la situation pour annoncer son intention de se « lancer dans la course » à la Maison blanche en 2012, faisant passer le nombre de candidats aux primaires républicaines à sept. « C'est un jour historique pour notre nation » a-t-elle déclaré dans le message qu'elle a déposé sur Internet. Son but est de « reprendre le pays » – le président Obama le mène à la ruine selon les républicains –, de diminuer les impôts et les dépenses publiques, de mettre fin à la réforme de la santé mise en place par B. Obama (ObamaCare), de lutter contre l'avortement et le mariage gay...

Elle se présente comme une mère de famille (elle a cinq enfants et en a recueilli 23 autres entre 1992 et 1998, « Probablement la plus belle récompense intellectuelle de ma vie », a-t-elle déclaré au National Review en avril dernier) et ancien conseiller fiscal. Elle a été élue au Congrès pour le Minnesota en 2006 et participe au comité des services financiers. Son lien avec les Tea Parties est un atout pour elle mais pourrait aussi effrayer l'électeur moyen.

Non à l'intervention américaine en Lybie

Côté politique étrangère, Michele Bachmann n'aime pas beaucoup la France, qu'elle voit comme un pays d'assistés. Elle va même jusqu'à accuser Barack Obama « d'avoir laissé à la France la direction des opérations » dans l'affaire lybienne (propos rapportés par France-Amérique , le journal français des États-Unis, le 22 juin 2012).

À la suite du débat de Manchester, Mitt Romney conserve une confortable avance, avec un score de 51%. Michel Bachmann arrive deuxième avec 21% des voix. Comme la modestie n'est pas son fort, la dame revendique la victoire...

Sur le même sujet