Stan Getz, "The Sound"

Ou comment il s'imposa comme l'un des plus grands saxophonistes au monde.
28 Fév
53

Stan Getz est né à Philadelphie le 2 février 1927. Après la Pennsylvannie, la famille s'installe à New York. Sa mère le pousse dans les études et il travaille dur. Il se révèle assez vite doué pour la musique et son père lui achète son premier saxo alto en 1940, il a alors 13 ans.

Stan va essayer tous les types de saxos, et même la clarinette, mais son instrument préféré reste le saxophone ténor. Il s'entraîne jusqu'à 8 heures par jour.

En septembre 41, il est engagé dans le All City High School Orchestra of New York City. Il donne aussi de petits concerts dans des fêtes privées, et économise assez d'argent pour s'acheter un saxophone ténor. Si Getz a du mal à parler en public, il a la sensation de pouvoir s'exprimer à travers la musique.

En 1942, Getz obtient un premier contrat dans un orchestre local et commence à délaisser ses études. Il sait désormais qu'il vivra de sa musique. Finalement encouragé par ses parents, Getz commence à suivre l'orchestre en tournée. Il découvre la cigarette − il fume un paquet par jour dès 15 ans et fumera toute sa vie − et à boire.

En Californie, où il souhaite rester, Getz se sépare de l'orchestre. Stan Keaton, qui travaille avec Bob Hope sur une émission de radio populaire, l'embauche dans sa Kenton band. En juillet 40, Getz participe à un enregistrement pour la chanson And Her Tears Flowed Like Wine , interprétée par Anita O'Day. Le disque est un énorme succès. C'est aussi à cette période que Getz goûte à l'héroïne.

L'idole de Getz reste Lester Young , dont Getz répète les solos note pour note pour les intégrer dans son travail avec Kenton. Mais Kenton n'apprécie pas la démarche de Getz et les deux hommes se séparent en avril 45.

Getz rejoint à 18 ans le Benny Goodman Band. En cette fin d'année 1945, il se rend souvent à New York pour écouter jouer Charlie Parker . Il est remarqué par les disques Savoy et a l'occasion d'enregistrer 4 titres avec 3 autres musiciens.

En 1946, il se marie à L.A. avec Beverly Byrne et intègre un groupe de saxophonistes qui partage sa passion pour Lester Young. Un second disque voit le jour, disque sur lequel on retrouve les influences de Lester Young, Charlie Parker et Dexter Gordon . Getz continue à s'enfoncer dans la cocaïne...

Les formations connaissent une baisse d'intérêt de la part du public après la guerre, mais Getz parvient tout de même à se faire remarquer sur un enregistrement de Woody Herman d'un morceau intitulé Early Automn par un solo qui fera le succès du disque. Getz devient, à son propre étonnement, une star.

Le 15 décembre 1950 il inaugure, avec Charlie Parker et Lester Young, le club Birdland à NY. Il n'a que 22 ans. Le jour de Noël de la même année, il est invité à jouer aux côtés de stars prestigieuses comme Miles Davis, Max Roach, Charlie Parker, Sarah Vaughan... au Carnegie Hall. L'année suivante, il est accueilli en héros en Suède, et joue en compagnie de musiciens enthousiastes qui peuvent se passer d'héroïne, ce qu'il se jure de parvenir à faire... Mais tout l'argent qu'il gagne avec ses disques passe dans la drogue.

Getz signe un contrat avec la maison de disques de Norman Granz en 52. Il réunit dans un seul 78 tours intitulé Stan Getz plays . Getz part en tournée mais il est arrêté pour possession d'héroïne. Cela fait déjà 9 ans qu'il en consomme, ainsi que des médicaments et de l'alcool. À Seattle, il est arrêté après le braquage d'un drug store et tente de se suicider. Sauvé à temps, il est condamné à une courte peine de prison et démarre une désintoxication. À 27 ans, il croit pouvoir commencer une nouvelle vie. Il fait partie des musiciens de Chet Baker, Duke Ellington, Count Basie, Oscar Peterson...

Il fait la connaissance d'une aristocrate suédoise, Monica Silfverskiold, et obtient un divorce au Mexique pour pouvoir l'épouser. Pour échapper au fisc américain qui le poursuit, Getz et sa famille partent s'installer au Danemark. Aux États-Unis, le jazz modal, incarné par Miles Davis et John Coltrane, prend le pas peu à peu sur le jazz progressif. Coltrane remporte un énorme succès avec My Favorite Things . Cette petite "révolution" a échappé à Getz alors en Europe.

Getz revient à NY en 1961 mais son public l'a un peu oublié. Bien qu'il se soit entouré de très bons musiciens, il n'arrive pas à susciter de nouveau l'intérêt. Il s'attèle alors à un projet qui lui tient à cœur depuis longtemps, réaliser un album avec le compositeur Eddy Sauter, mettant face à face un saxo tenor et un orchestre de cordes. L'album s'intitulera Focus . À cause de la mort brutale de sa mère, Getz est obligé d'enregistrer certains morceaux en studio alors que l'orchestre a enregistré sans lui et n'obtient pas les effets voulus. C'est aussi à cette époque que Getz rencontre le guitariste Charly Bird. Ensemble ils enregistrent l'album Jazz Samba , qui se vend beaucoup mieux que Focus . Getz convainc la femme de Joao Gilberto, Astrud, d'enregistrer avec lui The girl from Ipanema . L'album Getz/Gilberto arrive dans les classements des meilleures ventes juste derrière A Hard Day's Night des Beatles... Getz joue à plusieurs reprises devant Johnson à la Maison Blanche, il participe même à des voyages officiels. Avec Duke Ellington, il se produit devant le roi et la reine de Thaïlande. Plus tard, Getz aura l'occasion de jouer devant le président Carter, qui a toujours été un de ses grands fans.

En 1981, Getz enregistre The Dolphin à San Francisco et décide de s'installer dans cette ville. Il entame une procédure de divorce contre Monica, qui souffre de l'"effet antabuse", provoqué par l'absorption concomitante d'alcool et de certains médicaments.

Il enregistre l'album Pure Getz . L'université de Stanford lui demande de rejoindre son département Musique, ce qu'il accepte début 1986. C'est seulement à ce moment-là qu'il se rend compte de l'impact que produit sa musique. Pour lui c'est juste le travail qu'il aime accomplir, et il pourrait jouer même si personne ne l'écoutait. Il donne des conseils à ses étudiants, mais pour eux rien ne remplace le son du saxo de Getz, unique, qui lui vaudra d'ailleurs son surnom, "The Sound".

En 1987, on lui découvre une tumeur dans la poitrine. Il est opéré mais il a des difficultés pour jouer et doit annuler des concerts. Après des années d'excès (il a finalement arrêté l'alcool mais pas la cigarette), on lui découvre aussi un cancer du foie et une cirrhose. Il se bat mais ne parvient pas à se débarrasser de la tumeur. Durant l'été 90, Getz se produit au festival de jazz de Monterey en Californie et la foule pousse des hurlements de joie quand Dizzy Gillespie le rejoint sur scène.

Getz enregistre un dernier album, People Time , avec le pianiste Kenny Barron. Il meurt le 6 juin 1991, à 64 ans. Ses cendres sont placées dans l'étui de son saxo et jeté d'un bateau non loin des côtes de Malibu...

Sur le même sujet