Talking Heads : son leader est toujours au top

Le film «This must be the place» a relancé l'intérêt du public pour le groupe américain des années 80
26 Août
16

Musicien et chanteur, David Byrne est né en Écosse en 1952. Quand il a deux ans, ses parents partent s'installer au Canada, puis à Baltimore, dans le Maryland. Byrne suit en 1974 des cours à l'école de design de Rhode Island où il fait la connaissance de deux autres étudiants, Tina Weymouth et Chris Frantz, avec lesquels il fonde le groupe Talking Heads (le terme «talking head» désigne en anglais un spécialiste intervenant à la télévision). Ils seront rejoints plus tard par Jerry Harrison.

Post-punk et décalé

Après des débuts prometteurs sur scène en première partie du groupe Ramones, entre autres, ils sortent leur premier album en 1977, sobrement intitulé Talking Heads '77 et dont le titre phare est Psycho Killer : le groupe a imaginé le monologue d'un tueur en série, en français et en anglais. Le texte, décalé et répétitif, comme pour marquer l'obsession du tueur, associé à la gestuelle du chanteur – le magazine Actuel aurait comparé Byrne au personnage incarné par Anthony Perkins dans Psychose de Hitchcock ! – contribuent au style particulier du groupe, considéré comme issu des mouvements post-punk et new wave. D'autres chansons, comme Life During Wartime (de l'album Fear of Music , 1979) ou Once in a lifetime ( Remain in Light , 1980) font partie de la mémoire collective. Le groupe sortira cinq autres albums avant de se séparer pour des projets plus personnels.

Compositeur et acteur

Car David Byrne a commencé à se tourner vers le cinéma. Déjà dans l'album True Stories , le compositeur a fait inclure des chansons de son film éponyme (1986), dans lequel il décrit les charmes d'une bourgade imaginaire du Texas pendant le 150e anniversaire de l'État. L'acteur John Goodman y tient son premier grand rôle, et les autres membres du groupe font des apparitions dans le film. L'année suivante, Byrne compose la musique du film Le dernier empereur , de Bertolucci et reçoit l'Oscar de la Meilleure Musique originale... D'autres suivront, comme la musique de Wall Street : l'argent ne dort jamais , d'Oliver Stone (2010) avec Michael Douglas (Stone avait déjà utilisé la musique de Talking Heads pour son premier Wall Street ).

Un touche-à-tout de génie

This must be the place est une chanson des Talking Heads qui a donné son titre au dernier film de Paolo Sorrentino. Le réalisateur a demandé à Byrne de pouvoir utiliser sa chanson, qui avait bercé son adolescence (la chanson est tirée de l'album Speaking in Tongues de 1983), il lui a demandé de composer la musique du film et il lui a demandé d'y jouer son propre rôle. À son grand étonnement, Byrne a dit oui aux trois demandes! C'est un touche-à-tout de génie que tout intéresse : musique, cinéma, photographie (il a eu l'occasion d'exposer ses travaux dans différentes installations artistiques dans le monde entier), écriture (en 2009, il publie Bicycle diaries , journal de voyage illustré de photos, où il expose ses réflexions nées de ses déplacements sur un vélo pliable. Le livre a été traduit en français en mai 2011 au Seuil sous le titre Journal à byciclette ) et on voit mal pour quelle raison il aurait dit non à Sorrentino !

Sur le même sujet