ANNE DESTHIEUX

Publié dans : Les articles Culture de Anne DESTHIEUX

Sortir à Paris au théâtre, près du Luxembourg

Pour sortir à Paris, dans le 5ème, choisissez la Comédie Saint-Michel : Autopsie des contes de fées. Une vison très moderne du prince et de la princesse !

Mise au point sur les contes de fées par un duo explosif

"Les princesses n'existent pas, c'est niais et inutile !" Quel adulte croit encore aux contes de fées? En tout cas, l'actrice, elle n'y croit plus du tout et elle le dit et le répète. D'ailleurs, elle déteste les blondes, trouvent que Blanche-Neige et la Belle au Bois dormant n'ont pas de cerveau... Au XXIè siècle, Cendrillon, à peine trente ans, a "deux pétasses de soeurs", fait des ménages, fume et a deux enfants (des jumelles conçues in vitro). Bref, elle a vécu. Quant au Prince Charmant, désabusé, la cinquantaine, il s'appelle Robert, n'a plus de cheval mais une Aston Martin. Ils n'en peuvent plus ces comédiens, ils attendent le metteur en scène qui ne vient pas et ils ont deux mots à lui dire sur son texte "digne d'une série B".

Tonus et regrets

Ah ! S'ils pouvaient jouer Brecht ou Beckett... Mais le Conservatoire est loin derrière eux et leurs illusions sont déjà perdues.Victoire (Manon DELPUECH), qui joue Cendrillon a un sacré caractère, elle est tonique et dynamise la pièce et Hugo n'aime rien tant que la voir s'animer, s'énerver, pester, lancer des piques – au passage, Hélène de Troie en prend pour son grade - en un mot : vivre. Lui, solitaire, porte la déprime en drapeau, a un coeur d'artichaut : il a fait une rencontre, est tombé amoureux, mais celle qu'il a vraiment aimé plus que tout l'a quitté et il ne s'en remet pas. Il se demande si l'amour est possible quand on a 20 ans de différence et là on commence à mieux comprendre ses allusions. Ils se sont aimés. Ont-ils perdu le sens de la vie ? Pourront-ils revivre ensemble ?

Du bon usage du conte

Dans le joli cadre de la Comédie Saint-Michel et ses 2 salles charmantes. L'acteur et auteur Christophe DELESSART joue vraiment très bien, toutes les phrases semblent naître naturellement. Il y a des clins d'oeil amusants comme celui où Cendrillon croque une pomme rouge, lorsqu'elle brise le miroir... L'auteur aime les contes de fées mais à y regarder de plus près, il semble que l'auteur n'ait lu que des versions expurgées de ces histoires pour enfants et adultes et qu'il n'ait pas vu que ceux-ci faisaient appel aux ressources intérieures de l'enfant pour lutter face à des situations comme la rivalité parents-enfants, la pauvreté de la famille, le père incestueux... Aucune séance d'introspection en vue ou d'analyse psychanalytique : il est bien certain que cette pièce n'a rien à voir avec la Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim - d'ailleurs le titre américain est The Uses of enchantement, que son éditeur – Pluriel - traduit par Du bon usage du merveilleux et non par Psychanalyse des contes de fées - et c'est tant mieux car on y rit souvent .

Au bout du scalpel

On retrouve un peu ici la même désillusion que celle de Jaoui et Bacri dans Au bout du conte, à la différence près que Victoire n'a jamais cru aux contes de fées. Si l'on en croit le Petit Larousse de la médecine, une autopsie est "un acte médical réalisé après la mort et destiné à en déterminer les causes." Le soir où nous sommes allés voir la pièce, il y avait une petite fille de 5-6 ans dans la salle, venue avec ses parents. Elle semblait bien surprise par ce qu'elle entendait sur scène... C'est sûr, elle a assisté à une autopsie des contes de fées.

Du 25 janvier au 1er juin 2013, tous les vendredis et samedis à 20h.

Durée de la pièce : 70 minutes

Comédie Saint Michel, 95 bd St-Michel, RER B Luxembourg, métro Cluny, bus 27, 21 et 38.

Réservation des places au 01 55 42 92 97, prix :18 à 24€

À propos de l'auteur

ANNE DESTHIEUX

  • 18

    Articles
  • 7

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!