Comment favoriser l'éveil mathématique chez un jeune enfant ?

Les enfants sont prédisposés à la compréhension du nombre. Mais certaines activités pédagogiques simples peuvent les faire progresser entre 2 et 6 ans.
7

Un article précédent apportait quelques connaissances simples sur le développement de la pensée mathématique chez l'enfant de 2 à 6 ans. Les parents peuvent ensuite passer à l'action en s'appropriant la démarche donnée comme exemple. A partir de quelques activités dirigées mais ludiques, il est possible d'aider l'enfant à acquérir des savoirs et des savoir-faire indispensables au bon épanouissement de sa pensée logico-mathématique.

Tris et classements : à la recherche de l'identique et du différent

Le tri consiste à mettre ensemble, dans différentes boîtes, ou en simples tas:

  • des objets de nature différente (vêtements de poupée et cubes, ou cailloux et coquillages par exemple);
  • puis des objets de même nature, différenciés par un élément (grands ou petits cubes; perles rouges, vertes ou blanches; feuilles d'arbre dentelées ou arrondies).

L'activité peut se complexifier avec des collections de plus en plus importantes, constituées d'objets présentant des différences multiples.

Quelques expressions à utiliser:

  • mets ensemble tous les cubes;
  • mets ensemble ceux qui sont pareils;
  • mets ensemble tous les cubes qui sont bleus;
  • mets ensemble tous les objets de la même couleur, taille ou forme (plus complexe).

Sériations : vers la transitivité

Quand l'enfant est capable de désigner le plus petit ou le plus grand de deux objets, il peut aligner des objets du plus petit au plus grand, puis du plus grand au plus petit.

Les premiers essais se feront avec un nombre limité d'objets (3 puis 4) avant d'aborder des collections plus importantes. Les bâtonnets de bois sont très pratiques pour ce type de jeu.

Le lexique approprié sera alors:

  • plus petit ou plus grand que..., plus petit que...mais plus grand que...;
  • de la même taille;
  • petit, grand, moyen.
Le conte Boucle d'or et les trois ours (Tony Ross) est un point de départ facilement exploitable pour aborder les comparaisons de taille et les premières sériations de 3 éléments. L'enfant peut jouer à aligner dans l'ordre croissant ou décroissant 3 bols, 3 cuillers ou 3 chaises (jouets ou dessins découpés).

Comparaisons de quantités : vers la notion de nombre

Dans les activités quotidiennes, les occasions abondent de faire prendre conscience à l'enfant des différences entre les quantités: "beaucoup de cubes, presque pas ou pas beaucoup de voitures, pas assez de verres".

Les distributions illustrent bien la notion à découvrir:

  • en mettant le couvert pour 4 personnes, on fait remarquer qu'il manque un verre ou qu'il y a trop de fourchettes;
  • en distribuant un bonbon à chacun, on fait constater qu'il en reste dans le sac et qu'il y en a trop.
Un jeu dirigé consiste à demander à l'enfant où il y a le plus d'objets: "plus de cubes ou plus de perles?" La méthode empirique de comparaison à utiliser est la correspondance terme à terme: poser un cube près de chaque perle; le reste de perles constaté permet de dire qu'il y a moins de cubes et plus de perles, l'absence de reste qu'il y a autant de perles que de cubes.

La comparaison de deux colliers réalisés avec des perles de taille identique amène à faire constater qu'il faut ajouter 2 ou 3 perles au collier le plus court pour être de la même longueur que le plus long.

La correspondance terme à terme peut se matérialiser sur le papier en reliant d'un trait un à un les éléments de deux groupes d'objets dessinés. Dans un premier temps, ces dessins seront alignés verticalement, un ensemble à gauche et l'autre à droite de la feuille. Dès que l'exercice est réalisé sans difficulté, les dessins peuvent être plus éparpillés.

Le lexique utilisé sera alors:

  • plus (ou moins) de... que de... ;
  • autant de...que de...;
  • pas assez (ou trop) de....il manque...
Parallèlement, proposez des jeux avec des bouteilles, flacons et boîtes dans un bac à sable, une cuvette d'eau ou un seau rempli de graines. Les transvasements libres seront l'occasion d'utiliser ce lexique: plus, moins, autant.

Numération et dénombrement

Les chiffres de 0 à 9 sont des signes que l'enfant apprend à reconnaître en les nommant. Les albums pour les petits relient judicieusement les nombres écrits aux quantités correspondantes, généralement entre 1 et 10.

Pour guider ces premières découvertes, il est intéressant de montrer que l'on peut poser chacun de ses doigts, l'un après l'autre, sur chacun des 5 canards du livre d'images, en comptant de 1 à 5.

De nombreuses situations de la vie quotidienne peuvent être exploitées: compter les assiettes, les verres, les fourchettes ou les brosses à dent dans la salle de bain.

Le jeu de dominos, dont la fabrication a été expliquée dans l'article précédent, est utilisable dans ce contexte. Voici quelques exemples d'utilisation:

  • aligner les dominos en juxtaposant les quantités de points identiques en indiquant le nombre correspondant;
  • aligner les dominos en juxtaposant les nombres écrits identiques en montrant le nombre de doigts correspondant.
Plus tard, il s'agira de relier d'un trait de crayon des quantités d'objets dessinés au nombre correspondant, avant d'écrire soi-même les nombres, avec puis sans modèle.

Ces jeux doivent se dérouler dans le plaisir. La patience est de rigueur: chaque enfant doit pouvoir progresser à son rythme propre. Laissez le de temps à autre manipuler librement le matériel en vous contentant de mettre en mots ses actions et trouvailles.

Sur le même sujet