Toutes les sociétés ont besoin de héros. Comment les définir ?

L'héroïsme actuel, très médiatisé, comme l'héroïsme antique, traduit nos rêves d'excellence et nos valeurs collectives. Qui seront nos héros de demain ?
129

Les héros d’aujourd’hui ne sont plus les demi-dieux des épopées antiques. Mais leurs qualités exceptionnelles sont utiles à leurs admirateurs qui les prennent pour modèles. Ces héros aux visages multiples se vulgarisent et reflètent nos valeurs actuelles. Qui seront les héros de demain?

De la naissance du héros

Selon le dictionnaire de la langue française de Littré, héros est le "nom donné dans Homère aux hommes d’un courage et d’un mérite supérieurs, favoris particuliers des dieux, et dans Hésiode à ceux qu’on disait fils d’un dieu et d’une mortelle ou d’une déesse et d’un mortel."

L’image du héros antique mêle fiction et réalité, surnaturel et histoire.

…à la diversité héroïque

Selon leur culture du moment, les différents groupes humains choisssent leurs héros de façon différente:

  • guerriers remarquables et courageux, illustres vainqueurs ou tombés au champ d’honneur;
  • personnes dotées de qualités physiques, intellectuelles ou morales hors du commun: athlètes, artistes, hommes politiques, scientifiques de génie;
  • personnes dont les actions traduisent des vertus humanistes indubitables: preux chevaliers, saints, sages, hommes ou femmes "de bien" dévoués aux autres ou au service d’une noble cause.

Les ingrédients de l’héroïsme

Le champ lexical de l’héroïsme est fait de superlatifs: extraordinaire, exploit, exceptionnel, merveilleux, génial, grand, supérieur, brillant… Le héros se situe hors de l’ordinaire et du vulgaire.

Souvent, ses qualités se révèlent dans l’épreuve. Les héros mythologiques combattent monstres et dragons. Leurs descendants surmontent des obstacles divers avant d’être victorieux: une redoutable équipe adverse dans le monde sportif, des ennemis puissants sur le champ de bataille, une naissance et une éducation peu propices à la réussite sociale, par exemple.

Enfin, le héros est auréolé de gloire: reconnu pour ses qualités et actions exceptionnelles, il est applaudi de tous; il suscite l’admiration. Ses exploits sont magnifiés et parfois exagérés. Les médias les affichent aujourd’hui, prolongeant ainsi la tradition de l’épopée homérique.

De l’utilité des héros

"Tous procèdent d’une rêverie fondamentale de l’humanité" (P.Sellier, exposition BNF 2008), Le rêve de puissance et d'immortalité, au-delà de la banalité de la vie .

Le héros collectif est un modèle pour les autres. Il cristallise les valeurs du groupe auquel il appartient.

En temps de guerre, c’est le général qui conduit à la victoire, le soldat qui risque sa vie ou le résistant qui permet de chasser l’ennemi. La nation a besoin d’être défendue avec efficacité, elle doit donc susciter les vocations héroïques, la bravoure et le don de vies si besoin.

En France aujourd’hui, le héros illustre nos valeurs de liberté et de réussite individuelles, ou concrétise nos idéaux de solidarité et de justice sociale. Parmi les personnalités préférées des Français, Zidane peut ainsi côtoyer l’abbé Pierre.

Le héros est un citoyen modèle. Il justifie les valeurs du groupe et renforce la cohésion sociale. "Concentrateurs d’énergies, draineurs de rêves, exutoires de violence" (O.Falin et M.Tourret, exposition BNF 2008), les héros permettent de se projeter, de se dépasser, à ceux qui font le vœu de leur ressembler. Ils indiquent la voie vers le meilleur, ils poussent à la perfection.

Vrais et faux héros

Le héros n’existe pas dans l’absolu. Le héros des uns n’est pas toujours le héros des autres.

Les kamikazes islamistes prêts à mourir en martyrs pour leur cause sont considérés en Occident comme de peu courageux terroristes. Si A. Hitler ou J. Staline furent de vrais héros pour ceux qui les ont suivis, l’Histoire n’en a majoritairement retenu que des images monstrueuses.

Les sociétés modernes tendent à fabriquer des héros éphémères. A l’affût de tout ce qui peut être remarqué, les média le transforment en remarquable. Celui qui est vu à la TV sort de l’anonymat; reconnaissable, il devient quelqu’un de reconnu par les autres, au moins pour une heure de gloire. Mais, hormis ceux qui témoignent d’actions vraiment exceptionnelles, ces héros d’un jour ou d’un an seront vite oubliés.

Cette démystification du héros comporte le risque de ne faire aspirer qu’à la médiocrité. Mais elle véhicule aussi des valeurs positives d’égale valeur et d’égale dignité entre les individus. Le héros devient un homme ou une femme comme les autres. Il n’existe pas d’êtres supérieurs par nature. En ce sens, les nouveaux héros jouent leur rôle social: ils véhiculent les valeurs actuelles.

Les héros cachés

Restent les héros ignorés qui témoignent de qualités remarquables mais discrètes.

Ceux qui, malgré un mérite récompensé de la Légion d’honneur, resteront anonymes et oubliés des médias. Cette distinction accordée pour services rendus à la nation est de plus en plus remise à des personnes peu connues : G. Collot, ingénieur de l’Aérospatiale ou M. Bastid-Bruguière, historienne spécialiste de la Chine, par exemple, qui font partie de la dernière promotion.

Ceux que l’on admire pour leur générosité ou leur esprit de solidarité, des bénévoles des Restos du cœur à la jeune fille qui aide sa voisine âgée; ceux à qui on peut avoir envie de ressembler ou qui donnent mauvaise conscience, car leurs bonnes actions ne sont pas des exploits inaccessibles.

Ceux, plus discrets encore, qui provoquent des sentiments d’admiration fugitifs; ceux qui, face aux drames personnels les plus cruels, sont capables de continuer dignement d’être eux-mêmes, de sourire et de prêter attention aux autres. Sans action spectaculaire, ils prouvent à tous que les dragons peuvent être vaincus. Modèles rassurants, ils apaisent les angoisses des autres en témoignant de la capacité humaine à affronter le pire. Ils transmettent l’idée réconfortante que la vie peut surmonter les tragédies. Et parce qu’ils sont ordinaires, nous pouvons être convaincus d’avoir en nous la même force exceptionnelle.

Ceux-là n’ont pas le statut de héros. Mais ils nous font penser que notre rêve d’excellence est accessible, que nous portons tous en nous une étincelle divine. C’est peut-être là que seront les héros de demain, au-delà de la compétition et de la médiatisation.

Pour en savoir plus, visitez l’exposition virtuelle de la Bibliothèque nationale de France (BNF) dont sont issus quelques thèmes de cet article.

Sur le même sujet