Ryan Gosling conduit « Drive » vers le succès

Ryan Gosling étale l'étendue de son talent dans le film « Drive », sorti le 5 octobre dernier dans les cinémas français. Et les critiques sont unanimes...
13

En route vers les sommets. Ryan Gosling peut d'ores et déjà se targuer de l'excellent démarrage de son film « Drive », en France. Et pour cause, l’œuvre de Nicolas Winding Refn dépasse les 400 000 spectateurs après seulement 5 jours de présence dans les cinémas de l'hexagone. Un chiffre lui permettant d'accrocher la deuxième place du Box Office devant « La Nouvelle Guerre des boutons » et « Identité secrète » malgré un nombre de copies relativement faible (246). En pôle position, on retrouve logiquement « Bienvenue à bord » avec Franck Dubosc et Gérard Darmon. Mais la comédie jouit surtout des 525 salles dans lesquelles elle est projetée. Autant dire que « Drive » réussit son pari...

Un polar haletant et sanglant

A première vue, le spectateur moyen pourrait se méprendre. S'il s'attendait à revivre un énième « Fast & Furious » voire « Transporteur », il sortira de la salle déconcerté. « Drive » conte l'histoire d'un homme mystérieux, interprété par Ryan Gosling, dont la vie se résume à réaliser des cascades et réparer des voitures, le jour. Mais surtout à jouer le taxi des bandits, la nuit. Très intègre, le jeune conducteur s'abstient de prendre part aux délits de ses « clients ». Néanmoins, sa vie effectue une sortie de route lorsqu'il rencontre Irene (Carey Mulligan) et son fils. Pas le temps de s'attacher. Cette dernière voit son mari sortir de prison et se retrouver contraint de participer à un ultime braquage. Le « Driver » décide de l'aider mais l'expédition tourne mal. S'en suit, une course poursuite sanglante sur fond de règlement de compte mafieux.

Quand Refn sublime Gosling...

Unanimes. Pour une fois, les critiques des spectateurs et de la presse se rejoignent. « Une sensation unique », pour 20 minutes. « Un thriller en 4e vitesse », d'après le Figaroscope. « Un film frôlant la perfection », selon le JDD. Force est de constater que « Drive » ne laisse pas indifférent. Il le doit notamment à la sublime réalisation du Danois Nicolas Winding Refn. Le prix de la mise en scène au festival de Cannes ne viendra pas le démentir. Et que dire de l'interprétation de Ryan Gosling ? L'acteur canadien semble avoir trouvé SON film référence. Des silences qui en disent long et un charisme déroutant transcendent le personnage du « Driver ». A noter également une bande originale, rappelant les eighties, envoûtante et réussie.

Ryan Gosling met le turbo

Le nouveau nom à la mode du côté d'Hollywood. Depuis peu, Ryan Gosling enchaîne les long-métrages à une vitesse folle. Polyvalent, l'acteur canadien s'est récemment affirmé dans la comédie « Crazy, Stupid, Love » avant de prendre le volant de « Drive ». Vous le verrez le 26 octobre prochain dans le prochain film de Georges Clooney, « Les marches du pouvoir ». A bientôt 31 ans, Gosling met un véritable coup d'accélérateur à sa carrière. Sa réputation, il la construit par des films remarqués tels « The Believer » (2001), « N'oublies jamais » (2004), « Half-Nelson » (2006) ou encore « Blue Valentine » (2010). Souvent applaudi par la critique, Ryan Gosling s'évertue à suivre son instinct.

Des seconds rôles à la hauteur

La réussite de ce film repose également sur le jeu parfaitement huilé des seconds rôles. Carrey Mulligan confirme ses prestations aperçues dans « Never let me go » ou « Wall Street ». L'actrice londonienne sait profiter de ses principales qualités. Sa sobriété et son émotivité font d'elle l'une des stars montantes du 7e art. Dans les rôles de méchants, vous reconnaîtrez l'inoxydable Ron Perlman (« Conan ») dans le rôle du mafieux Nino. Mais aussi l'impitoyable Albert Brooks (« Taxi Driver ») enfilant le costume d'un Bernie peu scrupuleux.

Pas si unanime que ça...

Tout le monde n'a pourtant pas apprécié « Drive » . Pour la petite histoire, une spectatrice américaine a porté plainte contre la production FilmDistrict. La cause ? Bande-annonce mensongère ! La dénommée Sarah Deming s'attendait à voir un film du même genre que... « Fast & Furious » ! Évidemment. Elle réclame le remboursement de son ticket ainsi que l'interdiction des « bandes-annonces malhonnêtes » . D'où l'importance de se faire son propre avis. Et pour cela, il ne vous reste plus qu'à enfiler votre blouson, foncer dans votre voiture et rouler vers le cinéma le plus proche.

Sources :

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=135082.html

http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/cinema-pres-de-400-000-entrees-pour-drive-10-10-2011-1647639.php

http://www.imdb.com/title/tt0780504/

Sur le même sujet