Kissing my songs- Nicola Sirkis, au coeur d'une machine infernale

Le 2 Novembre dernier est paru chez Flammarion "Kissing my songs". Nicola Sirkis s'y dévoile à travers trente ans de textes.

"Le début d'Indochine, c'était l'inconscience..." déclare Nicola Sirkis, chanteur-leader du groupe Indochine depuis trente ans.

Trente ans de textes, cent-vingt-trois chansons, cinquante reproductions des carnets de notes de Nicola Sirkis, le tout regroupé au-travers de 379 pages de conversations inédites avec Agnès Michaux.

Un livre témoignage drôle et poignant.

A 52 ans, l'artiste se dévoile enfin tout au long d'un livre témoignage à la fois drôle et poignant. Il y fait part de ses peurs, séparations d'ordre privé ou personnel, fantasmes et sources d'inspiration.

Ce livre est notamment l'occasion d'y découvrir un homme passionné aux multiples renaissances. Il faut croire que, tel un chat, Nicola Sirkis possède neuf vies bien remplies.

Il aborde ses joies et ses peines, ses déprimes et ses coups de gueule. Il n'a jamais cultivé la langue de bois, Kissing my songs est une jolie façon de le rappeler.

Il revient avec humour sur certaines de ses paroles, joue avec les mots et ne se cache pas de quelques hontes. Il explore la sexualité de ses propos, s'auto-analyse si l'on peut dire. Bref, il s'épanche.

Une carrière faite de hauts et de bas

La carrière de Nicola Sirkis, et le chemin d'Indochine en général, est loin d'être un long fleuve tranquille. Entre les fissures, les cassures, les rejets, le chanteur en a vu des vertes et des pas mûres. Allant de déprimes en fièvre textuelle, il raconte le coeur même du processus de création, la sienne, celle du groupe, sa fibre textuelle. Il s'agit d'une machine infernale au noyau bouillonnant. Il reçoit les critiques en plein visage, fait état du "syndrome du vilain petit canard".

Nicola Sirkis se fait intime, creuse ses textes, raconte leur histoire. Ses déclarations sont tantôt inattendues, tantôt touchantes. Les hauts et les bas d'Indochine se reflètent à travers ses anecdotes, le tout sans se départir d'une sincérité troublante.

Une biographie-témoignage

Le chanteur fait en quelques sortes part de sa propre biographie par le biais de questions intelligentes signées Agnès Michaux. Bien mieux qu'une Indo TV, Kissing my songs plonge le lecteur en eaux troubles, révélant les facettes jusqu'alors inconnues de la discographie d'Indochine.

Nicola Sirkis s'évoque tout du long, sans tomber dans le nombrilisme. Il écrit avec ses tripes et représente l'âme du groupe depuis ses débuts, autant dire un empire. Son malaise est quelquefois palpable à travers les mots. C'est ça, la magie de Kissing my songs .

Nicola Sirkis , Les mauvaises nouvelles , Lattès , 1998, ( ISBN 2-7096-1889-3 ) et 2005, nouv. éd. augmentée, et illustrée par Valérie Lenoir.

Nicola Sirkis, Les petites notes du Meteor tour, Carnet de route de la tournée d'Indochine , Lattès, 2010, 160 p.

Anouk Vincent, Indochine story : 30 ans de saga rock , City Éditions, 2009.

Retrouvez les vidéos du groupe sur l' Indo TV .

Sur le même sujet