Antonioni: l'oeil de l'artiste fait parler la critique du cinéma

Qui est Antonioni? Un cinéaste à la recherche d'une forme ou un artiste à la recherche de lui-même? Il est difficile de lui donner une étiquette précise.
9

Malgré toutes les difficultés qu'il a rencontrées malgré toutes les critiques qu'il a reçues, bonnes ou mauvaises, Michelangelo Antonioni est un artiste reconnu dans le monde entier. Mais comment le définir? D'où s'est-il inspiré pour ses scénarios et ses images hors du commun? Essayons d'en savoir un peu plus.

L'enfance d'Antonioni

Le cinéaste est né à Ferrare en 1912, dans une famille aisée. Ce point précis semble capital pour comprendre son oeuvre. Sa ville natale reviendra dans quelques uns de ses films comme dans "Cronaca di un amore" et la classe bourgeoise sera le fil conducteur de quasiment tous ses films. Pourquoi retrouvons nous ces éléments autobiographiques? Tout simplement, car, comme chacun de nous, il paraît plus facile de parler des choses que l'on connaît, on peut ainsi mieux les analyser et les expliquer.

Un cinéaste à la recherche de son art

La critique a qualifié Antonioni de "maître du raffinement qui le sait trop bien". A ceci, il répondra qu'il est et restera toujours un élève du cinéma et le traiter d'expérimentateur c'est le traiter d'artiste. Pour lui, l'art n'est jamais fini, on est toujours en quête d'une nouvelle forme et ainsi, l'artiste assume le comportement d'un élève et non d'un maître. Personne ne domine complètement sons savoir, on doit sans cesse se remettre en question, voilà la philosophie d'un véritable artiste. Dans tous ses films, d'ailleurs, la fin semble s'ouvrir sur quelque chose de nouveau, tout se touche, on observe une continuité, comme on peut le voir dans sa trilogie et dans "Il Deserto rosso". Malgré tout, chaque film est l'invention d'une nouvelle forme, Antonioni n'a pas trouvé une forme une fois pour toute, il cherche plutôt son art et tout semble être en parfait harmonie autant dans le fond que dans la forme.

Un esthète insatisfait

Le cinéaste n'est ni un formaliste, ni un sociologue, ni même un pédagogue mais un esthète insatisfait qui essaie de faire passer ses idées à travers des images qui doivent être belle soit, mais justes. Mario Soldati a dit ceci "la beauté est la seule chose en laquelle il croit; il la voit partout, même dans les objets et les moments les plus ordinaires (...). Certes, c'est un esthète mais un esthète insatisfait, un esthète désespéré; il sent obscurément, viscéralement, que la réalité, qu'il ne voit que sous la forme de la beauté, lui échappe, il ne sait pas bien comprendre en quoi elle consiste et il en souffre".

Vers un cinéma littéraire?

Indéniablement, on ne peut pas le nier Antonioni aime la littérature. Il a d'ailleurs adapté beaucoup de romans comme celui de Pavese "Tra donne sole" dans "Le Amiche" ou encore la nouvelle de Cortazar dans "Blow-up". Il va même jusqu'à adapter son propre roman "Quel bowling sul Tevere" dans "Al di là delle nuvole". Mais son but premier n'est pas d'être fidèle à un auteur mais plutôt d'y apporter une forme personnelle qui lui semble juste pour faire correspondre deux langages différents, celui de l'écrivain et celui du cinéaste.

Bien d'autres facettes se cachent dans cet artiste hors du commun. La liste ici est non exhaustive. Le plus simple étant de regarder ses films avec son coeur et son âme personnels. Chacun pourra se faire ainsi sa propre opinion avec son propre ressenti et en faire ressortir une image toujours plus belle du cinéaste.

A lire aussi: L'espace filmique chez le cinéaste Michelangelo Antonioni

Michelangelo Antonioni: le nouveau cinéma d'après guerre

Sur le même sujet