Fedor Emelianenko: le dernier Tsar

Fedor Emelianenko est un sportif russe spécialisé dans le sambo. Il est devenu en parallèle l'un des meilleurs combattants d'arts martiaux mixtes.
26

Fedor Emelianenko est né le 28 Septembre 1976 à Rubenshnoe, en Russie. Surnommé "Le dernier Empereur" en raison de ses bons résultats sportifs, il va marquer de son empreinte tout l'univers du combat.

Doué en judo, mais manquant de rigueur afin d'y évoluer, il s'oriente vers la pratique du sambo (discipline mêlant le judo et la lutte), qu'il découvre suite à son service militaire en 1997. À force de persévérance, il devient diplômé dans cette voie. Dès lors, Emelianenko enchaîne les combats pour en remporter la grande majorité. La carrière du combattant russe est lancée.

Les débuts dans le MMA

Fedor souhaite faire évoluer ses techniques en y ajoutant des frappes pieds-poings. Au début des années 2000, il commence donc à s'intéresser aux arts martiaux mixtes. Le MMA regroupe, en son sein, des combattants issus de disciplines martiales différentes. Le but étant de faire se rencontrer, sur un ring, deux philosophies de combat, tout en examinant les forces et les faiblesses de chacune.

Emelianenko va très vite devenir l'un des représentants majeurs des Mixed Martial Arts à travers le monde. En 2000, il devient combattant de La Rings, fédération japonaise de combat libre et montre aux yeux du grand public qu'il est un grand en devenir. Il sera défait par Kohsaka suite à un coup interdit, les juges n'entendant pas les réclamations du camp russe.

Un palmarès impressionnant

En 2001, il obtient sa revanche en devenant, enfin, le champion du monde des lourds de la RINGS, titre qui lui avait échappé, pour des raisons jugées illégitimes, l'an passé. L'année suivante, Fedor Emelianenko conforte son titre en devenant champion du monde toutes catégories.

Suite à ce succès, il rentre au Pride, autre grande fédération japonaise. C'est dans cette dernière que le Russe va réaliser ses plus belles performances.

En 2003, lors du grand tournoi du Pride 21 Demolition, il effectue son premier combat contre le géant hollandais Semy Schilt. Lors de cette compétition, les rencontres et les victoires s'enchaînent pour le Russe qui atteint le finale relativement facilement. Il y rencontre le champion en titre du moment, le Brésilien Antonio Nogueira. Le Russe voit en ce duel une occasion unique de devenir le grand champion qu'il aspire à être. Nogueira, pourtant grand favori du tournoi, est très largement dominé par le nouveau Tsar qui l'emporte par KO, suite à une avalanche de frappes au sol. Emelianenko tient là sa ceinture de Champion du monde du Pride, toutes catégories.

En 2004, au Pride Heavyweight, il se hisse jusqu'en finale du tournoi pour une revanche contre le Brésilien. Le combat sera reporté suite à une coupure accidentelle consécutive à un coup de tête involontaire des deux hommes. La rencontre a lieu quelques mois plus tard et Fedor Emelianenko en sort une nouvelle fois grand vainqueur, sur décision unanime des juges.

Dans les années qui suivent, les plus grands noms du MMA se verront terrassés par le guerrier Russe : Mark Coleman, Kevin Randleman, Mark Hunt, Mirko Cro Cop ou AndreÏ Arlovsky. En 2008, Emelianenko devient champion du monde de la WAMMA ( World Alliance of Mixed Martial Arts) en venant à bout du géant Tim Sylvia, l'ex-tenant du titre de l'UFC, la fédération dominante. Le Russe tente alors d'entrer dans cette dernière mais les négociations avec son représentant Dana White échouent pour des raisons obscures.

La dernière grande victoire du sportif de l'Est est obtenue à la fin de l'année 2009, grâce à un Lucky Punch sur l' Américain Brett Rogers.

Une fin de carrière difficile

Dès lors, et devant la progression fulgurante de la nouvelle génération de combattants, notamment Brésiliens, le Russe va afficher ses faiblesses. Sa défaite contre Fabricio Werdum, en juin 2010, au StrikeForce, marque le premier grand revers de sa carrière. Werdum, spécialiste de jiu-jitsu brésilien, soumet le Russe par un étranglement sanguin, un triangle choke. Cette défaite aura l'effet d'une bombe sur la planète MMA, beaucoup ayant imaginer Fedor Emelianenko dominer le combat. En conférence de presse le Russe semble affecté par sa contre-performance et reconnaît ses erreurs.

Début 2011, il va s'incliner une nouvelle fois contre un Brésilien, Antonio Silva, lors d'un tournoi regroupant une bonne partie des meilleurs poids lourds de la fédération StrikeForce. Lors de cette rencontre, Fedor Emelianenko traverse le round le plus compliqué de sa carrière, subissant les foudres d'un adversaire gonflé à bloc. À la fin de la reprise, le médecin juge le Russe, blessé au visage, inapte à reprendre le combat.

La fin de carrière du champion semble se précipiter devant l'éclosion des nouveaux talents de son sport. Le MMA et ses enjeux financiers énormes ont crée de véritables machines à combattre. Le Russe, âgé aujourd'hui de 35 ans, semble payer le poids des années.

Toutefois, fort de ses 32 victoires pour seulement 3 défaites et 1 no-contest, honoré par ses différents titres de champion du monde, en MMA et en sambo, sa grande humilité et sa résistance à la douleur, il restera probablement celui à qui l'on doit l'émergence des Arts Martiaux Mixtes dans le monde.

Sur le même sujet