Le poker sur Internet : arnaque ou jackpot ?

Ils s'appellent Winamax, Pokerstars ou encore Everest. Ce sont les sites de poker en ligne. Est-il vraiment possible d'y gagner de l'argent?

Depuis la légalisation des jeux d’argent sur le Net, les publicités s’enchainent pour vanter les gains, parfois faramineux, que l’on peut obtenir en s’inscrivant sur tel ou tel site de poker. En outre, les émissions télévisés sur le poker se multiplient. Canal+, RTL9, M6, Direct8... un peu partout, on nous montre des tournois richement dotés, et on ressasse la réussite de joueurs issus du poker sur Internet, parfois depuis peu. S’y mettre, ne serait-ce que pour arrondir les fins de mois est donc tentant ; mais le jeu en vaut-il la chandelle ?

Davantage de chances qu’au loto?

Contrairement à des jeux comme le loto, le poker donne l’impression que l’on maîtrise ses chances de gagner. On a les cartes en main, à nous d’optimiser nos gains et de minimiser nos pertes. Le hasard a pourtant toute sa part. Aurons-nous de bonnes cartes ? Nos adversaires auront-ils de meilleures combinaisons? Comment évaluer l’attitude des concurrents (l’hésitation, l’assurance, le bluff, etc.) alors qu’on ne les voit pas? Ces paramètres sont totalement aléatoires, et font la différence entre le gain et la perte. Les sites de poker proposent globalement deux types de jeux : les tournois et le «cash game». Dans tous les cas, on peut avoir la sensation de contrôler le hasard. Les chances de perdre restent pourtant beaucoup plus importantes que celles de gagner.

Les tournois, gages de sécurité?

En tournoi, on paye une mise pour s’inscrire, puis on joue avec de l’argent fictif. Le gain est alors lié au classement final que l’on obtient et proportionnel au prix de l’inscription. En moyenne, seuls 10% des joueurs empocheront un gain et la grande majorité de ces gagnants remporteront à peine plus que leur mise de départ. Généralement, seuls les dix premiers gagnent une somme substantielle, sachant que ces tournois accueillent souvent plusieurs centaines de participants. A chaque tournoi, on a ainsi 9 chances sur dix de perdre sa mise de départ. Statistiquement, il est donc improbable de gagner de l’argent grâce aux tournois. Certes, bon nombre de tournois offrent des droits d’inscription très limités (25 centimes, 50 centimes, 1 euro…), mais ces sommes s’accumulent et peuvent finir par représenter des pertes conséquentes.

En outre, bien se classer dans un tournoi peut prendre trois ou quatre heures, alors que l’on peut perdre en quelques minutes. Lorsque l’on est éliminé rapidement, il est tentant de s’inscrire à un autre tournoi. Soit pour essayer de récupérer sa mise, soit parce que l’on avait prévu un temps de jeu plus long. On multiplie alors les chances de perdre…

Seulement voilà, les tournois affichent généralement les prix à gagner avant même le début. Pour un euro de mise, le gagnant peut parfois empocher plus de cent euros. La tentation est donc forte d’accumuler les tournois.

Le «cash game»: avoir son destin en main

Le «cash game» se joue entre quelques joueurs (maximum six, neuf ou dix selon les tables et les sites). On démarre et on s’arrête quand on veut. Là, chaque coup met en jeu notre propre argent. Il est donc facile de décider, par exemple, que l’on ne dépensera pas plus de trois euros. Il n’y a pas de limite de gains. Dans l’absolu, il est possible des gagner des milliers d’euros avec une mise minimale, bien davantage et beaucoup plus rapidement qu’en tournois. Là encore, la tentation est grande. D’autant plus que l’on peut maîtriser son temps de jeu et les sommes dépensées. C’est d’ailleurs le mode de jeu préféré des joueurs confirmés. Cela veut-il dire qu’il est plus rentable d’opter pour le «cash game»? Oui et non, cela dépend non seulement de la chance (avoir ou pas les bonnes cartes), mais aussi de ses propres qualités de joueur. Dans ce domaine, même s’il existe des principes de base, deux grandes philosophies s’affrontent: jouer prudemment pour limiter les pertes ou jouer agressif pour décourager ses adversaires. Il n’est pas question ici de discuter de la meilleure méthode. Dans tous les cas, la probabilité de perdre reste bien plus importante que celle de gagner: sur un table à six joueurs, on a 5 chances sur 6 de perdre à chacun des coups.

Tous les gagnants ont tenté leur chance!

On se souvient de ce slogan publicitaire pour le loto. Il s’applique évidemment aussi au poker. D’ailleurs, la télévision nous montre bon nombre de gagnants, souvent jeunes et issus d’Internet. Certains sont même des stars comme Bertrand «Elky» Grospelier , l’un des meilleurs joueurs français et qui a fait fortune grâce au poker. Mais on nous montre aussi de parfaits anonymes dont la vie a basculé du jour au lendemain grâce à un tournoi gagné. Il ne faut pourtant pas se méprendre, ces réussites sont très rares. Tous les joueurs de football ne finissent pas en équipe de France, et les sports en général ne tolèrent par définition qu’un seul numéro 1. Mieux vaut donc considérer le poker comme un divertissement. Quand on va au cinéma, on sait combien on va payer sa place. Il est préférable de se comporter de la même manière avec le poker en ligne. Se fixer une limite hebdomadaire ou mensuelle de mises, jouer pour le plaisir, et ne pas flamber si l’on a la chance de gagner. Ne pas non plus s’enflammer parce que l’on pense avoir un niveau supérieur à la moyenne des joueurs. Perdre contre un joueur médiocre est d’autant plus fréquent que ses coups sont souvent imprévisibles. Avoir un bon niveau de jeu n’est pas une garantie de gagner, seulement de perdre moins rapidement! Au final, le poker n’est donc ni une arnaque ni le jackpot. Il est seulement un jeu dont on doit évaluer le coût et qui peut, parfois, rapporter. Tout comme n'importe quel jeu de hasard.

Sur le même sujet