Bad teacher

Cette comédie à l'américaine, et écrite par des stars de la télévision - tant enviés de ce côté-ci de l'atlantique - demeure bien divertissante.
17

En attendant la rentrée et son embouteillage de sorties prestigieuses, nous avons choisi dans le paysage un peu désolé de l'été une comédie starring Cameron Diaz and Justin Timberlake et nous n'avons pas été déçu. Un petit bémol cependant pour le choix imposé de la VF (…), devant laquelle nous sommes restés coi un bon moment, et puis le comique des situations même caricaturales (énorme) aidant, nous nous laissons prendre au jeu.

Les Hommes de sa vie

Elizabeth Hashley est une prof dont on se demande comment elle a trouvé le filon de l'éducation, car elle même ne sait pas bien ce qu'elle fiche là.

Cameron Diaz dévoile ses atouts les plus convaincants et son personnage confond la salle des profs du lycée avec le Faubourg St Honoré à Paris en pleine fashion week . Et le problème c'est que son vanity, ne contient ni manuels, ni stylo rouge, auxquels elle a substitué le DVD d' Esprits rebelles qu'elle passe en boucle à ses élèves tandis que nonchalamment avachie derrière son bureau, elle boit, fume et mange des hamburgers. Second problème, c'est qu'elle est un peu superficielle Elisabeth à l'esprit rebelle, car après avoir pris la porte de son richissime mari pour cause de dépenses injustifiées, elle n'a d'autre but que de séduire son non moins richissime et séduisant collègue incarné par Justin Timberlake. Mais attention : Crêpage de chignon annoncé avec sa rivale et exacte opposé pédagogique.

40 ans toujours puceau

Dans la veine Apatow, le trait satirique s'exprime puissance exponentielle sur la figure de ces personnages : débiles, immatures, immoraux et bien heureux loosers en série, comme si Jake Kasdan et ses scénaristes (Lee Eisenberg & Gene Stupnitsky) avait déjà inventé un pastiche de la comédie américaine selon Jude Apatow .

Cameron Diaz qui excelle dans ce genre de composition nous avait réjoui par ailleurs. Ici, son personnage répondant à ses seuls pulsions un rien binaire : Argent = nouvelle poitrine, entraîne le récit dans un enchainement de situations sans fin possible - sinon celle assez convenue qui nous est proposée - et le scénario semble avoir trouvé une vitesse de croisière confortable en avançant selon la seule logique des personnages synthétisée ici par " action - réaction ". Soit, un arc narratif un peu linéaire.

Même si l'étonnant Timberlake n'est pas tout fait là ou on l'attend et qu'à tout prendre certaines scènes et situations son vraiment hilarantes et bien vues : Bad teacher est une comédie efficace mais un peu flemmarde quand elle résume ses personnages à leurs seules bévues. A part peut-être le prof de gym dont le rôle interprété par Jason Segel semble rappeler parfois que la comédie américaine peut-être plus audacieuse qu'il n'y parait.

Sur le même sujet