Entretien avec Joan-Lluis Lluis, génèse d'une suite

Fin de l'entretien avec l'écrivain catalan, qui se livre sur les auteurs qui l'inspirent. Gardant, comme un dernier mystère, le voile sur ses écrits à venir

BD : Revenons à votre parcours d’auteurs, quels ont été les moments ou les rencontres les plus marquants dans votre carrière ?

Citer le moment le plus fort de ma vie d’auteur est difficile… La parution de chaque titre est un vrai moment de joie et un aboutissement qui me récompense de mon travail. Mais s’il faut citer un moment particulier, j’avoue avoir hurlé de joie en apprenant que « le Jour de l’Ours » recevait la distinction la plus importante du milieu littéraire Catlan (Prix Joan Crexells) ! C’était simplement incroyable pour moi, né en catalogne du nord, issu d’une famille plutôt défavorisée, de remporter ce prix prestigieux… J’avoue avoir ressenti une certaine fierté. (sourire gêné)

Mais plus sérieusement, un des moments émouvants que j’ai vécu récemment s’est déroulé à la fin d’une lecture publique de mon dernier livre «Xocolata desfeta ». Un vieil homme s’est approché de moi pour me dire qu’il souhaitait être enterré un exemplaire de mon livre. Quand je lui ai demandé pourquoi, il a répondu qu’il avait tant rit lors de sa lecture qu’il souhaitait pouvoir continuer à rire ainsi après sa mort… C’est pour moi une grande satisfaction d’avoir pu ainsi toucher un de mes lecteurs au point qu’il veuille emporter mes quelques mots pour l’éternité avec lui.

BD : Pourquoi n’assurez-vous pas la traduction de vos propres livres en français alors que vous êtes bilingue ?

C’est une question qu’on me pose souvent. C’est simple. Je suis auteur de langue catalane et pas traducteur. La traduction est un vrai travail impliquant beaucoup de temps et de connaissance dans les deux langues. J’avoue que mon français n’est plus assez bon pour réaliser cela. Et de plus je préfère préserver mon temps disponible à l’écriture pour la création… la traduction n’est pas mon métier. »

BD : Quels livres vous inspirent aujourd’hui dans votre écriture ? Ya-t-il des titres dont vous recommanderiez la lecture ?

Jeune, je lisais de tout, aujourd’hui, je suis devenu de plus sélectif. J’essaie d’aller à l’essentiel, vers les choses importantes. J’apprécie tout particulièrement les auteurs nordiques et scandinaves pour la sobriété de leur style sobre et sec. Je tends à m’approcher dans mon écriture de ce dépouillement qu’on retrouve si bien chez Torgny Lindgren, Per Lov Enquist, Göran Tunström .

Mais j’aime aussi de temps à autre visiter les pages de William Faulkner, Ismaïl Kadaré ou encore Carson Mac Cullers. Mais, en temps que lecteur, je reviens invariablement à deux génies de la littérature Homère et Shakespeare, que je lis dans leurs traductions catalanes. Si j’avais deux livres à recommander je citerais d’instinct « L’illiade » d’Homère et bien sure « Richard III » de Shakespeare

BD : Si vous aviez un conseil pour un jeune auteur en herbe qui souhaite suivre la voie des mots… quel serait-il ?

Lire énormément, sans trop choisir, découvrir… Et surtout n’écrire pas ou peu ! (dit il très sérieusement). Il faut avant de se lancer dans l’écriture, à mon avis, essayer de faire la différence entre ce qui est nécessaire de ce qui ne l’est pas. Il faut que l’acte d’écriture soit irrépressible. Pour cela il faut savoir le contenir. Attendre. Se frustrer en partie. Et surtout ne pas montrer ses premiers écrits…

Lire aussi :

La première partie de cet entretien

La seconde partie de cet entretien

Lire sa bio et sa bibliographie en ligne ici

Le Jour de l’Ours, un roman de Juan-Lluis Lluis (Chronique)

Sur le même sujet