Financer votre projet immobilier en toute sécurité

Comment ? En constituant un dossier financier prenant en compte vos ressources actuelles, les remboursements à venir et l'évolution de votre taux d'effort.

Que vous souhaitiez investir dans un logement neuf ou ancien, l’intérêt d’un dossier bien pensé et prenant en compte tous les aspects financiers est primordial. D'autant que la baisse du nombre de transactions immobilières et le durcissement des conditions d'octroi des prêts immobiliers depuis le début 2012, incite naturellement tout nouvel acquéreur à la prudence.

Les raisons d'un dossier bien pensé

Prêt à taux zéro, à taux fixe ou variable, prêt 1% logement, prêt amortissable ou in fine, prêt conventionné,... ? Autant de termes que de réalité, mais aussi, pour certains, autant de vecteurs inconnus que vous devrez cependant prendre en compte avant de signer votre contrat de prêt.

Mais avant de faire votre choix entre les différents prêts immobilier , il est préférable de bien préparer votre prochain dossier financier. Le premier conseil, avant même d’engager toute autre démarche, est de considérer avec rigueur les différentes implications financières de votre choix. Pour constituer un dossier réaliste et sûr il vous faudra vous poser un certain nombre de questions afin d’assurer la viabilité de votre projet.

Quels sont vos ressources actuelles ?

Evaluer avec justesse vos ressources actuelles est la premère étape de la constitution de votre dossier financier. Car il vous permettra de connaître exactement le taux de remboursement que vous serez prêt à investir dans votre projet immobilier. Pour cela la démarche est de calculer les salaires nets du ménage. N’oubliez pas d’y ajouter, si c’est le cas, toutes les pensions ou rentes que vous percevez mensuellement ou tout autre autres revenus réguliers.

Cette somme une fois calculé il vous faudra déduire la somme totale de vos charges mensuelles. Pour calculer le montant de vos charges vous devrez tenir compte de vos crédits mobiliers et automobile. A cela il vous faudra ajouter, le cas échéant, les pensions alimentaires versées (aussi bien à votre ex-conjoint en cas de divorce que les pensions versées à des ascendants ou des descendants à charge).

Une fois cette somme de dépenses déduite de vos revenus nets vous obtiendrez la base réellement prise en compte dans le calcul de votre demande de prêt immobilier. Remarquez cependant que les prestations familiales (allocations destinées à l’éducation des enfants par exemple) n’entrent pas en compte dans en compte dans ce calcul. L’Aide Personnalisée au logement ou l’aide au logement ne sont quant à eux accordées qu’après votre entrée dans votre nouveau logement et cela sous certaines conditions.

Les remboursements de la première année

La première année de votre remboursement immobilier est une année charnière. Pour faire face de manière globale il vous faudra tenir compte de plusieurs facteurs importants pour évaluer au plus juste les sommes que vous aurez à rembourser.

Dans un premier temps prenez en compte la totalité des prêts que vous aurez à rembourser (le prêt immobilier principal, les prêts complémentaires, les prêts sociaux ainsi que les prêts contractés auprès de membres de la famille le cas échéant). La deuxième dépenses à laquelle il vous faudra faire face est le montant des assurances qu’il vous faudra contracter (assurances décès et perte d’emploi).

Pour finir sur l’ensemble des remboursements de la première année tenez aussi compte des frais de déménagements, des montants des impôts locaux ou encore de l’achat d’une seconde voiture.

Prévoyez l’évolution de votre taux d’effort

Pour cela commencez dans un premier temps par évaluer la progression de vos salaires, pour cela tenez compte de votre ancienneté ou des augmentations envisagées, une éventuelle cessation d’activité de l’un des conjoints par exemple pour élever un enfant en bas âge ou en cas de mobilité professionnelle.

Dans un deuxième temps vous devrez calculer vos remboursements à venir. La sécurité pourrait être de choisir un prêt à taux fixe et à annuité constante. Dans le cas ou vous choisissez un prêt à taux variable pensez à opter pour un contrat qui vous garantisse un plafonnement et vous permette de calculer votre mensualité plafond.

Dans cette prévision à moyen ou long terme pensez à inclure les frais de fonctionnements inhérents à votre nouvelle habitation (chauffage, charges de copropriété éventuelles, etc). Quant aux aides au logement sachez qu’elles sont calculées tous les 1er juillet et sont révisables selon vos ressources, elle peuvent donc, dans ce cadre, se voir augmentées mais aussi interrompues.

Et si vous n'avez pas la bosse des chiffres ?

Et si malgré ces conseils, vous n'êtes toujours pas l'ami des chiffres, il ne vous reste plus qu'à vous faire assister dans cette tâche. Votre banquier ou un courtier en prêt peuvent être les meilleurs interlocuteurs pour vous assister pour la constitution de votre dossier de financement. N'hésitez pas à prendre rendez vous avec votre conseiller.

En savoir plus :

Renseignements : ANIL (Agence Nationale d'Information pour le Logement)

" 15 conseils pour obtenir un meilleur taux pour votre emprunt immobilier " sur Immobilier Danger (site indépendant)

Sur le même sujet