L. Frank Baum et Le Magicien d'Oz : l'histoire d'une vie

Retour sur la vie atypique du créateur du Magicien d'Oz : L. Frank Baum, un homme aux multiples casquettes.

Même s'il est loin d'être aussi populaire en France qu' Alice au pays des Merveilles de Lewis Carroll, Le Magicien d'Oz constitue l'un des classiques de la littérature enfantine. Son adaptation cinématographique réalisée par Victor Fleming en 1939 accédera au rang d'oeuvre-culte. Comédie musicale de premier plan, Le Magicien d'Oz a traversé les époques. Mais avant la gloire hollywoodienne, il y a d'abord un homme et un roman. Récit d'une vie et d'une création.

Un enfant chétif et rêveur

Né Lyman Frank Baum en 1856 à Chittenango, village de l'état de New-York, c'est un enfant timide et solitaire. Privé de jeu, isolé à cause d'un coeur malade, il développe très tôt son imaginaire en se plongeant dans les contes de fées, notamment ceux de Charles Dickens, ses préférés. Il se révèle déjà très critique et se dit qu'il pourrait écrire des histoires d'un autre genre. D'un tempérament trop rêveur aux yeux de ses parents, il est envoyé dans une école militaire très stricte. Catastrophe ! Dans cet environnement inadapté, l'enfant dépérit jusqu'à la dépression nerveuse, et fera même une crise cardiaque. Après cette expérience traumatisante, Frank est scolarisé à la maison et ses parents se montreront plus attentifs à ses intérêts.

De multiples aspirations

A 15 ans, il publie son propre journal, un véritable succès puisque les commerçants locaux lui achètent des espaces publicitaires. Touche-à-tout, Frank se lance parallèlement dans l'élevage de poules, une autre de ses grandes passions qu'il ralliera à l'écriture. Aussi surprenant que cela puisse paraître, son premier livre, publié en 1886, est un traité sur... les poules ! En outre, caressant l'espoir de devenir acteur, il fonde une troupe de théâtre avec l'aide de son père. Nouvelle entreprise à succès pour laquelle il écrira même quelques pièces : ses premiers travaux littéraires majeurs. Puis il rencontre sa femme Maud avec qui il fera un mariage heureux.

Toujours rebondir

Mais peu après ses noces, il fait une nouvelle crise cardiaque. Souffrant régulièrement de nausées et d'étourdissements, il délègue la direction de sa troupe de théâtre. Après la mort de son père, il ne peut pas non plus reprendre les affaires familiales, qui vont péricliter. Avec l'argent restant, Frank ouvre un bric-à-brac en 1888. Tous les enfants du quartier s'y ruent pour l'écouter raconter des histoires fantastiques. Victime de sa générosité, le magasin ferme en 1890. Mais Frank ne perd pas espoir. Il fait montre d’exceptionnelles ressources pour sans cesse rebondir : il écrit des articles pour les journaux, devient reporter, puis travaille en tant que commercial pour une compagnie chinoise. Mais le salut viendra de sa belle-mère. Ayant remarqué son don pour capter l'attention des enfants, elle l’encourage à écrire des contes de fées...

Premiers contes de fées

A force de travail, Frank parviendra à publier son premier livre pour enfants en 1897 : Mother Goose in prose, une série de contes s’inspirant des célèbres comptines anglaises Mother Goose rhymes . Ensuite, il fera la rencontre à Chicago de William Wallace Denslow, illustrateur fantasque, et ce sera le début d’une collaboration fructueuse qui commence avec Father Goose, His Book, ( 1899), devenant rapidement le livre pour enfants le plus vendu aux Etats-Unis. L’écriture de Baum et les illustrations de Denslow forment une combinaison idéale. C’est de cette alliance que naîtra Le Magicien d’Oz .

Le Magicien d'Oz

L’œuvre la plus célèbre de Baum est au départ une histoire qu’il raconte à ses enfants et à leurs camarades. Lorsqu’un enfant lui demande quel est le nom de cet étrange pays dont il est question, embarrassé, Frank prétexte d’aller chercher quelque chose dans son bureau pour réfléchir. Là, son regard s’arrête sur les tiroirs où il range ses dossiers : sur le premier est marqué A-N, sur le deuxième on peut lire O-Z... Baum avait toujours voulu créer un nouveau genre de conte de fée. Avant lui, très peu de ces histoires avaient été écrites par des américains. S'inspirant des contes européens, des frères Grimm à Andersen en passant par Lewis Carroll, Baum revendique toutefois la nature personnelle de son conte et ses spécificités propres : il y a une part "d’inquiétante étrangeté" mais sans la dimension purement horrifique qui le terrifiait étant enfant. Par exemple, l'épouvantail qui est traditionnellement malfaisant devient un gentil compagnon de route pour Dorothy.

Naissance d'une galaxie

The Wonderful Wizard of Oz parait en 1900 aux éditions George M. Hill Co, Chicago, illustré par les dessins de Denslow. C’est un nouveau succès pour les deux hommes. En 1902, ils produisent son adaptation sur scène en tant que comédie musicale façon Broadway, un triomphe. Devant cette gloire, les relations entre Baum et son illustrateur se distendent. Leur séparation est inéluctable. Mais le travail de Baum ne s’arrête pas ici, il écrira jusqu’à la fin de sa vie 13 autres romans se déroulant dans le monde d’Oz, lui apportant enfin une vie stable et un confort financier certain. Toujours prêt à se lancer dans de nouvelles aventures, il présente une adaptation cinématographique de son oeuvre en 1908 : The Fairylogue and Radio-Plays , curieux spectacle mélangeant acteurs en chair et en os, lanterne magique et film muet. Il va réitérer l’expérience en 1914 avec His Majesty, the Scarecrow of Oz . Cependant, sa santé se détériore. Il souffre de paralysie faciale, d’angine de poitrine ; sa liberté de mouvements est réduite et il s’éteint en 1919, peu après avoir terminé son quatorzième et dernier roman de la série Oz : Glinda of Oz.

Une galaxie toujours en expansion

Après la mort de son créateur, la légende d’Oz a perduré. On dénombre 40 ouvrages officiels parus entre 1900 et 1963, dont 26 sont écrits par des continuateurs. Objet de culture populaire par excellence, Oz est sans cesse réécrit, cité, malmené, détourné... Personne ne peut échapper au grand, au terrible Oz. Un nouveau film, mis en scène par Sam Raimi ( Evil Dead , Spider-Man ) est même en cours de production : Oz: the Great and Powerful , prequel au film de 1939, racontant l'arrivée du magicien et l'origine des sorcières du pays d'Oz.

Si le succès d'Oz, qui passe essentiellement par le film de Victor Fleming, ne s'est jamais démenti, c'est aussi à cause de l'acharnement de son premier créateur, L. Frank Baum, qui aura consacré une grande partie de sa vie et de son énergie à cette oeuvre.

Site référence (en anglais) : thewizardofoz.info/wiki/Main_Page

Sur le même sujet