">
user_images/96178_fr_pariselmir.jpg

BETTINA C

Publié dans : Les articles Culture de Bettina C

''Skyfall", la naissance du mythe.

Pour ce vingt-troisième opus de la saga James Bond, on pouvait s'attendre à encore plus de coups que le précédent, plus de missiles, plus de cocktails...

...

Un bon film d'action du dimanche soir, en somme, mettant en valeur le plus célèbre des espions d'Outre-Manche.

C'était sans compter sur l'avant-gardisme du réalisateur Sam Mendes qui, depuis et avec « Away we go », avait ponctué l'année 2010 par une merveille de poésie et de lyrisme, à des années-lumières de cette production au budget colossal (environ 200 millions de dollars US, soit le budget du Titanic ou, plus récemment, d'Avatar).

Avec Skyfall (sorti le 26 octobre dernier), nous retrouvons le Mendes de ''Jarhead : la fin de l'innocence'' (2005), lequel nous avait donné une leçon de virtuosité cinématographique en mêlant action (sous une caméra quasi-documentaire) à une introspection rugueuse.

Dans la psyché du héros

Dans cet épisode, Bond (Daniel Craig, plus indomptable et boudeur que jamais), momentanément hors-circuit suite à l'échec d'une mission en Turquie, se voit forcé de reprendre promptement du service, suite à une attaque terroriste au siège du MI6. Et en matière d'attaque, l'espion se montre plutôt irritable, surtout lorsque la cible n'est autre que ''M'' elle-même, patronne du service des renseignements britannique dont il reste, comme l'opus le révèle peu à peu, le petit protégé.

Du bout des doigts, le mystère qui entoure son rapport à ''M'' (sublime Judi Dench, en mante-religieuse autoritaire) se déchire peu à peu, laissant apparaître la relation complexe, quasi-maternelle de la responsable avec ses agents infiltrés. ''Le passé n'est jamais tout à fait le passé'' disait Audiberti. Dans cet épisode de la saga, c'est en effet à ses démons intérieurs que Bond devra faire face pour affronter Silva (malsain Javier Bardem, qu'on aurait aimé voir écoper d'une perversité plus sensationnelle, à l'image du vénéneux Mr Chiffre de ''Casino Royale'').

Un espion en crise

S'il parvient toujours à nous laisser pantois d'admiration par son incroyable capacité à traverser les situations les plus critiques sans froisser son costume Tom Ford (voir la course poursuite dans le métro londonien), le réalisateur époussette le trop plein d'esbroufe auquel nous étions habitués, laissant place à un Bond dans la force de l'âge, quelque peu dépassé par cette ère 2.0 que la jeune génération a déjà su apprivoiser mais dont notre inépuisable agent ne maîtrise pas encore tous les codes. Mendes nous rappelle que Bond n'est pas Bourne; il s'agit d'un homme raffiné, rationnel qui, comme tel, n'est pas infaillible, tel un John McClane qui aurait enfin appris à s'habiller et à s'exprimer de manière intelligible.

Dans cet opus, certains personnages récurrents prennent enfin leurs postes traditionnels (à l'instar de Miss Moneypenny) ; reste à offrir une récompense collégiale à l'ensemble du casting féminin, même si une intervention plus longue et plus dense du personnage interprété par la révélation française Berenice Lim Marlohe aurait été souhaitable, pour la montée en puissance de l'intrigue.

Un rendez-vous espéré et tenu

Alors fatigué, le séducteur de ces dames ? Bien au contraire ! Tandis que la personnalité imprévisible de Bond se confirme, on le retrouve plus tenace, égocentrique et sensuel que jamais, débarrassé de ses oripeaux de sentimental à pectoraux - cf. Casino Royale - qui ne correspondait pas du tout à la psyché du héros de Ian Fleming.

Film à grand spectacle, on regrettera donc l'absence d'une intrigue plus approfondie, plus sensationnelle. Car si la débauche de pyrotechnie est bien présente, l'envie d'un véritable opus bondien, avec un complot mondial à la clef n'est pas tout à fait satisfaite. Pas le meilleur de la saga donc, mais un très bon Bond malgré tout.

À propos de l'auteur

user_images/96178_fr_pariselmir.jpg

BETTINA C

Etudiante, philosophe au yeux de l'Eternel (le café du commerce, en bas
  • 9

    Articles
  • 5

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!