Bonne résolution : prendre un nouveau départ en 2011

Une nouvelle année qui commence, c'est l'occasion de faire le bilan pour analyser ce qu'il vous a fait défaut et oser de bénéfiques changements.
8

A l’approche de la Saint-Sylvestre, les rétrospectives de l'année écoulée abondent. Évènements clés, bêtisiers, naissances et décès, les médias s’en donnent à cœur joie. Loin des vedettes qui vont marquer l’Histoire ou briller le temps d’une saison, vous êtes pourtant le protagoniste d’un bilan essentiel: le vôtre!

Alors, d’autant plus si l’année a été semée d’embûches, profitez des fêtes pour faire le point. Et surtout, imprégnez-vous de toute l'énergie de ce renouveau symbolique pour regarder droit devant, tourner une page et en démarrer une nouvelle. Repartez du bon pied et osez le changement.

Faire un bilan sans langue de bois

Il paraît difficile d’avoir des secrets pour soi-même... et pourtant. Bien que nul ne soit parfait, l'orgueil pousse à gommer, voire occulter ses défauts et ses faiblesses. Juge des plus intransigeants face à nous-même, nous préférons souvent avancer sans nous retourner. Or, se remettre en question et reconnaître ses torts, c’est se donner le moyen de ne plus les répéter et de mieux les accepter.

Pour faire le point, isolez-vous dans un cadre calme et douillet, et commencez par vous détendre. Remémorez-vous les éléments marquants de l’année écoulée, les réussites comme les faux pas. Puis, sur votre ordinateur ou sur votre cahier fétiche, décrivez les faits marquants -positifs et négatifs-, éventuellement mois par mois, en les synthétisant en quelques phrases.

Définir votre part de responsabilité dans l’échec

Une fois cet exercice terminé, lisez le tout à haute voix en complétant si nécessaire. Pour une analyse des plus objectives, prenez le temps sans vous laisser guider par les émotions du moment: tentez d’équilibrer les éléments positifs et négatifs. Puis, soulignez en rouge ces derniers. Relisez-les un à un, à haute voix, et répondez par «Oui» ou par «Non» à la question: «suis-je, même en partie, responsable de cet événement?».

Si la réponse est «Non», barrez la phrase d’une croix rouge. Vous ne pourrez pas rayer ce malheureux évènement de votre vie mais, tout en conjurant le sort, vous pourrez néanmoins déculpabiliser en soulignant le courage déployé pour le surmonter et les enseignements que vous en aurez tirés.

Si vous répondez par «Oui», indépendamment de l'importance de l’évènement, la culpabilité sera palpable. Pour savoir si ce sentiment est fondé, analysez votre implication dans cet échec en la notant de 1 à 10. Puis, explicitez ce que vous auriez pu faire pour l'éviter. Vous finirez peut-être par réaliser et admettre que vous étiez impuissant et que votre responsabilité est donc nulle.

Chasser le sentiment de culpabilité en soulignant les points positifs

Prendre un nouveau cap, c’est comprendre ce qui vous a fait défaut. Vous avez perdu votre travail, vous êtes toujours au chômage, votre compagnon vous a quitté? Lors d'une crise, il s’agit avant tout de savoir ce qui a réellement fait la différence. La plupart du temps, la culpabilité n’est que partiellement fondée. Parfois (perte d’emploi à cause de la crise ou d’un conjoint infidèle, etc.), elle ne l’est pas du tout.

Si vous estimez avoir manqué de quelque chose (motivation, énergie, ambition, dévouement...), c’est le moment de vous prendre en main pour changer votre destinée. Surtout ne culpabilisez pas, soulignez les points positifs: une perte permet souvent de rebondir plus fort que jamais.

Prendre un nouveau départ avec un projet ambitieux mais réaliste

Après avoir analysé ce qui n’allait pas dans votre vie, osez prendre les devants! La roue tourne davantage quand on s’offre un nouveau souffle. Armez vous d’une bonne dose de courage et arrêtez de subir: agissez. Votre boulot vous pèse? Profitez des congés pour vous reposer et envisager une reconversion. Votre couple bat de l’aile? Faites une pause ou offrez vous un week-end romantique pour commencer l’année.

Il ne s’agit pas de dresser des plans sur la comète ou de tout plaquer sur un coup de tête, juste de fixer et tenir des résolutions claires pour être plus heureux sur le long terme. Surtout ne vous dites pas qu’il est trop tard, pensez à toutes les choses que vous avez vécues en un an: quelle plus belle preuve qu’une vie peut basculer rapidement? Soyez ambitieux car rien n’est écrit: si certains rêves ne se réalisent jamais, qui ne tente rien n’a rien!

Enfin, analysez vos objectifs minutieusement. Bref, couchez sur papier votre grande résolution: cela sera un point de départ fondamental, un moteur pour rester toujours motivé. Mais évaluez aussi les circonstances et n'hésitez pas à détailler toutes les étapes nécessaires pour atteindre votre objectif. Si la nouvelle année peut aider à prendre un nouveau départ, tout comme Rome ne s'est pas faite en un jour, il se pourrait qu'une année ne suffise pas à venir à bout de votre nouveau projet de vie. Indépendamment du résultat, tant que vous ferez tout pour atteindre votre but, vous pourrez garder la tête haute

Se motiver avec des bonnes résolutions à sa portée

A condition de vous protéger pour éviter les déceptions, pour oser changer de cap il vous faudra une bonne dose d’optimisme, beaucoup de courage et… un brin de folie. N’ayez pas peur du regard des autres et de prendre des risques. Toutefois entourez-vous, demandez conseil: mettez des mots sur votre projet pour qu'il devienne concret. Soyez ouvert et motivé pour construire sur du solide.

Pour trouver l'élan nécessaire pour prendre un virage à 180°, commencez par prendre et tenir quelques bonnes résolutions qui ne dépendent que de vous, comme être plus ouvert, mieux organisé, plus entreprenant, etc. Des petites initiatives qui, en vous rendant plus confiant, vous aideront à vous battre pour peut-être réaliser un grand vœu en 2011. Et n'oubliez pas que même en cours d'année, il n'est jamais trop tard pour prendre des bonnes résolutions!

Sur le même sujet