Boire, fumer et conduire vite 2

Une envie d'aller au théâtre ? Si il y a une pièce contemporaine à conseiller c'est bien celle-là.
11

Vanessa Demouy, David Brécourt, Philippe Lellouche et Christian Vadim réunit sur la scène du Théâtre de la Renaissance dans une mise en scène de Marion Sarraut.

L’histoire :

L’un a trop bu, l’autre a conduit trop vite et le dernier a osé allumer une cigarette dans une gare ! C’est le soir de la saint Sylvestre et pourtant ces trois hommes ne seront ni avec leurs amis ni avec leurs familles. Ils se retrouvent dans la même cellule, unis pour la même cause, le soir du réveillon : sortir le plus vite possible de garde à vue. Tout cela était sans compter sur une avocate commis d’office pleine de charme : Vanessa Demouy. Mais ne vous fiez pas aux apparences, la pièce se voit chamboulée et nous amène là où on ne pensait absolument pas aller.

Les comédiens :

Vanessa Demouy, Ancienne mannequin, cette actrice plus connue pour les téléfilms monte sur scène régulièrement depuis 2002 pour fouler les planches de différents théâtres parisiens. Compagne dans la vie de Philippe Lellouche qui signe cette pièce qui est le deuxième volet de cet opus. Depuis 2004 on peut le voir au théâtre en tant que comédien, auteur ou metteur en scène. Si vous n’aviez pas vu le jeu de la vérité , cette pièce est une belle illustration du talent du frère de Gilles.

David Brécourt plus connu sinon sous le nom de du Docteur Baptiste Mondino dans la série française à succès Sous le Soleil . On a pu le voir dans des pièces classiques ou contemporaines, depuis 1983. Un nouveau visage sur scène pour ceux qui ne le connaissent qu’à la télévision.

Quant à Christian Vadim, le troisième joyeux luron de la bande, il est le fils de Catherine Deneuve et à jouer dans de nombreux films Raoul Ruiz. Il incarne parfaitement l’homme déboussolé qui s’est noyé dans l’alcool à l’approche d’un diner avec sa belle famille.

Critique :

La seule pointe d’ombre de cette pièce, c'est peut être la beauté de cette jeune femme qui ne fait pas d'elle une comédienne. En effet, son jeu est un peu en deçà des autres comédiens. Le trio masculin étonne le public et l’embarque avec lui. Le texte est sublimé par le jeu et la complicité des trois hommes. Une pièce délibérant sur les libertés individuelles et qui nous mets tous face à notre propre conscience. Des références légères telles que Dora l’exploratrice , Navarro ou encore Prison Break .

Jusqu'au samedi 1er janvier 2011 au Théâtre de la Renaissance : 20 boulevard Saint Martin, 75010 Paris.

Sur le même sujet