Jean Pierre Camard : expert en art déco et nouveau

"C'est le hasard qui guide mes achats, je les dois à la vie et ses rencontres."
19

Alors que la FIAC et Art Elysées viennent de s’achever, nous sommes allés à la rencontre de Jean-Pierre Camard expert en art déco et nouveau. A bientôt quatre vingt ans, il a eu la chance de côtoyer les artistes les plus connus de ce siècle. Portrait d’un homme à la recherche de reconnaissance.

Du métier de conservateur à celui d’expert

Après avoir fait l’école du Louvre Jean-Pierre Camard est devenu conservateur d’un musée de Saint Germain en Laye mais il s’est vite aperçu que c’était un métier de « crève la faim » comme il le qualifie. Il était inconcevable pour lui que sa femme gagne plus d’argent que lui. C’est alors une rencontre qui va donner à sa vie une nouvelle direction. Son père le met en contact avec Raymond Aron, journaliste et politologue qui lui fait rencontré à son tour Maurice Rheims. Commissaire priseur et académicien, il venait de publier "L’Art 1900 ou le style Jules Verne". Il va lui conseiller de se mettre en contact avec celui qui était considéré à l’époque comme le plus important collectionneur d’art nouveau en France.

Le comte Rodolph de Kindberg, à l’époque proche de la retraite. Il le prend sous son aile. Jean-Pierre devient donc son élève et passe huit heures par jour pendant six mois, il lui apprend les fondamentaux de l’art déco et nouveau. Ensuite, Jean Pierre se voit confier toutes les pièces de l’hôtel particulier du comte : Gallet, Dome… il met en vente toutes les pièces en commençant à monter ses propres ventes aux enchères. « Cela a été une chance formidable », pour ce jeune expert, la reconnaissance dans le monde de l’art commence : il assiste de nombreux commissaires priseurs dans les ventes de l’Hôtel Drouot, à l’époque les experts n’étant pas nombreux, il se passe peu de temps avant que Jean-Pierre ne se fasse repérer dans le milieu. Dans son cabinet de la rue de Seine, où il travaille juste avec une secrétaire, il continue tout de même à rêver à une vie de faste et de prestige.

Dans l’ère des artistes

La vie va alors à nouveau lui offrir une grande opportunité, c’est à Nice que Jean Pierre rencontre l’artiste César qui devient très vite un ami. Il lui donne de nombreuses pièces telles que des compressions. Cette rencontre lui permet de connaître aussi : Arman, Peter Klasen, Robert Combas… Avec tous ces artistes, il tisse un lien privilégié qui le fait rentrer dans le monde des grands. Mais ces liens sont aussi de l’amitié. Il commence donc à acquérir une collection impressionnante d’œuvres contemporaines et modernes. Ces clients deviennent eux aussi de grands noms : la fondation Ricard, la maison Pinaud mais aussi des célébrités telles que Catherine Deneuve et Alain Delon. Son objectif est atteint : il acquiert enfin la reconnaissance derrière laquelle il a couru. Son cabinet d’expertise prend une nouvelle direction. Avec l’arrivée de son fils, Jean Marcel décide d’en faire une maison de vente aux enchères en 2002. Il continue d’y travailler et d’y monter des ventes. Jean-Pierre n’est pas prêt de s’arrêter de travailler puisqu’il ressent le besoin de continuer ce qu’il a mis à construire. Une rencontre au cœur de l’art avec un homme au vécu plus que passionnant.

Sur le même sujet